Al-Hakim Ier (Abbasside du Caire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hakim.
image illustrant l’islam image illustrant l’Égypte
Cet article est une ébauche concernant l’islam et l’Égypte.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Abû al-`Abbas Ahmad al-Hâkim Ier[1] ou Al-Hâkim Ier (vers 1247[2]-1302) est le deuxième calife abbasside au Caire de 1262 à 1302. Il entame son règne sous la tutelle du sultan mamelouk bahrite Baybars. Abû al-`Abbas Ahmad est le descendant d'Abû Ja`far ar-Râchid bi-llah, 30e calife abbasside de Bagdad, à la quatrième génération.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1261, le sultan mamelouk baharite Baybars voit arriver au Caire Abû al-Qâsim Ahmad dernier Abbasside survivant du massacre de 1258. Abû al-Qâsim Ahmad est l’oncle d’Al-Musta'sim, le 37e et dernier calife de Bagdad, le fils d’Az-Zâhir (35e calife) et le frère d’Abû Ja`far Al-Mustansîr (36e calife). Il devient le nouveau calife sous le nom d’Al-Mustansîr.

Désireux de reconquérir Bagdad, il demande à Baybars de lui fournir des troupes. Baybars ne lui fournit qu’une armée de trois mille bédouins au lieu des dix mille demandés[3].

Al Mustansîr part pour Damas le . Sur les rives de l’Euphrate, il retrouve Abû al-`Abbas Ahmad alors âgé seulement d’une quinzaine d’années[3]. Après avoir traversé le fleuve, les deux Abbassides se heurtent aux Mongols à Al-Anbar. Les troupes abbassides sont défaites par leurs adversaires. Al Mustansîr meurt et disparaît dans la bataille. Abû al-`Abbas Ahmad parvient à fuir et à rentrer au Caire. Baybars l’accueille. Le vendredi suivant[4] il est intronisé calife avec le titre d’Al-Hâkim bi-'Amr Allah mais ne jouit en réalité d’aucun pouvoir et vit reclus dans la citadelle du Caire[3].

Au cours de son règne il va voir se succéder les sultans mamelouks :

Les fils de Baybars
Qala'ûn et ses fils
Interrègne d'An-Nâsir Muhammad
Retour d'An-Nâsir Muhammad

Fin 1298[5], pendant le règne de Lajin, Al-Hâkim Ier fait le pèlerinage à La Mecque avec toute sa famille, le sultan lui donne 700 000 dirhams pour ce voyage[6].

Al-Hâkim Ier décède au début de l'année 1302[7], son fils Sulaymân lui succède sous le nom d'Al-Mustakfî Ier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en arabe : ʾabū al-ʿabbās ʾaḥmad al-ḥākim biʾamr allāh, أبو العباس أحمد الحاكم بأمر الله, « souverain par la volonté de Dieu ».
  2. Il a une quinzaine d'années en 1262, d'après André Clot, op. cit., « Le calife au Caire », p. 58
  3. a, b et c André Clot, op. cit., « Le calife au Caire », p. 57-58
  4. 22 novembre 1262 / 8 muḥarram 661, d'après (en) Akbar Shah Najeebabadi, History of Islam, vol. 2, Darussalam (ISBN 978-9960-892-88-7, lire en ligne), « The Caliphate of the Abbasids (Third Phase) », p. 590, mais c'est un mercredi.
  5. septembre 1298 / ḏū al-ḥijja 697
  6. Li Guo et Mūsá ibn Muḥammad Yūnīnī, Early Mamluk Syrian historiography: Al-Yūnīnī's Dhayl Mirʼāt al-zamān, vol. 21 : Islamic history and civilization, BRILL, , 241 p. (ISBN 978-90-04-11028-1, lire en ligne), p. 107
  7. 19 janvier 1302 / 18 jumādā al-ʾūlā 701, d'après (en) Akbar Shah Najeebabadi, History of Islam, vol. 2, Darussalam (ISBN 978-9960-892-88-7, lire en ligne), « The Caliphate of the Abbasids (Third Phase) », p. 590

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]