Ali Oubaali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ali Oubaali
Image illustrative de l’article Ali Oubaali
Fiche d’identité
Nom complet Ali Oubaali
Surnom Hurricane
Nationalité Drapeau de la France France
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Courrières, Pas-de-Calais
Taille 1,73 m (5 8)
Catégorie Poids plumes à super-légers
Palmarès
Professionnel Amateur
Combats 29 88
Victoires 26 72
Victoires par KO 20 66
Défaites 3 14
Matchs nuls 2
Titres professionnels Champion de France des super-plumes (2002)

Champion WBC Méditerranée des super-légers (2012)
Titres amateurs Champion de France poids plumes (2000)
Dernière mise à jour : 8 février 2014

Ali Oubaali est un boxeur français né le à Courrières, Pas-de-Calais[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Né à Courrières en France de parents marocains.

Boxe thaïlandaise[modifier | modifier le code]

Combattant d'abord en boxe thaïlandaise, il dispute 66 combats et remporte 62 victoires dont 56 avant la limite. Véritable puncheur, il devient champion de France à Lens en 1996 et la même année champion d'Europe WPKL (World Professional KickBoxing League) en battant le hollandais Amar lakkar à Breda aux Pays-Bas. Il deviendra champion du monde de la prestigieuse fédération WMTC (World Muay Thai Council) en 1997 en battant avant la limite à domicile dans la mythique salle du Lumpinee le célèbre thaïlandais Wang Chan Noy. Ce dernier fut champion olympique de boxe anglaise à Barcelone en 1992 et plusieurs fois champion du stadium Lumpinee et Radjamnun avec un palmarès de 350 combats pour 325 victoires ! Oubaali fera une carrière éclair en boxe thaïlandaise. On lui donnera le surnom de The Hurricane. Ali défendra victorieusement 3 fois sa ceinture : 1 fois en Thaïlande et 2 fois au Japon à Tokyo et Nagasaki.

Boxe anglaise amateur[modifier | modifier le code]

Ali Oubaali se distingue ensuite par sa capacité de reconversion en boxe anglaise : il dispute en amateur 88 combats ponctués par 72 victoires dont 66 avant la limite ( En France Ali Oubaali détient le ratio de KO le plus élevé dans les rangs amateur, un Record encore inégalé), 2 nuls et 14 défaites. En 1998, il fait sa première apparition en équipe de France au tournoi de Tallinn en Estonie où il remporte la médaille de bronze. Il est incorporé au même moment dans l'équipe de France militaire au bataillon de Joinville à l'école inter armée des sports de Fontainebleau et décroche la médaille de bronze aux Jeux Mondiaux à Zagreb en Croatie en 1999. Le ministère de la jeunesse et des sports lui décernera la médaille d'argent et la défense nationale le décorera de la médaille de bronze militaire. Il décroche ensuite l'or au tournoi des Golden Belt à Bucarest, ce qui le qualifie pour les championnats d'Europe de Tampere en Finlande où il perd en quart de finale contre le turc Ramaz Paliani, futur champion d'Europe. Ali devient champion de France amateur en 2000 ; reçoit le prix du meilleur boxeur amateur de l'année 2000 et intègre l'équipe de France pré-olympique pour Sydney en 2000, compétition à laquelle il sera prématurément éliminé. Pour saluer l'ensemble de sa carrière sous les couleurs tricolores et sa passion pour la transmission du Noble Art et de ses valeurs, Ali Oubaali a reçu le la médaille d'or de la Jeunesse et des Sports des mains du secrétaire d’état en personne, Thierry Braillard qui parlera d'une reconnaissance de la République en faveur d'un serviteur du Noble Art honoré à sa juste valeur. Le même jour, il réussissait son examen de juge arbitre national en sortant major de sa promotion avec la note de 18 sur 20. Le , Ali Oubaali s'est vu décerner au CNOSF par l'AFCAM (Association Française du Corps Arbitral Multisports) le trophée de meilleur juge arbitre espoir de la Fédération française de boxe.

Boxe anglaise professionnelle[modifier | modifier le code]

Ali Oubaali fait ses débuts professionnels le et devient champion de France des super-plumes à son 6e combat le à Marseille en battant Adolphe Avadja par arrêt de l'arbitre au 6e round. Ali échoue en revanche pour les titres WBA Fedelatin et Fedecentro à Caracas au Venezuela face au champion en titre panaméen Vicente Mosquera (qui deviendra par la suite champion du monde). Il s'incline également pour le titre européen face à Boris Sinitsin en 2004 sur décision partagée et enfin en championnat de France contre Youssouf Djibaba. Ali reprend le fil de sa carrière en et tente l'aventure américaine en 2007. Il décide de monter directement dans la catégorie des super-légers. Cela lui réussira puisqu'il gagne ses 3 combats aux États-Unis et enchaine avec 11 victoires d'affilée. Il gagne le titre WBC Méditerranée contre le français Bastien Laforge le . En , son palmarès est de 29 combats pour 26 victoires (dont 20 avant la limite) et 3 défaites aux points. Ali Oubaali demeure ainsi invaincu depuis sa montée de catégorie de poids en . Il est aujourd'hui l'entraîneur de Nordine Oubaali qui a disputé les JO de Pékin et Londres, multiple champion de France et actuel champion WBA intercontinental chez les pro et de Souleymane Cissokho, capitaine de l'équipe de France et médaillé de bronze aux JO de Rio. Ali Oubaali perçoit le Sport comme un outil sociétal et continue à se consacrer au Noble Art à travers trois thématiques qui lui sont chères et qu'il défend au sein de sa structure Coaching Fitness VIP : l'éducation par le Sport avec des interventions dans les écoles et les quartiers pour promouvoir les valeurs du Sport, le Sport en entreprise pour véhiculer le dépassement de soi, fédérer le groupe et avancer ensemble et la promotion du sport féminin à travers des actions ciblées et tournées vers le public féminin visant à combattre les préjugés. Il est d'ailleurs un des ambassadeurs référents en Ile-de-France sur ces axes d'actions et de réflexions. Ali Oubaali est également le seul Français à avoir pu signer des accords historiques avec la salle mythique du Gleason's Gym (en) de New-York visant à promouvoir les échanges interculturels et sportifs entre jeunes des deux continents.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. « Ali Oubaali », L'Equipe (consulté le 6 juin 2010)

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]