Alain Gagnon (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alain Gagnon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Alain Gagnon (22 mai 1938 à Trois-Pistoles au Québec - 26 mars 2017 dans la ville de Québec au Québec) était un compositeur et professeur de musique québécois[1],[2].

Ses compositions ont été interprétées par des ensembles partout au Canada.

Jeunesse et l'éducation[modifier | modifier le code]

Alain Gagnon a étudié le piano dès son plus jeune âge. En 1951, à l'âge de 13 ans, il a commencé à suivre des cours de musique au Séminaire de Rimouski avec le père Philippe-Antoine Lavoie avec qui il a étudié jusqu'en 1958. En 1960, il est entré au Conservatoire de musique de Québec à Québec où il a étudié l'orgue avec Henri Gagnon[3].

Après le décès d'Henri Gagnon en 1961, Alain a poursuivi ses études musicales à l'Université Laval où il a étudié la composition avec Roger Matton. Il a obtenu un baccalauréat en musique à Laval en 1963 et une maîtrise en composition en 1964. Il a reçu la médaille du gouverneur général en 1963 et une médaille du gouvernement français en 1964. Il a poursuivi ses études en privé auprès de Jocelyne Binet en 1964-1965[3].

En 1965, il a remporté le Prix d'Europe et a reçu des bourses du Conseil des Arts du Canada et du ministère de l'Éducation du Québec[4].

Ces bourses lui ont permis de poursuivre des études supérieures en France à l'École normale de musique de Paris avec Henri Dutilleux et à l'École César-Franck avec Olivier Alain en 1965-1966. Il a étudié pendant une courte période à l'Institut de sonologie d'Utrecht en 1966 et en 1967 au Conservatoire de musique de Genève avec André-François Marescotti[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Alain Gagnon s'est joint à la faculté de musique de l'Université Laval en 1967 où il a enseigné la théorie musicale, l'analyse musicale et la composition musicale pendant plus de 40 ans[5].

Il a rejoint la Ligue canadienne des compositeurs et a été associé au Centre de musique canadienne.

L'Orchestre symphonique de Québec lui a commandé son Prélude et l'a créé en 1969 sous la direction de Pierre Dervaux[3].

En 1980, il a composé Pastourelle, sa première composition pour orgue. Une composition pour piano, Jeux dans l'espace : poème, opus 27 a été publiée un an plus tard[6].

En 1998, une de ses œuvres intitulée Chansons d'Orient a été créée par le chœur de chambre Cantori de New York[7].

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alain Gagnon » (voir la liste des auteurs).
  1. « Alain Gagnon - Nécrologie », sur www.lepinecloutier.com (consulté le 24 mai 2018)
  2. The Voice of Chorus America. Vol. 25-26. Chorus America; 2001. p. 42.
  3. a b c et d (en) Madeleine Bodier-Little, « Alain Gagnon », sur The Canadian Encyclopedia (consulté le 25 mai 2018)
  4. "Music Faculties and Conservatories – The Canadian Scene Comes Alive". La Scena Musicale, Mathias Adamkiewicz on 12 November 2017
  5. "Un grand compositeur québécois vient de nous quitter". L'Action Nationale May 2017, Éric Cornellier
  6. "Gagnon, Alain 1938-2017". WorldCat, accessed 28 January 2019.
  7. "Classical Music and Dance Guide". New York Times, 7 November 2003.