Allocab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allocab
logo de Allocab
allocab logo

Création 4 mai 2011
Fondateurs Yanis Kiansky
Thomas Tiercelin
Siège social Paris
Direction Yanis Kiansky
Activité Activités de centres d'appels
Produits voiture de tourisme avec chauffeur
Effectif 20 à 49 salariés (tranche INSEE)
Site web https://www.allocab.com/

Fonds propres 2 251 700 € fin 2017 (négatifs)
Dette 2 963 800 € fin 2017 (financières)
Chiffre d'affaires 6 359 100 € en 2017 (comptes 2018 non disponibles)
Résultat net 1 958 700 € en 2017[1]

Allocab est le nom d'une startup française ainsi que le nom de son site web et de son application mobile sur iOS et Android.

L'objectif de l'entreprise est de simplifier la réservation de voiture de tourisme avec chauffeur (VTC) et de motos taxis[2].

Ses fondateurs, Yanis Kiansky (directeur général) et Thomas Tiercelin (directeur technique), sont toujours à la tête de la société.

Historique[modifier | modifier le code]

La société Allocab fut fondée en mai 2011 par Yanis Kiansky et Thomas Tiercellin.

En septembre 2012, ils mettent en ligne le site Allocab.com ainsi que l'application Allocab sur IOS et Android, permettant ainsi aux habitants de la ville de Paris de réserver un VTC ou une moto taxi.

En novembre 2013, Allocab déploie son service à Lille et propose une nouvelle offre de mise à disposition de chauffeurs permettant la location d’une voiture avec chauffeur pendant plusieurs heures[3].

En décembre 2013, Allocab conclut un partenariat avec la SNCF, qui lance son nouveau service porte-à-porte IDCAB pour un certain nombre de gares.

En janvier 2014, Allocab s’implante à Lyon[4] et à Montpellier[5].

Le , Allocab dépose un recours en référé devant le Conseil d’État, demandant la suspension de décret quinze minutes[6], imposant aux VTC de respecter un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client.

Le , le Conseil d’État suspend[7] le décret 15 minutes suite au recours d'Allocab, avant de le supprimer définitivement le .

Fin 2016, la SNCF rentre au capital de l'entreprise pour 3 millions d'euros mais Yannis Kiansky conserve la majoritél[8].

Controverse[modifier | modifier le code]

En mars 2020 plusieurs chauffeurs se plaignent de retard de paiement[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.societe.com/societe/allocab-532050747.html
  2. « Allocab confie ses RP à exPRession », L'Adn,‎ (lire en ligne)
  3. Olivier Harmant, « Allocab élargit son service et propose la mise à disposition d'un chauffeur à la journée », Frenchweb,‎ (lire en ligne)
  4. « Lyon, votre chauffeur AlloCab arrive dans quelques minutes ! », sur www.edubourse.com (consulté le 25 août 2016)
  5. Frédéric Lemonnier, « Montpellier : Marre des taxis? Avec Allocab, votre chauffeur arrive en 15 minutes ! », sur www.toutmontpellier.fr (consulté le 25 août 2016)
  6. « Le Conseil d'Etat suspend le délai de 15 minutes imposé aux VTC », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 25 août 2016)
  7. « Décret VTC », sur www.conseil-etat.fr (consulté le 25 août 2016)
  8. « La SNCF investit dans les VTC avec Allocab », sur Les Echos, (consulté le 12 mai 2020)
  9. « Chez Allocab, des paiements et une levée de fonds qui traînent en longueur », sur www.journaldunet.com (consulté le 12 mai 2020)