Johann Peter Adolf Erman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Adolf Erman)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Erman.
Johann Peter Adolf Erman
Adolf Erman.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Adolf ErmanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Johann Peter Adolf ErmanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Wilhelm Erman (d)
Heinrich Erman (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Ordre bavarois de Maximilien pour la science et l'art ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Johann Peter Adolf Erman (né à Berlin, le - mort le ) est un égyptologue et lexicographe allemand. Il est connu comme fondateur de l'école d'égyptologie de Berlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adolf Erman naît à Berlin d’une famille de savants huguenote. Son père, Georg Adolphe Erman (1806—1877), est professeur de physique à l’université de Berlin. Formé par Georg Moritz Ebers à Leipzig et Karl Richard Lepsius, il devient professeur d'égyptologie à l'université de Berlin en 1884, prenant la succession de Lepsius. L'année suivante, il est nommé directeur du département égyptien du musée royal et occupe cette fonction jusqu’en 1914. En 1934 il est exclu de l’université car sa grand-mère du côté paternel, Caroline Hitzig (1784—1848), est d’origine juive.

Erman a la difficile tâche de restituer la grammaire de la langue égyptienne et passe trente ans à l'étude de ce sujet, la plus grande partie des textes égyptiens après le Moyen Empire ayant été écrit dans ce qui était alors pratiquement une langue morte.

Son Neuägyptische Grammatik de 1880 traite des textes écrits dans la langue du Nouvel Empire (XVIIIe à XXe dynasties). Puis un papyrus d'histoires écrit dans la langue populaire du Moyen Empire lui fournit des éléments pour compléter la Neuägyptische Grammatik. Les textes des pyramides lui permettent d'esquisser la grammaire de la plus ancienne forme connue de l'écriture égyptienne, et en 1894 il écrit un manuel d'égyptien pour les débutants (Ägyptische Grammatik, 4th ed., 1928), centré sur la langue des Moyen et Nouvel Empire, mais avec des références à des formes antérieures ou plus tardives.

Dès 1895 il est membre de l’Académie royale des sciences de Prusse. En 1918 il reçoit la décoration Pour le Mérite au titre des arts et des sciences (« Pour le Mérite für Wissenschaften und Künste »).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Neuägyptische Grammatik, Leipzig 1880.
  • La Vie dans l'Égypte antique, traduit par HM Tirard (Londres, 1894, version en ligne à l'Internet Archive) (l'original Ägypten und Ägyptisches Leben im Altertum. 2 vol., a été publié en 1885, 1887 à Tübingen).
  • Die Sprache des Papyrus Westcar. (Abhandlungen der königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen. Band 36, Göttingen 1889.
  • Grammaire égyptienne : avec tableau des signes, bibliographie, exercices de lecture et glossaire, 1894 (version en ligne à l'Internet Archive) (Ägyptische Grammatik, 1894)
  • Ägyptische Grammatik, 2e éd. 1902, 4e 1928.
  • Die Flexion des ägyptischen Verbums dans le Sitzungsberichte
  • Das Verhältnis der ägyptischen zu den semitischen Sprachen (Zeitschrift der deutschen morgenländischen Gesellschaft, 1892), Zimmern, 1898.
  • Flexion des Aegyptischen Verbums (Sitzungsberichte d. Berl. Akad., 1900).
  • Die aegyptische Religion, Berlin 1905.
  • Aegyptisches Handwörterbuch, Berlin 1921. (avec Hermann Grapow)
  • Wörterbuch der ägyptischen Sprache, 13 vol. Berlin 1926—1963. (avec Hermann Grapow)
  • Mein Werden und mein Wirken, Leipzig 1929
  • La civilisation égyptienne, Paris 1952.
  • La religion des Ègyptiens, Paris 1952
  • L’Égypte des pharaons, Paris 1980.
  • Die Religion der Ägypter. Neuaufl. 1978, 2e éd. 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]