Sixième bataille de l'Isonzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 6e bataille de l'Isonzo)
Aller à : navigation, rechercher
Sixième bataille de l'Isonzo
Carte de la bataille
Carte de la bataille
Informations générales
Date du 6 au
Lieu Isonzo près de Gorizia, Italieet
Haut plateau Karsique, Slovénie
Issue Victoire italienne
Belligérants
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Commandants
Luigi Cadorna Svetozar Boroevic von Bojna
Forces en présence
22 divisions 9 divisions
Pertes
51 000 hommes 40 000 hommes
Première Guerre mondiale
Batailles
Le front italien et les batailles d'Isonzo

Première bataille · Deuxième bataille · Troisième bataille · Quatrième bataille · Cinquième bataille · Sixième bataille · Septième bataille · Huitième bataille · Neuvième bataille · Dixième bataille · Onzième bataille · Douzième bataille

Coordonnées 45° 55′ 59″ N 13° 36′ 58″ E / 45.933, 13.61645° 55′ 59″ Nord 13° 36′ 58″ Est / 45.933, 13.616

Géolocalisation sur la carte : Frioul-Vénétie julienne

(Voir situation sur carte : Frioul-Vénétie julienne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Sixième bataille de l'Isonzo.

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Sixième bataille de l'Isonzo.


La sixième bataille de l'Isonzo aussi connu sous le nom de bataille de Gorizia est une victoire italienne décisive lors de la rivière Isonzo pendant la Première Guerre mondiale.

Préambule[modifier | modifier le code]

Le commandant en chef de l’armée austro-hongroise Franz Graf Conrad von Hötzendorf avait réduit ses forces sur le front de l'Isonzo afin de renforcer ses troupes en vue d'une offensive sur le Trentin.
Le chef d'état-major italien Luigi Cadorna a fait alors passer en chemin de fer certaines de ses troupes du Trentin vers le front de l'Isonzo pour attaquer les défenses ennemies, affaiblies par le transfert.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 6 août 1916, l'offensive est lancée sur Gorizia.
L'attaque est concentrée sur deux zones : la zone des collines à l’ouest de la rivière Isonzo près de Gorizia, et la pointe ouest du plateau du Carso, près de Doberdò del Lago.
Dans la bataille de Doberdò del Lago, les Italiens réussissent à conquérir les grands axes routiers de la côte qui va de Dui à Gorizia. Les forces austro-hongroises commencent alors une retraite sur le Mont San Gabriele à l'est de Gorizia, laissant la ville aux Italiens.
Le 8 août, Gorizia est prise et les Italiens traversent l’Isonzo et établissent une tête de pont. Les troupes austro-hongroises vont renforcer ce secteur afin d’empêcher une percée italienne. Le général Cadorna, satisfait des résultats obtenus, fait cesser l’offensive le 17 août.

Bilan[modifier | modifier le code]

L’attaque et la prise constituent le plus grand succès de cette offensive italienne sur l’Isonzo. Ce succès a largement permis de stimuler le moral des troupes italiennes.
Certains historiens soutiennent que cette bataille fut inutile. Le gain de terrain étant minime. D’autres estiment que c’est aussi une victoire tactique des Italiens. En effet, les Autrichiens, ont été à court de troupes (ils ont dû combattre sur deux fronts), et ont été obligés de faire retraite sur le territoire slovène.
Toutefois le général Luigi Cadorna sacrifia des milliers de soldats dans de vaines tentatives pour faire avancer ses troupes vers Ljubljana et Trieste.
Après la bataille, le 28 août 1916, l'Italie déclare la guerre à l'Allemagne.

Selon les chiffres officiels, les italiens perdirent 1 759 officiers et environ 50 000 soldats et les austro-hongrois 862 officiers et environ 40 000 soldats.
Cette victoire italienne est amère quant aux coûts disproportionnés des pertes humaines. Il faut savoir toutefois que l’armée austro-hongroise était beaucoup mieux équipée que l’armée italienne et, comme dans presque toutes les batailles de l'Isonzo, il y avait toujours un nombre élevé de disparus italiens, en raison de la supériorité de l'artillerie autrichienne qui a entraîné la mort de beaucoup de fantassins italiens déchiquetés par les obus.