Alexandre de Théis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théis.

Alexandre Étienne Guillaume, baron de Théis (Nantes, paroisse Saint Nicolas le 12 décembre 1765- Paris, 24 décembre 1842) est un haut fonctionnaire et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère de Constance de Théis qui devint princesse de Salm et fils de Marie Alexandre de Théis et Anne Marie Quillau, son parrain est Étienne Joseph Quillau son grand-père maternel et sa marraine Marie Catherine Leturc, sa grand-mère paternelle. Il épouse en 1802 la baronne Marie Anne Elisabeth Michault de Saint Mars (décédée vers 1845).

Il commence sa carrière comme officier en 1793. À défaut de gloire militaire, il prend goût, aux armées, à la botanique. Il publie chez Gabriel Dufour à Paris en 1810 un Glossaire de Botanique, dictionnaire étymologique des noms et termes relatifs à la botanique.

En 1821, Maradan édite à Paris Le Voyage de Polyeucte, roman archéologique destiné à faire connaître l'Italie antique et les institutions romaines. Cet ouvrage rencontre un succès tel qu'il sera réédité quatre fois en deux ans et traduit dans de nombreuses langues européennes.

En 1818, Alexandre de Théis fait paraître Mémoires d'un Espagnol et en 1825 Mémoires d'un Français, romans traitant de l'éveil à l'amour d'un adolescent timide.

En 1828, les critiques accueillent de façon élogieuse Politique des Nations, ouvrage de philosophie historique édité chez Grimbert, dont la réédition de 1829 portera le titre de Précis de l'Histoire universelle des peuples anciens et modernes.

Comme haut fonctionnaire, Alexandre de Théis fut Maire de Laon[1], conseiller (1812) et secrétaire général de la Préfecture de l'Aisne de 1814 à 1830, préfet de la Corrèze puis préfet de la Haute Vienne (08/07/1830). Sa révocation en juillet 1833 provoque une pétition de 6.000 signatures et une protestation populaire demandant sa réintégration. En vain.

Alexandre de Théis retourne alors au château de l'Aventure à Autreville où il écrira son dernier ouvrage paru en 1834 chez Hachette Conseils aux jeunes gens qui sortent des écoles primaires. Il y explique la difficulté pour un septuagénaire de faire face aux innovations et problèmes des années 1830.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

On lui doit :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Caron, Histoire populaire de Chauny, 1878, p.206

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Alexandre de Théis » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)

Liens externes[modifier | modifier le code]