Abacost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abacost
Mobutu1.jpg
Mobutu (à gauche) en abacost en 1983.

L'abacost, abréviation de « à bas le costume », est une doctrine vestimentaire imposée par Mobutu en vigueur au Zaïre entre 1972 et 1990.

Description[modifier | modifier le code]

Afin d'affranchir la population de la culture coloniale, elle interdisait le port du costume et de la cravate, au profit d'un veston d'homme, lui-même appelé « abacost » sans col, taillé dans un tissu léger et généralement à manches courtes[1],[2],[3].

Symbole[modifier | modifier le code]

Dans les faits, l'abacost devint le symbole vestimentaire de la nomenklatura au pouvoir ; son obligation disparut avec le retour du multipartisme. Dans la foulée, la cravate aussi était considérée comme une marque de mundele ndombi, qui signifie le « Blanc noir. »

Aujourd'hui, plusieurs personnalités politiques qui se placent en marge du système capitaliste occidental portent l'abacost, tel que Kim Jong-un[4] par exemple.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Misser, Géopolitique du Congo (RDC), Editions Complexe, , 142 p. (ISBN 978-2-8048-0071-0, lire en ligne)
  2. Omer Queffélec et Ambroise Massoumou, Le français en République du Congo : sous l'ère pluripartiste (1991-2006), Archives contemporaines, , 142 p. (ISBN 978-2-8048-0071-0, lire en ligne), p. 82
  3. Isabelle Duchemin, « Le costume-cravate », hors série Le Monde-La Vie, n°11, « L'histoire de l'Occident. Déclin ou métamorphose ? », 2014, pp. 142-143.
  4. Marc Beaugé, « Fidel Castro », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]