Adolf Hölzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adolf Hölzel
Adolf-hoelzel-selbstportrait-vor-1887.jpg
Autoportrait en 1887
Naissance
Décès
Nom de naissance
Adolf Richard HölzelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Peintre, professeur
Formation
Lieu de travail

Adolf Richard Hölzel (né le à Olomouc, mort le à Stuttgart) est un peintre allemand, pionnier du modernisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce fils de l'éditeur Eduard Hölzel (de) suit durant trois ans un apprentissage de typographe dans la maison d'édition de cartes géographiques de Friedrich Andreas Perthes (de) et prend des cours privés de dessin. En 1871, il déménage avec ses parents à Vienne.

Adolf Hölzel, Paysage de Dachau, vers 1900
Paysage de Dachau, vers 1900

En 1872, il étudie la peinture à l'Académie des beaux-arts de Vienne puis en 1876 à l'Académie des beaux-arts de Munich. Après avoir terminé ses études, il épouse Karoline Emilie von Karlowa. Le couple vit soit à Rothenburg, soit dans la ville bavaroise. Il rencontre le peintre impressionniste Fritz von Uhde et fonde avec Ludwig Dill et Arthur Langhammer (de) l'« École de Dachau » où il vit de 1888 à 1905 et donne des cours à de nombreux élèves.

Il participe aussi à la Sécession de Munich et à la Sécession viennoise. Il publie dans Ver sacrum son soutien à Gustav Klimt, exclu en 1905 et part de la Sécession viennoise. Peu à peu, il abandonne la représentation en se consacrant à des peintures de paysages en s'inspirant des leçons de couleurs de Goethe.

Adolf Hölzel, Composition vec figures, 1920
Composition vec figures, 1920

En 1905, il devient professeur à l'école des Beaux-Arts de Stuttgart en succession de Leopold von Kalckreuth (de). Il présente, quatre ans avant Wassily Kandinsky, une composition abstraite rouge. Il travaille aussi sur le thème religieux comme une Sainte Ursule commandée par le Deutscher Werkbund.

En 1916, il réunit autour de lui ses élèves et des sympathisants pour une exposition à Fribourg-en-Brisgau. On peut y voir Max Ackermann, Willi Baumeister, Paul Bollmann, Carry van Biema, Heinrich Eberhard, Adolf Fleischmann, Johannes Itten, Ida Kerkovius, Otto Meyer-Amden, Richard Neuz, Alfred Heinrich Pellegrini, Oskar Schlemmer, Hermann Stenner et Alfred Wickenburg.

Subissant les critiques des autres professeurs, il prend sa retraite de professeur en 1919, tout en donnant des cours privés comme pour Max Ackermann. Les succès de Willi Baumeister et Oskar Schlemmer, la succession par Paul Klee, les protestations aboutissent au licenciement du directeur Heinrich Altherr. Hölzel devient un peintre affranchi et se concentre sur des peintures de pastel et sur verre.

Une partie importante de ses œuvres, de ses travaux, de ses notes se trouvent maintenant à la Neue Staatsgalerie.

Élèves[modifier | modifier le code]

Dévotions. Neue Pinakothek, c 1888-91

Source, notes et références[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Adolf Hölzel » (voir la liste des auteurs).
  • Marion Ackermann, Gerhard Leistner, Daniel Spanke (Hrsg.): Kaleidoskop. Hoelzel in der Avantgarde. Kehrer Verlag Heidelberg 2009. (ISBN 978-3-86828-089-0)
  • Rainer Beck: Adolf Hoelzel: Aufbruch zur Moderne. Museum Villa Stuck, München 1980
  • Norbert Göttler: Sie machten Geschichte im Dachauer Land, Dachau 1989, S. 93-98. (ISBN 3-89251-049-0)
  • Dörthe Jakobs, Viola Lang: Das einzige Wandbild von Adolf Hölzel. Der Kruzifixus in der evangelischen Pauluskirche in Ulm. In: Denkmalpflege in Baden-Württemberg, 40. Jg. 2011, Heft 1, S. 45–50 (PDF)
  • Wolfgang Kermer: Ein Spätwerk Adolf Hölzels für die Akademie. In: Akademie-Mitteilungen (de) 3 / Staatliche Akademie der bildenden Künste Stuttgart / Für die Zeit vom 1. Oktober 1972 bis 31. März 1973 / Stuttgart: Staatliche Akademie der bildenden Künste Stuttgart, April 1973, S. 25-26, Abb. S. 13
  • Wolfgang Kermer (Hg.): Aus Willi Baumeisters Tagebüchern: Erinnerungen an Otto Meyer-Amden, Adolf Hölzel, Paul Klee, Karl Konrad Düssel und Oskar Schlemmer. Mit ergänzenden Schriften und Briefen von Willi Baumeister. - Ostfildern-Ruit: Edition Cantz, 1996 (Beiträge zur Geschichte der Staatlichen Akademie der Bildenden Künste Stuttgart (de) / hg. von Wolfgang Kermer; Bd. 8) (ISBN 3-89322-421-1)
  • Wolfgang Kermer (Hg.): Adolf Hölzel: Einiges über die Farbe in ihrer bildharmonischen Bedeutung und Ausnützung. Zur Farbe. Mit einer Einführung von Wolfgang Kermer über den « Ersten Deutschen Farbentag » des Deutschen Werkbunds in Stuttgart 1919. Stuttgart: Staatliche Akademie der Bildenden Künste Stuttgart, 1997 (WerkstattReihe (de) / [Staatliche Akademie der Bildenden Künste Stuttgart] hg. von Wolfgang Kermer; Bd. 2)
  • Wolfgang Kermer (Hg.): « Lieber Meister Hölzel... » (Willi Baumeister): Schüler erinnern sich an ihren Lehrer. Zum 70. Todestag Adolf Hölzels am 17. Oktober 2004. Stuttgart: Staatliche Akademie der Bildenden Künste Stuttgart, 2004 (WerkstattReihe / [Staatliche Akademie der Bildenden Künste Stuttgart] hg. von Wolfgang Kermer; Bd. 11) (ISBN 3-931485-67-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :