10 on Ten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 10 minutes plus vieux)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant iranien
Cet article est une ébauche concernant un film iranien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

10 on Ten
Titre original 10 on Ten
Réalisation Abbas Kiarostami
Scénario Abbas Kiarostami
Sociétés de production MK2 (France)
Pays d’origine Drapeau de l'Iran Iran
Genre Documentaire
Durée 88 minutes
Sortie 2004

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

10 on Ten est un film documentaire iranien sorti en 2004, réalisé et écrit par Abbas Kiarostami.

En observant son propre art, Abbas Kiarostami s'interroge sur ses techniques de réalisation et comment il a filmé certaines scènes dans Ten, en 2001.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Abbas Kiarostami reprend le dispositif de son film Ten sorti en 2002 : une voiture circulait dans les rues de Téhéran, avec deux caméras fixées sur le tableau de bord, une filmant la conductrice et l'autre filmant le passager. Dans 10 on Ten, une seule caméra filme le conducteur qui se trouve être Kiarostami lui-même. En roulant au travers de la campagne iranienne, il évoque devant le spectateur la réalisation de Ten. Ceci est le point de départ d'une réflexion plus générale sur le processus de création du réalisateur, son rapport au documentaire, au sujet filmé, aux caméras numériques et à l'industrie du cinéma.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • En utilisant le voyage en voiture pour disserter sur son processus de création, Kiarostami s'inspire de son expérience quotidienne, comme il l'explique lui-même :

« J'ai constaté un jour à quel point je passais en voiture non seulement du temps, mais des moments importants. J'y ai en fait une vie intérieure beaucoup plus intense que dans ma maison, où je suis sans cesse en mouvement. Je n'ai pas le temps de méditer chez moi. Mais, une fois que vous êtes dans une voiture, avec ou sans ceinture, vous restez statique. Personne ne nous dérange. [...] C'est mon seul bureau possible, une pièce très intime, comme une petite maison, où l'on ne trouve rien de superflu [...]. C'est la meilleure place que je connaisse pour regarder et pour réfléchir[1]. »

La voiture est d'ailleurs de manière générale très utilisée dans les films du réalisateur, à tel point que le chercheur Alain Bergala le considère comme l'inventeur du "dispositif voiture[2]".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Ciment et Stéphane Goudet, « Une approche existentialiste de la vie », Positif, no 442,‎ , p. 85
  2. Alain Bergala, Abbas Kiarostam, Cahiers du cinéma, coll. « Les petits cahiers », (ISBN 9782866423742), p. 75-77.

Lien externe[modifier | modifier le code]