Ali Lmrabet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec Ali Mrabet, acteur, danseur et chorégraphe tunisien, ou Adil Lemrabet, footballeur marocain.
image illustrant un journaliste image illustrant marocain
Cet article est une ébauche concernant un journaliste marocain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ali Lmrabet
Ali lmrabet 06.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web
Distinctions
Prix Reporters sans frontières (d) ()
Prix José Couso (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Ali Lmrabet[1] est un journaliste marocain né à Tétouan en 1959.

Biographie[modifier | modifier le code]

Journaliste engagé, il est passé de simple correspondant pour journal, au poste de rédacteur en chef du périodique Le Journal hebdomadaire, qui a inauguré une nouvelle ère dans le domaine de la liberté de la presse au Maroc.

Ali Lmrabet est surtout connu pour avoir créé l'hebdomadaire Demain, le .

Premier[réf. nécessaire] journaliste maghrébin à avoir interviewé un premier ministre israélien (Benyamin Netanyahu), il est aussi le premier reporter à avoir franchi le Détroit de Gibraltar en "Patéra" (été 2000), ces embarcations de fortune utilisées par les immigrés illégaux pour passer en Espagne.

Il a été le premier journaliste marocain[réf. nécessaire] à s'être rendu dans les camps de réfugiés de Tindouf pour interviewer le chef des rebelles du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz.

Récompensé par plusieurs prix internationaux[Lesquels ?], il a été condamné en 2005 à dix ans d'interdiction de l'exercice de la profession de journaliste pour avoir déclaré à un hebdomadaire marocain que les prisonniers saharaouis à Tindouf (Algérie), étaient des "réfugiés" et non des "séquestrés"[2].

Il a travaillé comme correspondant au Maghreb du[réf. nécessaire]quotidien espagnol El Mundo de 2004 à 2008.

À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse 2014, Reporters sans frontières (RSF) le présenta comme l’un des « 100 héros de l’information ». « Dotés d’un courage exemplaire, ces 100 héros contribuent, par leur travail ou leur combat, à promouvoir la liberté prévue par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, celle de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit », déclara cette organisation. « Les 100 héros mettent leur idéal au service du bien commun et à ce titre, ils ont valeur d’exemple », expliqua RSF.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Variantes rencontrées : Lamrabet ou Lemrabet.
  2. Interdiction d’exercice pour Lmrabet Confirmation du verdict sur el Watan par R. Bel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]