230 Midi 1301 à 1370

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Midi 1301 à 1370
SNCF 230 B 601 à 670
Description de cette image, également commentée ci-après
230 Midi 1314 telle que préservée à la Cité du Train.
Identification
Exploitant(s) Chemins de Fer du Midi
puis SNCF
Désignation 230 Midi 1301 à 1370
puis 230 B 601 à 670 SNCF
Type Ten Wheel
Conception Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne
Construction 1896 à 1910
Constructeur(s) SACM
Fives-Lille
Schneider Creusot
Production totale 70
Affectation Régions Sud Ouest de la SNCF
Utilisation Voyageurs et Marchandises
Préservation 230 B 614 (230 Midi 1314)
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux ooOOO+T
Foyer Belpaire
Surface de la grille 2.49 m2
Pression de la chaudière 15 kg/cm²
Surface de chauffe 192.30 m2
Moteur Compound
 Cylindres 4
 Alésage × course HP:350 * 640 mm
BP:550 * 640 mm
 Distribution Walschaerts
Effort de traction 65 kN
Ø roues motrices 1 750 mm
Ø roues AV 850 mm
Tare 54.450 t
Masse en service 59.650 t
Masse adhérente 44 t
Longueur 10.620 m
Largeur 2,60 m
Hauteur 4,22 m
Tender 10 D
 Tare du tender 24.400 t
 Capacité en eau 10 m3
Masse totale 83.900 t
Longueur totale 16.040 m
Vitesse maximale 100 km/h

Les 230 Midi 1301 à 1370 sont des locomotives compound mixtes du type Ten Wheel construites entre 1896 et 1910 pour la Compagnie du Midi

Ce genre de locomotive fiable et polyvalente étaient assez répandu et populaire auprès des compagnies tant en France qu'en Europe

Genèse[modifier | modifier le code]

Devant l'accroissement du poids et des vitesses des trains de voyageurs et de marchandises à la fin du XIXème siècle, la Compagnie du Midi comme beaucoup de compagnies Européennes cherche une locomotive performante et polyvalente.

Elle trouvera dans la conception "Ten Wheel" (déjà utilisée par les Chemins de Fer de l'Etat de Bade depuis 1894) le moyen d'augmenter la puissance de ses locomotives.

C'est en 1896 que débute la production de ces machines qui s’avéreront vite de bonnes locomotives, en effet, elles se montraient capables de tracter à plus de 100 km/h des trains de voyageurs de 180 à 200 Tonnes et à 35 km/h des trains de marchandises de 1000 Tonnes[1].

Devant les résultats obtenus, plusieurs réseaux Français firent des essais et adoptèrent rapidement, en les modifiant très peu, ces machines.

Ainsi, La Compagnie des chemins de fer du Nord commandera 277 machines à la SACM qui deviendront les 230 Nord 3.078 à 3.354, le Réseau de l'Etat fera de même avec 55 locomotives : les 230-3701 à 3755, enfin le P.O fermera la marche avec 25 machines, les 230 P.O 1701 à 1725[2]

Les séries suivantes de locomotives plus modernes et l’électrification précoce du réseau Sud Ouest mettront fin à leur honorable carrière à l'aube des années 1960


Construction[modifier | modifier le code]

Elles furent construites par différentes entreprises que voici :

  • 1896 : 1 301 et 1 302 par la SACM
  • 1898-1899 : 1 303 à 1 312 par Schneider au Creusot
  • 1902 : 1 313 à 1 330 par la SACM
  • 1903 : 1 331 à 1 350 par Schneider au Creusot
  • 1909 : 1 351 à 1 360 par Fives-Lille
  • 1910 : 1 361 à 1 370 par Fives-Lille


Service[modifier | modifier le code]

Ces machines effectuèrent dès le début des travaux peu reluisants du réseau en remorquant les trains de voyageurs les plus lourds et également bon nombre de trains de marchandises et ce, à des vitesses bien supérieures aux anciennes 130 2851 à 2859 qu'elles remplaçaient en partie.

Cependant, l'arrivée de machines plus performantes équipées de la surchauffe telles que les 230 Midi 3501 à 3526 et l’électrification dès les années 1920 des lignes principales du Sud Ouest les reléguèrent à des taches encore moins prestigieuses

C'est à la fin des années 1950 que leur service se termine.


Description[modifier | modifier le code]

Ces locomotives disposaient d'un moteur compound à quatre cylindres développé par "De Glehn" et également utilisé sur les locomotives du Chemins de Fer de l'Etat de Bade dont elles s'inspirent. Les cylindres HP sont à l’extérieur et BP à l’intérieur, la distribution est du type "Walschaerts"[3],[4].

Préservation[modifier | modifier le code]

La 230 B 614 (Numéro Midi 1314) du dépôt de Castres est préservée à la Cité du Train de Mulhouse dans sa livrée noire à filets rouges du Midi[2]


Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. André Lepage, « 230 Midi », Rail Magazine n°62,‎
  2. a et b « Midi vapeur 230-B-614 - Mulhouse », sur Patrimoine Ferroviaire Français, (consulté le 2 décembre 2019)
  3. « CNUM - M17 : p.57 - im.59 », sur cnum.cnam.fr (consulté le 2 décembre 2019)
  4. « 230 n° 1 301 à 1 370 puis 230-601 à 670 du Midi — WikiMidi », sur wikimidi.railsdautrefois.fr (consulté le 2 décembre 2019)