Alfred Taiée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfred Taiée
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
GraveurVoir et modifier les données sur Wikidata

Jean Alfred Taiée (1820-1880) est un graveur français aquafortiste, qui se spécialisa dans les représentations du Paris pré-haussmannien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Taiée est l'auteur d'au moins 150 eaux-fortes, technique par laquelle il grava et uniquement dans celle-cI.

Son histoire, singulière, nous est rapportée par Jean-Antoine Luthereau, critique d'art, dans La Célébrité datée 5 novembre 1864 : âgé d'une quarantaine d'années, Taiée, modeste employée au ministère des Finances (alors situé au Louvre) et dessinateur amateur particulièrement doué, se promène rue de Richelieu et tombe sur la boutique de la Société des aquafortistes. Fortement impressionné par les eaux-fortes exposées en vitrine, il pénètre dans le magasin pour acheter le matériel nécessaire pour graver. Alors qu'il est autodidacte, Taiée parvient en peu de temps à présenter une plaque de cuivre à Alfred Cadart et Martial Potémont, lequel l'encourage et lui donne des conseils. Désormais, Taïée se concentre sur la représentation des rues de Paris, son sujet préféré. Il réussit à saisir la transformation des quartiers, promis aux coup de pioches des démolisseurs, lesquels s'activaient sur ordre du préfet Haussmann[1].

Son témoignage graphique est très précieux : sans avoir la précision d'une photographie de Charles Marville, et à une époque où l'usage de la caméra n'était pas encore si répandu, le travail de l'artiste figure sur le vif le Paris qui s'en va, qui se transforme. Certaines de ses images possèdent un souci remarquable du détail, d'autres moins, mais laissent une impression de vie.

Cadart et Luquet éditent ses gravures sous la forme de six albums en deux séries : d'abord les Croquis à l'eau-forte gravés sur nature. Paris et ses environs, comprenant en moyenne douze pièces, puis le Paris en train [de changer], comprenant vingt-cinq pièces.

Infatigable, il se promène en permanence avec un morceau de cuivre dans la poche : c'est ainsi, comme le rappelle Janine Bailly-Herzberg, qu'il parvient le 29 mai 1872 à reproduire sur le vif une soirée musicale chez le violoniste Charles-Auguste de Bériot, gravure sur laquelle on voit Félicien Rops, Henri Harpignies et Honoré Daumier. Or, au verso de ce cuivre, ce dernier y grava sa seule et unique eau-forte !

Hormis Paris, et ses environs [i.e. la vallée de la Seine, la Normandie], Taiée fit un portrait de Coquelin Cadet (1866) et quelques marines, natures mortes et scènes de genre comme cette Rose trémière (1866) ou ces Marrons d'Inde (1875), illustra deux recueils poétiques de Poisle Desgrange dont Le Roman à l’eau-forte en douze chapitres inédits édité à la Librairie Bachelin-Deflorenne (1873-1874)[2], et fut l'un des plus prolixes contributeurs aux productions éditoriales de la maison Cadart : dix-neuf pièces pour L'illustration nouvelle et trois pour L'Eau-forte en... (1868-1880)[3],[4].

En 1876, il produit vingt eaux-fortes reproduisant les tableaux de la collection de peintures du comédien Jean Berthelier[5], ainsi que son portrait inédit.

Choix d'eaux-fortes[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les eaux-fortes d'Alfred Taiée », dans La Célébrité, 5 novembre 1864, p. 331 — en ligne sur Gallica.
  2. Les gravures sont visibles via la Notice et le texte numérisé sur Gallica.
  3. Notice de L'Illustration nouvelle, du Catalogue général de la BnF.
  4. Notice de L'Eau forte en..., du Catalogue général de la BnF.
  5. « Vingt tableaux de la collection Berthelier : gravés à l'eau-forte par Alfred Taiée », Paris, A. Cadart, 1876 — en ligne sur Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle, volume XII, Paris, L. Conquet, 1892, p. 68-69.
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Janine Bailly-Herzberg, Dictionnaire de l'estampe en France (1830-1950), préface de Michel Melot, Paris, Arts et métiers graphique, 1985, p. 311-312.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :