Adrien de Boucherville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boucherville (homonymie).
Adrien de Boucherville
Naissance
Décès
(à 54 ans)
Paris (France)
Nom de naissance
Jules Adrien Boucher de Boucherville
Nationalité
Activité
Formation
Maître

Adrien de Boucherville, né le à Acqueville et mort le à Paris, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le château de la Motte d'Acqueville où naquit Adrien de Boucherville.

Adrien de Boucherville est un descendant de Pierre Boucher, explorateur. Il est également apparenté à Sainte Marguerite d'Youville[1] sans en être directement descendant. Il est le grand oncle du peintre Robert Dugas-Vialis.

Adrien de Boucherville est né au château de la Motte d'Acqueville (Calvados) le . Il est le fils de Nathalie Louise de Folleville et de Louis Ferdinand de Boucherville. Il a une sœur aînée, Amélie, née en 1827 et un frère cadet, Albert, né en 1831[2].

En 1849, il est reçu à l'École militaire de Saint-Cyr[3] d'où il sortit en 1851, pour mieux se consacrer à sa famille et à son art. Le , il se marie avec Henriette-Lucile Frèrejean[2], fille de Louis et Marie-Lucie Champanat de Sorjas. De cette union, naîtront cinq enfants : Joseph (1859-1927), Henri (1861-1930, Albert (1862-1919), Maurice (1864-1891) et Madeleine (1867-1955), la seule qui assurera une postérité en se mariant avec Pierre-Georges Aubineau.

Boucherville se spécialise dans les scènes de genres anecdotiques dix-huitiémistes dépeignant des intérieurs bourgeois ou aristocratiques, scènes alors en vogue et non dénuées de mièvrerie. Il participe à 17 expositions au musée des beaux-arts de Lyon de 1864 à 1882. Il envoya beaucoup de ses œuvres à diverses expositions en Amérique.

Adrien de Boucherville meurt le , dans son hôtel particulier du 16, rue de Boulogne (aujourd'hui rue Ballu) à Paris. Il repose dans le vieux cimetière de Saint-Maurice-L'Exil dans l'Isère.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Portrait d'enfant, 1864, huile sur toile.
  • Le Porteur d'eau à Venise, 1865, huile sur toile.
  • La Prière, 1867, huile sur toile.
  • La Sieste, 1867, huile sur toile.
  • Un jour de grande cérémonie, 1867, huile sur toile.
  • Débauche et remords, 1868, huile sur toile.
  • Philomena, 1870, huile sur toile.
  • Un jour de marché, 1870, huile sur toile.
  • Rêverie, 1871, huile sur toile.
  • Son Perroquet chéri, 1872, huile sur toile.
  • Lendemain de bal, 1872, huile sur toile.
  • Psyché, 1872, huile sur toile.
  • Après la chute, 1874, huile sur toile.
  • Un violoncelliste, 1874, huile sur toile.
  • Un cadeau pour la châtelaine, huile sur toile.
  • Garden party, 1876, huile sur toile.
  • Un rentier, 1877, huile sur toile.
  • Dans le salon, 1878, huile sur toile.
  • Nu couché de dos, huile sur toile.
  • L'Amant, huile sur toile.
  • Jeu de cartes, huile sur toile.
  • Le Nouveau-né, 1880, huile sur toile.
  • Scène orientaliste, huile sur toile.
  • Saint-Clair, huile sur toile.
  • L'Amazone, aquarelle.
  • Une porte à Cordoue, Espagne, 1864, aquarelle.
  • Une rue à Dinan, Bretagne, 1864, aquarelle.
  • Souvenir de Bretagne, 1867, aquarelle.
  • Le château du colombier, aquarelle.
  • Château Boucherville, aquarelle.
  • La Chasse de Monsieur, 1873, dessin.
  • Présentation de la mariée, 1875, dessin.
  • La Visite aux pauvres, 1880, dessin.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Ses toiles, au ton paternaliste, qu'il accroche alors au Salon jusqu'en 1882, témoignent d'un perfectionnisme un peu laborieux mais d'un dessin probe et d'une grande sûreté dans les jeux de l'ombre et de la lumière. » - Gérald Schurr[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Calameo, Sept biographies liées à la famille de Boucherville.
  2. a et b Base collaborative Pierfit, Adrien de Boucherville, généalogie, site Geneanet.
  3. Historique de la 33e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (1849-1851), promotion de Zaatcha.
  4. Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, tome IV, Les Éditions de l'Amateur, 1979, p. 105.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, tome IV, Les Éditions de l'Amateur, 1979.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome 2, Gründ, 1999, p. 626.

Liens externes[modifier | modifier le code]