Constance de Théis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théis.
Constance de Théis
Jean-Baptiste François Desoria - Portrait de Constance Pipelet.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Constance-Marie de ThéisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Fratrie
Conjoint

Constance Marie de Théis, née à Nantes le , baptisée dans la paroisse Saint-Similien, et morte le [1], devient par son premier mariage Pipelet de Leury, et, par son second mariage, comtesse (1803) puis princesse de Salm-Dyck (1816) ; elle est une poétesse et femme de lettres française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille originaire de Picardie du côté paternel et de Paris du côté maternel. Son père est Marie Alexandre de Théis (1738-1796), juge-maître des Eaux et Forêts de la ville et du comté de Nantes, procureur royal à Chauny de 1772 à 1774, puis gestionnaire de la faïencerie de Sinceny. Sa mère est Anne Marie Quillau, née à Saint-Germain-l'Auxerrois (Paris) le 5 janvier 1746 dans une famille de marchands drapier et mercier. Ses parents s'étaient mariés à Saint Germain l'Auxerrois le 18 décembre 1764. Elle avait un frère aîné de deux ans, Alexandre de Théis dont le parrain fut Étienne Joseph Quillau (né à Paris le 5 juin 1717) grand-père maternel. Constance de Théis reçut une excellente éducation, où son père joua un rôle primordial et se fit connaître dès l'âge de dix-huit ans par des poèmes publiés dans l’Almanach des Muses, notamment une romance intitulée Bouton de rose[2], qui eut un succès durable une dizaine d'années plus tard quand Pradher mit une musique sur les paroles que Jean Garat interprétait dans les salons du Directoire en l'honneur de Joséphine Bonaparte.

Constance de Théis fut surnommée par Marie-Joseph Chénier, « la Muse de la Raison[3] »; elle fut aussi appelée « le Boileau des femmes ».

Elle épousa le 20 avril 1789 à Sinceny-Autreville un chirurgien herniaire : Jean Baptiste Pipelet de Leury, né en la paroisse Saint-Sulpice de Paris le 5 mai 1759. De leur union naquit le 27 janvier 1790 Agathe Clémence Pipelet, habituellement appelée Clémence par sa mère. Le couple divorça en 1799. Jean Baptiste Pipelet était le fils de Marie Geneviève Suret et François Pipelet (né le 27 juin 1723 à Coucy - mort à 14 octobre 1809 à Coucy), également chirurgien herniaire, médecin de Louis XVI et du dauphin au Temple; il fut aussi pendant 30 ans maire de Coucy-le-Chateau-Auffrique. Jean Joseph Sue, père d'Eugène Sue était un chirurgien ami de François Pipelet[4] de Leury.

Elle quitta la capitale pour le castel familial de l'Aventure à Autreville sous la Terreur en 1793, pendant environ un an, qu'elle mit à profit pour s'occuper de sa fille et rédiger Sapho, sa première tragédie lyrique en vers. Mise en musique par Martini, la première aura lieu le 17 décembre 1794 au théâtre des Amis de la Patrie. La pièce sera jouée plus de 100 fois, soutenue par la critique.

Dès 1795, Constance Pipelet commence à être connue des milieux artistiques et culturels de Paris. La qualité de l'oraison funèbre qu'elle fit de son père incite Sedaine puis le géographe Edme Mentelle, puis Gaviniès et d'autres à lui demander de prononcer la leur. Son cousin Paul-Louis Courier lui écrit : « cela donne envie d'être mort quand on est de vos amis; je me recommande à vous pour mon éloge. »

Femme engagée, passionnée, aux qualités littéraires reconnues, son succès porte ombrage à quelques hommes de lettres en place dont la réaction méprisable en quelques vers de Lebrun Pindare qui atteint directement à son honneur de femme et fille de son père juste décédé. La réponse de Constance D.T. Pipelet est l'« Epître aux femmes » (1797) qui provoque un véritable enthousiasme du monde intellectuel et plus généralement des citoyens qui l'arrêtent dans la rue pour l'ovationner. Elle y réclame, sur un mode logique et raisonné, une égalité harmonieuse entre hommes et femmes dans l'instruction et les tâches quotidiennes avec une pointe de féminisme plus habile que les revendications directes d'une Olympe de Gouges. On trouve dans l'Epître : « Les temps sont arrivés, Femmes éveillez-vous... », « Différence n'est pas infériorité. »

Le 1er novembre 1797 a lieu la première de L'Hymne sur la Paix, paroles de la citoyenne Constance Pipelet, musique de Méhul. Bonaparte se souviendra de cette poète qui appelle les Français à le célébrer, lui qui a rendu la paix et le bonheur à la France : "Gloire au vainqueur de l'Italie".

Vers 1800, Stendhal l'évoque dans la Vie de Henri Brulard, après avoir été conduit par son cousin Pierre Daru à une séance d'une société de poésie que Constance Pipelet présidait : « Il était sept heures et demie du soir et la salle était fort illuminée. La poésie me fit horreur. Quelle différence avec l'Arioste et Voltaire ! Cela était bourgeois et plat (Quelle bonne école j'avais déjà !), mais j'admirais avec envie la gorge de Mme Constance Pipelet qui lut une pièce de vers. Je le lui ai dit depuis ; elle était alors la femme d'une pauvre diable de chirurgien herniaire et je lui ait parlé chez Mme la comtesse Beugnot quand elle était princesse de Salm-Dyck, je crois. Je conterai son mariage, précédé par deux mois de séjour chez le prince de Salm avec son amant, pour voir si le château ne lui déplairait point trop ; et le prince nullement trompé, mais sachant tout et s'y soumettant, et il avait raison. »

Le 14 décembre 1803, « à cause des rapports de caractère et d'âme qui existent entre nous », Constance de Théis épousa en secondes noces Joseph de Salm-Reifferscheidt-Dyck, divorcé depuis le 3 septembre 1801 de Maria Theresa von Hartzfeld. L'origine de cette famille de princes allemands remonte au IXe siècle. Joseph de Salm est alors député du département de la Roër, chancelier de la Légion d'honneur, comte d'Empire (sera chevalier le 3 juin 1805), chef de la Maison de Salm-Dyck, province de la rive gauche du Rhin. Outre ses fonctions politiques, Joseph de Salm est un savant botaniste auteur d'ouvrages sur les plantes grasses. Constance et Joseph de Salm partageront leur temps entre le domaine de Dyck, Aix-la-Chapelle et Paris où ils « reçoivent beaucoup. » En 1806, Joseph de Salm achète le château de Ramersdorf puis en 1809 l'hôtel de Ségur, au 97 rue du Bac à Paris, où ils vont tenir jusqu'en 1814, un Salon littéraire, académique et aristocratique dont l'influence sera grande lors des élections à l'Institut et à l'Académie. Ils firent décorer l'appartement du premier étage (antichambre, salon, bibliothèque) en style Empire (v. 1810) par l'architecte Antoine Laurent Vaudoyer et le peintre Jean-Jacques Lagrenée. La comtesse y tint jusqu'en 1824 un salon littéraire très brillant. Elle était liée avec son cousin Paul-Louis Courier, qui lui avait dédié en 1803 son premier ouvrage, un Éloge d'Hélène, traduit d'Isocrate. Elle recevait également Alexandre Dumas, La Fayette, Talma, Jussieu, Alexander von Humboldt, des artistes comme Girodet, Grétry, Houdon, Augustin Pajou, Pierre-Narcisse Guérin, Carle Vernet, etc. Très mélangé, son salon était ouvert aux Idéologues comme aux libéraux de La Décade philosophique, le faubourg Saint-Germain y croisait la noblesse d'Empire, et beaucoup de francs-maçons de la « loge des Neuf Sœurs » s'y retrouvaient.

Constance de Salm poursuit son activité de femme de lettres : Épître à un jeune auteur sur l'indépendance et les devoirs de l'homme de lettres (1806), Épître sur les inconvénients du séjour à la campagne (1806), Mes amis, poème inspiré d'abord par Girodet (1807), Épître à un vieil auteur mécontent de se voir oublié (1809), Épître à l'Empereur Napoléon (16 février 1810), Discours sur les voyages (1811), Épître sur la rime (1812), Épître sur la philosophie à un misanthrope qui se croit philosophe (1814). Parmi ces travaux, l'épître à Napoléon, adressée en fait à Monsieur de Menneval, son secrétaire, fut rédigée pour attirer l'attention de l'Empereur sur l'injustice flagrante des articles traitant de l'adultère dans le code pénal que le Conseil d'État venait d'adopter : « Quelle main a tracé cet article barbare ? ». Elle ironise sur les conséquences fâcheuses d'un mari jaloux qui verrait des amants partout et réclame des droits et peines semblables pour homme et femme : « De quel droit un époux veut-il punir en nous ce qu'il excuse en lui ?. » Lors d'une rencontre aux Tuileries, Napoléon lui dira qu'il avait lu ses vers, qu'elle avait raison et que « c'était bien, c'était très bien » (d'avoir réagi). Il exprimera au Conseil d'État sa préférence pour le mutisme de la législation antérieure sur « cette question de canapé », mais, le texte étant déjà publié, rien ne fut modifié.

À la suite du traité de Versailles, la Roër est restituée à l'Allemagne. Le comte Joseph est fait prince de Salm. Le salon de la rue du Bac dispersé, Constance de Salm restera de plus en plus à Ramersdorf et publiera en 1817 un Discours sur le bonheur, et en 1818 Les Femmes politiques où elle dénonce l'ostracisme dont sont victimes les femmes dans ce domaine. La même année, elle fait la connaissance aux eaux à Aix-la-Chapelle de la princesse Thérèse Mathilde von Mecklemburg Stultz devenue von Thurm und Taxis par son mariage, belle sœur du roi de Prusse. Leur amitié et correspondance tiendra une place importante dans le vie et l'œuvre de Constance de Salm. Des bords du Rhin, elle développe un réseau important de correspondants, cherchant à se situer comme une philosophe, un maître à penser, diffusant ses écrits et avis, reprenant son activité militante de défense des droits fondamentaux des femmes, réclamant au nom de la raison et de la justice l'accès à toutes les fonctions publiques selon ses capacités personnelles et non selon son sexe ; elle reçoit en retour une foule d'informations et moult propositions de collaboration. Mais, libérée de tout souci pécuniaire, aimant sa propre liberté et surtout voulant demeurer seule maître d'œuvre, elle refuse toute intégration à une structure associative. Dans ses cahiers, Joséphine de Théis, fille de son frère Alexandre, écrira que sa tante était franche, douée d'un rare esprit et d'un vrai talent, mais la décrira comme « colère », tranchante, orgueilleuse de sa supériorité.

Au printemps 1820, Constance de Salm publie chez Arthus Bertrand une Épître à un honnête homme qui veut devenir intrigant, exprimant son indignation envers les exactions des intrigants et parvenus titrés de la Restauration. Tout le monde concerné et tous les hommes politiques le lurent tandis que la presse opta pour le silence.

Le 14 juin 1820 sa fille Clémence, veuve avec 3 enfants du colonel et baron d'Empire Louis Bernard Francq (né le 25 août 1766 à Auxonne - mort le 4 décembre 1818 à Paris) qu'elle avait épousé le 18 décembre 1813, est assassinée dans le château de Ramersdorf par un soldat auquel elle avait refusé mariage et argent. Des feuilles locales rapportant des faits atteignant à l'honneur de la défunte accrurent le désespoir de Constance de Salm. La princesse et amie Thérèse von Thurm und Taxis intervint directement auprès du roi pour que la Gazette officielle de Berlin rétablisse (29/07/1820) la vérité sur cet assassinat. Constance de Salm cesse alors toute activité et s'engouffre dans une dépression réactionnelle de plusieurs années ; la princesse Thérèse von Thurm und Taxis s'avère un soutien moral primordial et indispensable.

Vers 1823, Constance de Salm refait des séjours à Paris, y retrouve des amis et reprend goût à la vie de salon. En 1824, elle dédie à Thérèse, son amie, Vingt quatre heures de la vie d'une femme sensible. Commencé en 1803-1804, reprit en 1814-1815, terminé à Ramersdorf, ce qu'elle nommait « son petit roman » est une suite de 46 lettres écrites, sauf une, par une amante blessée et angoissée, exprimant et décrivant une palette de sensations. Le succès est important en France comme dans d'autres pays européens.

Tombeau de Constance de Théis

En 1824, elle donne au Moniteur des Stances sur le romantique et la vieille école où elle se situe comme un auteur classique et non dans le mouvement romantique. En 1828, parait chez Didot une Épître sur l'esprit et l'aveuglement du siècle louangée par les journaux. La même année, elle décide de reporter sine die Des Allemands comparés aux Français dans leurs mœurs, usages, vie intérieure et sociale que des journalistes allemands avaient considéré comme dévalorisant pour les femmes allemandes. En 1829, Constance de Salm publie à Aix-la-Chapelle la première édition de 173 Pensées. Dans l'édition de 1835 chez Arthus Bertrand, il y en aura 317. Même nombre chez Firmin Didot pour la 3e édition de 1838. Sous forme de pensées style La Bruyère, l'ouvrage eut, dès sa première édition un grand succès et fut rapidement réédité. Elle y traite avec conviction et authenticité de l'éducation négligée de la Femme, de l'attitude dominante des hommes et des problèmes majeurs de la société de l'époque. En 1832, Sédillot et Didot publie une Épître aux souverains absolus venant en écho aux désordres et menaces en Europe et rappelant les injustices faites aux Femmes. En 1833, Firmin Didot édite Mes 60 ans poème de 12 000 vers que Constance de Salm considère comme son œuvre-maîtresse. Elle y dépeint sa vie, son histoire littéraire, ses luttes et sa passion pour le respect de chacun. En 1837, Constance de Salm publie chez Didot des stances Je mourrai comme j'ai vécu où elle réaffirme ses valeurs de loyauté et ses combats contre l'injustice et pour l'égalité entre Homme et Femme.

Constance de Salm décède le dimanche 13 avril 1845 en son domicile du 3bis rue Richer à Paris. Elle est inhumée dans un monument en forme de sarcophage en première ligne du chemin Monvoisin au cimetière du Père-Lachaise, 26e division.

Son portrait est aujourd'hui à l'Institut d'art de Chicago. Son tombeau est au cimetière du Père-Lachaise à Paris (26e division, chemin Monvoisin).

Estampe[modifier | modifier le code]

Une soirée chez la princesse Constance de Salm en 1806. Estampe montrant 39 personnages identifiés par un numéro et une légende :

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sapho, opéra, musique de Jean Paul Égide Martini, Paris, Théâtre-Louvois, 14 décembre 1794.
  • Épître aux femmes, 1797.
  • Rapport sur les fleurs artificielles de la citoyennes Roux-Montagnac, 1798.
  • Camille, ou Amitié et imprudence, drame en 5 actes, en vers, Paris, Théâtre-Français, 1800.
  • Rapport sur un ouvrage du citoyen Théremin, intitulé : De la condition des femmes dans une république, 1800.
  • Épître à un jeune auteur sur l'indépendance et les devoirs de l'homme de lettres, 1806.
  • Précis de la vie de Sapho, 1810.
  • Poésies, 1811, in-8.
  • Poésies, 1814, in-8.
  • Vingt-quatre heures d'une femme sensible, roman, 1824, in-8.; rééd. en 2007 aux éditions Phébus (ISBN 2752902484)
  • Poésies, 1825, 2 vol. in-18.
  • Fragment d'un ouvrage sur l'Allemagne, 1826.
  • Pensées, Aix-la-Chapelle, 1829, in-12 ; rééd. par Jean-Baptiste Sanson de Pongerville, 1846, in-8.
  • Mes Soixante ans, Paris, Didot, 1833.
  • Œuvres, Paris, Didot, 1835.
  • Œuvres complètes, Paris, 1842, 4 vol. in-8.

Citations[modifier | modifier le code]

« Nous aimons la morale quand nous sommes vieux, parce qu'elle nous fait un mérite d'une foule de privations qui nous sont devenues une nécessité. » (Pensées)
« La conversation des femmes, dans la société, ressemble à ce duvet dont on se sert pour emballer les porcelaines : ce n'est rien, et sans lui tout se brise. » (Pensées)
Qu'est-ce donc que la rime ? Une chaîne légère
Que s'impose l'esprit, que l'école exagère ;
Un charme à la mesure ajouté savamment,
Mais qui ne doit gêner l'art ni le sentiment. (1812)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bied, « Le Rôle d'un salon littéraire au début du XIXe siècle : les amis de Constance de Salm », Revue de l'Institut Napoléon, no 113, p. 121-160
  • G. Castil-Cagarriga, « Madame la princesse de Salm », Revue des deux mondes, mai-juin 1957, p. 317-322
  • L.-M. de F***, Notice sur la vie et les travaux littéraires de Mme la princesse de Salm-Dyck, Paris, 1843, in-8
  • Philippe Jullian, « 150 ans après la Princesse de Salm », Connaissance des arts, juin 1976, p. 84-89
  • Catriona Seth, « La femme auteur, stratégie et paradigmes. L'exemple de Constance de Salm », La Littérature en Bas-bleus, sous la direction d'Andrea Del Lungo et Brigitte Louichon, Paris, Garnier, 2010.
  • J.-M. Quérard, La France littéraire, Paris, 2e éd., tome VIII, p. 414-418
  • Martine Lauzon, Une moraliste féministe : Constance de Salm, mémoire de maîtrise, Montréal, Université McGill, juillet 1997
  • Jeanne Pouget-Brunereau, "Presse féminine et critique littéraire [Texte imprimé] : leurs rapports avec l'histoire des femmes de 1800 à 1830", Paris, Bibliothèque Marguerite Durand, 2 vol., 1994, cote 4° 1414 1415, (suite d'une thèse soutenue en 1993), t. 1: p. 104-105 et t. 2: p. 437-448. (Étude de la critique littéraire dans des journaux de presse féminine et de son importance sur l'histoire des femmes pendant les trente premières années du XIXe siècle, avec Annexes intéressantes). Cette étude a été imprimée en 2000 et se trouve à la BnF mais les Annexes et la Bibliographie ont été écourtées par l'éditeur.
  • Jean-Baptiste Sanson de Pongerville, « Préface » de son édition des Pensées (V. supra)
  • Catriona Seth, « Les Muses de l'Almanach. La poésie au féminin dans l'Almanach des Muses », Masculin/Féminin dans la poésie et les poétiques du XIXe siècle, sous la direction de Christine Planté, Lyon, PUL, 2002, p. 105-119.
  • Catriona Seth, 2010 « La femme auteur: stratégie et paradigmes. Le cas de Constance de Salm», La littérature en Bas-Bleus (éd. Brigitte Louichon & Andrea Del Lungo). Paris, Garnier, 2010, p.195-213.
  • Évelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine, Paris, 1966, p. 94
  • G. Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, tome II, p. 1812
  • Biographie universelle..., éd. augmentée, 1854-1865, tome 37, p. 526-528
  • Nouvelle Biographie générale, 1867, tome 43, p. 196-198
  • Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1865-1876, tome XIV, p. 128
  • Constance de Salm. Cahiers Roucher-André Chénier no 29 - 2010, p. 1-210. Articles de Christine Planté, Catriona Seth, Lesley H. Walker, Jean-Noël Pascal, Michèle Crogiez, Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, Jérôme Dorival, Geneviève Goubier, Huguette Krief.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Constance de Salm (1767-1845) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 7 octobre 2016)
  2. Publiée en 1785 dans l’Almanach des Grâces.
  3. Geneviève Fraisse a repris ce surnom en titre de son livre sur les lendemains de la Révolution Française : Muse de la raison, démocratie exclusive et différence des sexes, 1989, Paris, Folio-Gallimard, 1995, p177-218.
  4. C'est d'après ce nom, sous lequel elle intervenait au lycée, qu'Eugène Sue forma le mot pipelette pour désigner une femme bavarde, imaginant dans Les Mystères de Paris un couple de concierges nommés Alfred et Anastasie Pipelet.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :