Études de maïeutique en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Études de maïeutique en France
Zone concernée Drapeau de la France France
Établissements concernés Universités
Entrée dans la formation
Accès Inscription de droit puis concours en fin de 1re année
Niveau d'entrée requis Baccalauréat
Accès des hommes à la formation ?
Fin de la formation
Nombre d'années 5 ans
Diplôme de sortie Diplôme d'État de sage-femme
Niveau d'études de sortie (nomenclature circulaire 1967) Niveau I
Grade de sortie Master
Profession Sage-femme
Système
Budget ?
Organisme de tutelle Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Ministère des Affaires sociales et de la Santé, conseils régionaux
Indicateurs
Nombre de structures 35
Nombre d'étudiants 3 866 (en 2015-2016, étudiants inscrits de la 2e année à la 5e année)[1]
Nombre d'hommes ?
Nombre de femmes ?
Numerus clausus 1 016 (en 2013, entrée en 2e année)
Nombre de diplômés ?
Taux de réussite ?

En France, la formation des sages-femmes dure 5 ans. Les études de Maïeutique sont sanctionnées par l'obtention du diplôme d'État de sage-femme.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Déroulement des études[modifier | modifier le code]

Actuellement, les études de Maïeutique durent 5 ans et sont divisées en deux cycles : un 1er cycle de 3 ans (6 semestres) et un 2e cycle de 2 ans (4 semestres).

1er cycle[modifier | modifier le code]

La première année du 1er cycle est commune aux études de Médecine, Odontologie et Pharmacie, c'est ce que l'on appelle « la Première année commune aux études de Santé » (Paces). Les 2e et 3e années sont spécifiques à la formation de sage-femme.

Première année commune aux études de Santé[modifier | modifier le code]

La Première année commune aux études de Santé (Paces) est la première année des études de Maïeutique, Médecine, Odontologie et Pharmacie. Cette année est commune à ces quatre filières.

Elle a été mise en place à la rentrée 2010. Elle fusionne la PCEM1 et la PCEP1. En général, elle est organisée dans chaque université par l'UFR de Médecine.

L'objectif de cette année est triple :

  • transmettre un savoir aux étudiants,
  • sélectionner les étudiants par l'intermédiaire d'un concours écrit pour ces quatre filières,
  • informer les étudiants sur leurs chances de réussite, leurs risques d'échec et les quatre professions auxquelles ils peuvent accéder ; et éventuellement les réorienter vers d'autres filières plus adaptées à leurs envies ou capacités.

On y accède après l'obtention du baccalauréat, ou d'un diplôme équivalent.

La Paces est divisée en deux semestres de 30 ECTS chacun. Chaque cours est appelé UE (Unité d'Enseignement) et chaque UE validée donne une partie des ECTS. Les enseignements sont théoriques (cours magistraux) et dirigés (travaux dirigés).

Les enseignements comprennent :

  • 50 ECTS d'UE communes à toutes les filières, pendant les deux semestres,
  • une information sur les différents métiers auxquels on accède via la Paces et sur la recherche biomédicale, pendant le 1er semestre, et
  • 10 ECTS d'UE spécifique(s) à une filière de la Paces, pendant le 2d semestre.

Il existe 4 UE spécifiques, une pour chaque filière. Les enseignements de ces UE peuvent être en partie mutualisés. Chaque étudiant choisit au début du 2d semestre le nombre d'UE spécifiques qu'il souhaite suivre. Le programme des UE communes est national[2], celui des UE spécifiques est à la liberté des universités.

Il y a un concours par filière. Chaque concours comporte :

  • les épreuves à l'issue du 1er semestre, sur les UE communes de celui-ci,
  • les épreuves à l'issue du 2d semestre, sur les UE communes de celui-ci,
  • des épreuves à l'issue du 2d semestre, sur les UE spécifiques suivies par l'étudiant.

Un étudiant ne peut se présenter aux épreuves des UE spécifiques (et donc au concours correspondant) que s'il a choisi initialement ces UE spécifiques et qu'il les a suivies. Pour être admis dans une filière, il faut que l'étudiant soit classé en rang utile sur la liste de classement du concours correspondant.

À l'issue des épreuves du 1er semestre, un pré-classement est établi et en fonction de celui-ci jusqu'à 15 % des inscrits peuvent être réorienter. De même à l'issue du 2d semestre, un classement sur les épreuves des UE communes est établi et les étudiants qui sont au-delà d'un certain rang peuvent être réorientés.

Un étudiant peut obtenir une dérogation (accordée par le président de l'université) pour tripler la Paces, de façon exceptionnelle.

3e, 4e, 5e et 6e semestres (2e et 3e années)[modifier | modifier le code]

Le régime de la formation conduisant, après la Paces, au DFGSMa (Diplôme de Formation Générale en Sciences Maïeutiques) est défini par l'arrêté du 19 juillet 2011 relatif au régime des études en vue du diplôme de formation générale en sciences maïeutiques[3].

Les 3e et 4e semestres ont été mis en place à la rentrée 2011, les 5e et 6e semestres à la rentrée 2012. Cette fin de 1er cycle est organisée au sein des écoles hospitalières de sages-femmes ou dans les universités dispensant cette formation.

Les objectifs de ces quatre semestres sont :

  • de transmettre les connaissances scientifiques (sciences biologiques, humaines et sociales) indispensables à l'exercice de la profession de sage-femme ;
  • d'initier à la démarche médicale (séméiologie notamment) ;
  • d'enseigner les bases de la physio-pathologie et de la pharmacologie de tous les systèmes et appareils de l'organisme.

Les objectifs secondaires sont :

  • d'aider au développement du projet professionnel ;
  • ou d'aider une démarche de réorientation.

Les 6 semestres du 1er cycle, dont la Paces, permettent l'obtention de 180 crédits ECTS, à raison de 30 ECTS par semestre.

Les enseignements (théoriques, pratiques, dirigés, cliniques) comprennent :

  • un tronc commun qui représente 80 à 90 % des ECTS,
  • des UELC (Unités d'Enseignement Librement Choisies) qui représentent 10 à 20 % des ECTS et
  • de manière facultative, des UEL (Unités d'Enseignement Libre).

Un exemple de liste d'UE du tronc commun figure en annexe de l'arrêté précité, ceci permettant une harmonisation des enseignements sur le territoire. Mais le contenu de la formation, ainsi que le nombre de crédits attribués à chaque UE, sont à la liberté de la structure dispensant la formation menant au DFGSMa. Les UE proposées sont les suivantes :

  • Santé, société, humanité,
  • Santé publique, démarche de recherche,
  • Séméiologie générale,
  • Tissu sanguin et système immunitaire,
  • Agents infectieux, hygiène,
  • Hormonologie, reproduction,
  • Génétique médicale,
  • Appareil cardio-respiratoire,
  • Rein et voies urinaires,
  • Systèmes digestif, locomoteur, neurosensoriel, dermatologique,
  • Obstétrique, maïeutique,
  • Gynécologie,
  • Puériculture, néonatalogie, pédiatrie,
  • UE clinique : Séméiologie - Démarche clinique - Gestes techniques,
  • UE clinique : Suivi prénatal,
  • UE clinique : Suivi pernatal,
  • UE clinique : Suivi postnatal.

Les enseignements doivent également comprendre :

  • un enseignement de langues vivantes étrangères,
  • une formation aux gestes et soins d'urgence,
  • un apprentissage à la maîtrise des outils informatiques et
  • une initiation à la recherche.

Les UELC correspondent aux UE que l'étudiant a choisi de suivre pour compléter la partie personnalisable de son cursus obligatoire. Les UE du tronc commun constituent la partie non-personnalisable du cursus obligatoire. Les UEL sont des UE que l'étudiant peut faire en plus de son cursus obligatoire, s'il le souhaite, s'il désire apporter une plus-value à son diplôme. Les établissements mettent donc à disposition des étudiants une liste d'UELC parmi lesquelles l'étudiant choisira celle(s) qu'il souhaite suivre. Ces UELC peuvent par exemple participer à la validation d'un cursus parallèle à finalité recherche que sont les MSBM (Maîtrises de Sciences Biologiques et Médicales). Les UELC peuvent également être des UE de sciences biologiques ou médicales, permettant à l'étudiant d'approfondir ses connaissances théoriques. Enfin, les UELC peuvent être des UE de sciences non médicales (anthropologie, sociologie, éthique…).

La mutualisation des différents enseignements entre les filières de Maïeutique, Médecine, Odontologie et Pharmacie doit être favorisée.

Une partie des études peut être effectuée à l'étranger.

Concernant les MCC (Modalités de Contrôle des Connaissances), les savoirs et les savoir-faire doivent être évalués à la fin de chaque semestre, soit par un examen terminal (« partiel »), soit par un contrôle continu, soit par une combinaison des deux. Une session de rattrapage doit également être organisée à chaque semestre.

Diplôme de formation générale en sciences maïeutiques (DFGSMa)[modifier | modifier le code]

Le DFGSMa est délivré en fin de 6e semestre aux étudiants ayant satisfait aux épreuves de contrôle de connaissances, ayant validé l'ensemble des UE obligatoires et ayant capitalisé 180 crédits ECTS, et ce à partir de l'année universitaire 2012-2013.

Le DFGSMa confère à son titulaire le grade de licence[4].

2e cycle[modifier | modifier le code]

10 %

L'arrêté organisant le 2e cycle des études de Maïeutique devrait paraitre fin 2012-début 2013.

Diplôme d'État (DE) de sage-femme[modifier | modifier le code]

0 %

3e cycle[modifier | modifier le code]

La formation permettant l'exercice de la profession de sage-femme dure 5 ans et aboutit à l'obtention du DE de sage-femme conférant le grade de master, comme expliqué plus haut. Toutefois il est possible, et certaines sages-femmes se saisissent de l'opportunité, de poursuivre ses études afin d'effectuer un 3e cycle d'études universitaires et d'obtenir le diplôme national de doctorat conférant le grade de doctorat. Il ne faut pas confondre le diplôme national de doctorat avec les diplômes d'État de docteur en médecine, de docteur en chirurgie dentaire, de docteur en pharmacie et de docteur vétérinaire qui sanctionnent respectivement la fin d'un 3e cycle d'études médicales, odontologiques, pharmaceutiques et vétérinaires et qui ne confèrent pas le grade de doctorat.

Pour qu'une sage-femme accède à un 3e cycle d'études universitaires, il existe quatre solutions :

  • reprendre ses études universitaires à différents niveaux du premier cycle, afin d'obtenir le diplôme national de licence[5] ;
  • commencer une formation conduisant à l'obtention du diplôme national de master[6] ;
  • acquérir une MSBM (Maîtrise de Sciences Biologiques et Médicales) permettant ensuite l'accès direct en 2de année des études conduisant à l'obtention du diplôme national de master ;
  • commencer directement un 3e cycle d'études universitaires et entrer directement en école doctorale[7], mais cette option n'est envisageable que pour les sages-femmes détenant un DE de sage-femme obtenu en 2015 ou après car il confère le grade de master.

Maîtrise de sciences biologiques et médicales (MSBM)[modifier | modifier le code]

Auparavant, les MSBM constituaient une maîtrise dont le but était la poursuite d'études en DEA (Diplôme d'Études Approfondies) puis en diplôme national de doctorat. Aujourd'hui et depuis l'initiation de la réforme LMD, ces MSBM consistent en la validation de quelques UE qui permettent l'accès direct en 2de année des études conduisant à l'obtention du diplôme national de master. C'est pourquoi on les appelle maintenant plus souvent « M1 Santé » ou « M1 ».

Pour pouvoir accéder à ces M1 Santé, il faut généralement être inscrit :

  • soit en 2e année des études maïeutiques, médicales, pharmaceutiques ou odontologiques,
  • soit en 1re année d'école nationale vétérinaire.

Le programme consiste en la validation de quelques UE (qui représentent une vingtaine ou une trentaine de crédits ECTS) qui peuvent être suivies sur plusieurs années d'études. Pour valider son M1 Santé et pouvoir continuer en M2, il faut :

  • valider l'ensemble de ces UE et
  • soit terminer son 2e cycle des études maïeutiques, médicales, pharmaceutiques ou odontologiques, soit obtenir son diplôme d'études fondamentales vétérinaires.

Formation doctorale pour les sages-femmes[modifier | modifier le code]

0 %

Diplômes universitaires (DU) et diplômes inter-universitaires (DIU)[modifier | modifier le code]

75 %

Un DU/DIU est un diplôme d'université délivré par elle, contrairement aux diplômes de master ou de licence par exemple qui sont des diplômes nationaux, c'est-à-dire qu'ils sont délivrés au nom des ministères et qui sont cadrés par les ministères. Ils ont en général pour vocation d'apporter une formation complémentaire. La liste de DU/DIU qu'une sage-femme peut suivre est longue. Toutefois, le Cnosf (Conseil National de l'Ordre des Sages-Femmes) tient à jour une liste des DU/DIU dont une sage-femme peut faire mention sur sa plaque, son ordonnancier ou un annuaire professionnel[8] :

Accès aux études de Maïeutique[modifier | modifier le code]

0 %

Passerelles[modifier | modifier le code]

On distingue deux types de passerelles :

  • les passerelles entrantes, qui permettent aux étudiants d'autres filières d'accéder aux études de Maïeutique ;
  • les passerelles sortantes, et les dispenses de scolarité, qui permettent aux étudiants sages-femmes de se réorienter dans d'autres filières.

Passerelles entrantes[modifier | modifier le code]

Pour entrée dans les études de Maïeutique, sans passer par la Paces, il existe trois passerelles entrantes :

  • admission directe en 3e année,
  • admission directe en 2e année,
  • admission en 2e année, par l'exercice du droit au remords.

Ces trois passerelles concernent les études de Maïeutique, Médecine, Odontologie et Pharmacie et elles ont été mises en place en 2011.

Afin d'entrer directement en 3e année[9] des études de Maïeutique, des étudiants peuvent présenter un dossier si :

  • ils disposent du diplôme d'État de docteur en médecine ;
  • du diplôme d'État de docteur en pharmacie ;
  • du diplôme d'État de docteur en chirurgie dentaire ;
  • du diplôme d'État de docteur vétérinaire ;
  • d'un doctorat ;
  • d'un titre d'ingénieur diplômé ;
  • ils sont anciens élèves de l'une des écoles normales supérieures (sous certaines conditions) ;
  • ils appartiennent au corps des enseignants-chercheurs de l'enseignement supérieur et exercent leurs activités d'enseignement dans une UFR de Médecine, de Pharmacie ou d'Odontologie.

Un candidat ne peut se présenter qu'à une seule des quatre filières chaque année. Un candidat ne peut se présenter que deux fois pour cette passerelle. Un jury définit la liste des admissibles qui doivent se présenter pour un entretien. À la suite de cela, le jury établit la liste des admis à poursuivre leurs études de maïeutique.

Afin d'entrer directement en 2e année[10] des études de Maïeutique, des étudiants peuvent présenter un dossier si :

  • ils disposent d'un diplôme national de master ;
  • d'un diplôme d'études approfondies ;
  • d'un diplôme d'études supérieures spécialisées ;
  • d'un diplôme des écoles de commerce conférant le grade de master ;
  • d'un diplôme des instituts d'études politiques conférant le grade de master ;
  • d'un titre correspondant à la validation de 300 crédits européens ;
  • ils ont validé (ou vont valider) deux années d'études ou de 120 crédits européens dans un cursus médical, odontologique ou pharmaceutique au-delà de la première année.

Un candidat ne peut se présenter qu'à une seule des quatre filières chaque année. Un candidat ne peut se présenter que deux fois pour cette passerelle. Un jury définit la liste des admissibles qui doivent se présenter pour un entretien. À la suite de cela, le jury établit la liste des admis à poursuivre leurs études de maïeutique.

Afin d'entrer en 2e année des études de Maïeutique au prétexte du droit au remords[11], des étudiants justifiant de la validation d'au moins deux années d'études ou de 120 ECTS dans la filière Médecine, Odontologie ou Pharmacie et qui regrettent ce choix peuvent être autorisés à se réorienter en Maïeutique s'ils pouvaient initialement y prétendre, à l'issue des épreuves de classement de fin de première année. Un candidat ne peut se présenter qu'à une seule des quatre filières chaque année. Un candidat ne peut se présenter que deux fois pour cette passerelle. Un jury définit la liste des admissibles qui doivent se présenter pour un entretien. À la suite de cela, le jury établit la liste des admis à poursuivre leurs études de maïeutique. Le choix de filière est définitif et il n'est ensuite plus possible de bénéficier de cette passerelle.

La procédure d'admission de ces trois passerelles est définie par voie réglementaire[12]. Le nombre d'étudiants qui peuvent bénéficier de ces passerelles est défini chaque année par un arrêté des ministres chargés de l'Enseignement supérieur et de la Santé.

Numerus clausus annuel de la passerelle entrante directe en 3e année
Centre d'examen 2011[13] 2012[14],[15] 2013
Université Bordeaux-II 1 1
Université Lille-II 1 1
Université Lyon-I 1 1
Université Montpellier-I 1 1
Université Lorraine 1 1
Université Paris-V 1 1
Université Rennes-I 1 1
TOTAL 7 7 '
Numerus clausus annuel de la passerelle entrante directe en 2e année
Centre d'examen 2011[16] 2012[17],[18] 2013
Université Bordeaux-II 2 2
Université Lille-II 2 2
Université Lyon-I 1 1
Université Montpellier-I 2 2
Université Lorraine 1 1
Université Paris-V 2 2
Université Rennes-I 2 2
TOTAL 12 12 '
Numerus clausus annuel du droit au remords
Centre d'examen 2011[19] 2012[20],[21] 2013
Université Bordeaux-II 1 1
Université Lille-II 1 1
Université Lyon-I 1 1
Université Montpellier-I 1 1
Université Lorraine 1 1
Université Paris-V 1 1
Université Rennes-I 1 1
TOTAL 7 7 '

Passerelles sortantes et dispenses de scolarité[modifier | modifier le code]

Les trois passerelles entrantes que nous avons citées au-dessus concernent aussi bien les étudiants en Maïeutique, Médecine, Odontologie ou Pharmacie. Les étudiants sages-femmes (ou les sages-femmes diplômé(e)s) peuvent donc s'en servir pour rejoindre une des trois autres filières. Rappelons ces trois passerelles :

  • admission directe en 3e année,
  • admission directe en 2e année,
  • admission en 2e année, par l'exercice du droit au remords.

En sus de ces trois passerelles, les sages-femmes diplômé(e)s disposent de dispenses de scolarité[22] :

  • accès direct à la formation menant au diplôme d'État de puériculteur[23],
  • accès direct à la formation menant au diplôme d'État d'infirmier anesthésiste[24],
  • accès direct à la formation menant au diplôme d'État d'infirmier de bloc opératoire[25],
  • présentation de droit au jury du diplôme d'État d'infirmier[26],
  • dispense de la 1re année d'études menant au diplôme d'État de masseur-kinésithérapeute[27],
  • dispense de la 1re année d'études menant au diplôme d'État d'ergothérapeute[28].

Intégration des écoles de sage-femme à l'Université[modifier | modifier le code]

0 %

Statistiques[modifier | modifier le code]

Ci-après, vous trouverez :

  • un tableau sur l'évolution du numerus clausus annuel de chaque école ;
  • un tableau sur l'évolution du numerus clausus annuel de chaque université de recrutement ;
  • une courbe de l'évolution du numerus clausus annuel national ;
  • un tableau sur l'évolution du numerus clausus annuel de chaque filière de Santé ;
  • une courbe de l'évolution du numerus clausus annuel de chaque filière de Santé.

Tableau 1[modifier | modifier le code]

Les cellules en bleu représentent les années de sélection effectuées par la PCEM1.

Les cellules en orange représentent les années de sélection effectuées par la Paces.

Numerus clausus annuel de chaque école de sages-femmes (année d'entrée en 2e année d'études) : partie 1
École 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003[29] 2004 2005 2006 2007
Amiens 19 19 19 19 19 19 19 22 22 23 33 33 33 34 35 35
Angers 19 17 17 17 17 17 17 19 19 20 23 23 23 24 24 24
Besançon 19 19 19 19 19 19 19 21 21 21 23[30] 23 23 24 26 26
Bordeaux 24 29 29 29 26 26 26 28 28 29 29[30] 29 29 30 30 30
Bourg-en-Bresse 14 14 14 14 14 14 14 17 17 18 21 21 21 21 21 21
Brest - - - - - - - - - - - - 20[30] 20 22 23 23 23
Caen 18 18 18 18 18 18 18 20 20 20 23[30] 23 23 24 24 24
Clermont-Ferrand 23 23 23 23 23 23 23 25 25 25 26[30] 26 26 27 27 27
Dijon 23 23 23 23 23 23 23 25 25 25 27[30] 27 27 29 27 27
Fort-de-France 14 14 14 14 14 14 14 16 15 16 20 23 23 24 24 24
Grenoble 20 [31] 20 20 20 20 20 20 22 22 23 25 27 37 37 37 37
Lille (Institut catholique) 16 16 16 16 16 16 16 20 20 22 24[30] 24 26 27 27 27
Lille (CHR) 28 28 28 28 28 28 28 30 30 32 38[30] 38 38 39 39 39
Limoges 14 14 14 14 14 14 14 16 16 17 19 22 22 23 23 23
Lyon 28 28 28 28 28 28 28 30 30 31 38 38 38 38 38 38
Marseille 28 28 28 28 28 28 28 30 30 33 31[30] 33 35 36 36 36
Metz 26 26 26 26 26 26 26 26 26 27 28 28 28 29 29 29
Montpellier 26 21 19 19 19 19 19 20 21 23 34[30] 34 34 36 36 36
Nancy 26 26 26 26 26 26 26 26 26 27 28 28 28 30 30 30
Nantes 17 17 17 17 17 17 17 19 19 21 24 24 25 26 26 26
Nice - - - - - - - - - - - - 25 35 35 32 32 32
Nîmes 13 15 15 15 15 15 15 19 19 20 23[30] 27 28 30 30 30
Papeete 6 6 6 6 4 4 4 4 4 4 4 6 6 6 6 8
Paris (Baudelocque) 23 23 23 23 23 23 23 26 26 27 27 28 29 30 30 30
Paris (Saint-Antoine) 26 26 26 26 26 26 26 28 30 32 42 42 43 44 44 44
Poissy 20 20 20 20 20 20 20 21 21 21 24 24 34 35 35 35
Poitiers 19 19 19 19 19 19 19 21 21 21 23[32] 23 25 25 25 25
Reims 19 19 19 19 19 19 19 21 19 20 23[30] 23 25 25 25 25
Rennes 21 23 23 23 23 23 23 25 25 25 26 26 26 27 27 27
Rouen 19 19 19 19 19 19 19 21 21 21 24 24 24 25 25 25
Saint-Denis-de-la-Réunion 14 14 14 14 14 14 14 16 16 16 19 21 22 22 22 27
Strasbourg 22 25 25 25 25 25 25 27 27 28 29[30] 29 29 30 30 30
Suresnes 20 20 20 20 20 20 20 23 23 24 25 25 25 26 26 26
Toulouse 22 22 24 24 24 24 24 26 26 28 29 29 29 31 31 31
Tours 17 17 17 17 17 17 17 19 19 19 23[33] 34 34 30 30 30
TOTAL 663 0 000 0 000 668 668 668 663 663 663 729 729 759 900 940 975 999 1 000 1 007
Numerus clausus annuel de chaque école de sages-femmes (année d'entrée en 2e année d'études) : partie 2
École 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Amiens 35 35 35 35 35 35
Angers 25 25 25 25 25 25
Besançon 26 26 26 26 26 26
Bordeaux 30 30 30 30 30 30
Bourg-en-Bresse 21 21 21 21 21 21
Brest 23 23 23 23 23 23
Caen 25 25 25 25 27 27
Clermont-Ferrand 27 27 27 27 27 28
Dijon 27 27 27 27 27 27
Fort-de-France 24 24 24 24 24 24
Grenoble 37 37 37 37 37 37
Lille (Institut catholique) 29 29 29 29 29 29
Lille (CHR) 39 39 39 39 40 40
Limoges 23 23 23 23 23 23
Lyon 38 38 38 38 38 38
Marseille 36 36 36 36 32 32
Metz 29 29 29 29 29 29
Montpellier 36 36 36 36 36 36
Nancy 30 30 30 30 30 30
Nantes 27 27 27 27 27 27
Nice 30 30 30 30 30 31
Nîmes 30 30 30 30 30 30
Papeete 8 8 8 8 8 8
Paris (Baudelocque) 30 30 31 30 31 30
Paris (Saint-Antoine) 44 44 44 44 44 44
Poissy 35 35 35 35 35 35
Poitiers 25 25 25 25 25 25
Reims 27 27 27 27 27 27
Rennes 27 27 27 27 27 27
Rouen 27 27 27 27 27 25
Saint-Denis-de-la-Réunion 27 27 27 27 27 27
Strasbourg 30 30 30 30 30 30
Suresnes 26 26 26 26 28 28
Toulouse 32 32 32 32 32 32
Tours 30 30 30 30 30 30
TOTAL 1 015 1 015 1 016 1 015 1 017 1 016

Tableau 2[modifier | modifier le code]

Numerus clausus annuel de chaque université de recrutement (année d'entrée en 2e année d'études)
Université 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Université Aix-Marseille 31 33 35 36 36 36 36 36 36 36 32 32
Université Amiens - 33 33 34 35 35 35 35 35 35 35 35
Université Angers - 23 23 24 24 24 25 25 25 25 25 25
Université Antilles-Guyane - 23 23 24 24 24 24 24 24 24 24 24
Université Besançon 23 23 23 24 26 26 26 26 26 26 26 26
Université Bordeaux-II 29 29 29 30 30 30 30 30 30 30 30 30
Université Brest 20 20 22 23 23 23 23 23 23 23 23 23
Université Caen 23 23 23 24 24 24 25 25 25 25 27 27
Université Clermont-Ferrand-I 26 26 26 27 27 27 27 27 27 27 27 28
Université Corse - - - 2 2 2 2 2 3 2 3 3
Université Dijon 27 27 27 29 27 27 27 27 27 27 27 27
Université Grenoble-I 25 27 37 37 37 37 37 37 37 37 37 37
Université Lille-II 38 38 38 39 39 39 39 39 39 39 40 40
Institut catholique de Lille 24 24 26 27 27 27 29 29 29 29 29 29
Université Limoges - 22 22 23 23 23 23 23 23 23 23 23
Université Nancy-I - 56 56 59 59 59 59 59 59 59 - -
Université Lorraine - - - - - - - - - - 59 59
Université Lyon-I - 47 47 47 47 47 47 47 47 47 47 47
Université Montpellier-I 57 61 62 66 66 66 66 66 66 66 66 66
Université Nantes - 24 25 26 26 26 27 27 27 27 27 27
Université Nice - 35 35 30 30 30 28 28 28 28 28 28
Université Nouvelle-Calédonie - 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4
Université Paris-V - 19 28 29 29 29 29 29 29 29 29 29
Université Paris-VI - 36 29 30 30 30 30 30 30 30 30 30
Université Paris-VII - 22 27 27 27 27 27 27 27 27 27 27
Université Paris-XI - 8 8 9 9 9 9 9 9 9 11 11
Université Paris-XII - 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
Université Paris-XIII - 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
Université Versailles - Saint Quentin-en-Yvelines - 12 17 18 18 18 18 18 18 18 18 18
Université Poitiers 23 23 25 25 25 25 25 25 25 25 25 25
Université Polynésie française - 6 6 6 6 8 8 8 8 8 8 8
Université Reims 23 23 25 25 25 25 27 27 27 27 27 27
Université Rennes-I - 26 26 27 27 27 27 27 27 27 27 27
Université Réunion - 21 22 22 22 27 27 27 27 27 27 27
Université Rouen - 24 24 25 25 25 27 27 27 27 27 25
Université Saint-Étienne - 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12 12
Université Strasbourg 29 29 29 30 30 30 30 30 30 30 30 30
Université Toulouse-III - 29 29 31 31 31 32 32 32 32 32 32
Université Tours 23 34 34 30 30 30 30 30 30 30 30 30
TOTAL 421 940 975 999 1 000 1 007 1 015 1 015 1 016 1 015 1 017 1 016

Figure 1[modifier | modifier le code]

Graphique représentant le numerus clausus annuel des étudiants sages-femmes (année d'entrée en 2e année d'études)

Tableau 3[modifier | modifier le code]

0 %

Figure 2[modifier | modifier le code]

0 %

Lieux d'études[modifier | modifier le code]

85 %
Liste des structures de formation de sage-femme[34]
Ville Nom de la structure Statut Université(s) de recrutement Université de rattachement
Amiens École de sages-femmes du CHR d'Amiens École hospitalière Université Amiens Université Amiens
Angers École de sages-femmes du CHR d'Angers École hospitalière Université Angers Université Angers
Besançon École de sages-femmes du CHR de Besançon École hospitalière Université Besançon Université Besançon
Bordeaux École de sages-femmes du CHR de Bordeaux École hospitalière Université Bordeaux-II Université Bordeaux-II
Bourg-en-Bresse École de sages-femmes du CH de Bourg-en-Bresse UFR Médecine-Maïeutique Université Lyon-I, Université Saint-Étienne Université Lyon-I
Brest École de sages-femmes du CHR de Brest École hospitalière Université Brest Université Brest
Caen École de sages-femmes du CHR de Caen École hospitalière Université Caen Université Caen
Clermont-Ferrand École de sages-femmes du CHR de Clermont-Ferrand École hospitalière Université Clermont-Ferrand I Université Clermont-Ferrand I
Dijon École de sages-femmes du CHR de Dijon École hospitalière Université Dijon Université Dijon
Fort-de-France École de sages-femmes du CHR de Fort-de-France  ? Université Antilles-Guyane Université Antilles-Guyane
Grenoble École de sages-femmes du CHR de Grenoble  ? Université Grenoble-I Université Grenoble-I
Lille École de sages-femmes de l'Institut catholique de Lille  ? Institut catholique de Lille Institut catholique de Lille
Lille École de sages-femmes du CHR de Lille  ? Université Lille-II Université Lille-II
Limoges École de sages-femmes du CHR de Limoges  ? Université Limoges Université Limoges
Lyon École de sages-femmes du CHR de Lyon UFR Médecine-Maïeutique Université Lyon-I, Université Saint-Étienne Université Lyon-I
Marseille École universitaire de Maïeutique Marseille-Méditerranée École universitaire Université Aix-Marseille Université Aix-Marseille
Metz École de sages-femmes du CHR de Metz  ? Université de Lorraine Université de Lorraine
Montpellier École de sages-femmes du CHR de Montpellier  ? Université Montpellier-I Université Montpellier-I
Nancy École de sages-femmes de la maternité régionale Adolphe Pinard  ? Université de Lorraine Université de Lorraine
Nantes École de sages-femmes du CHR de Nantes  ? Université Nantes Université Nantes
Nice École de sages-femmes du CHR de Nice  ? Université Corse, Université Nice Université Nice
Nîmes École de sages-femmes du CHR de Nîmes  ? Université Montpellier-I Université Montpellier-I
Papeete École de sages-femmes du CH territorial de Papeete Université Polynésie française Université Tours
Paris École de sages-femmes de la maternité Baudelocque Port-Royal UFR Médecine-Maïeutique-SI-Orthoptie[35] Université Paris-V, Université Paris-VII, Université Paris-XIII Université Paris-V
Paris École de sages-femmes de l'hôpital Saint-Antoine  ? Université Nouvelle-Calédonie, Université Paris-VI, Université Paris-XII Université Pierre-et-Marie-Curie
Poissy École de sages-femmes du centre hospitalier intercommunal de Poissy UFR Médecine-Maïeutique Université Paris-VII, Université Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines Université Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines
Poitiers École de sages-femmes du CHR de Poitiers  ? Université Poitiers Université Poitiers
Reims École de sages-femmes du CHR de Reims  ? Université Reims Université Reims
Rennes École de sages-femmes du CHR de Rennes  ? Université Rennes-I Université Rennes-I
Rouen École de sages-femmes du CHR de Rouen  ? Université Rouen Université Rouen
Saint-Denis-de-la-Réunion École de sages-femmes du CH de la Réunion Université Réunion Université Réunion
Strasbourg École de sages-femmes du CHR de Strasbourg  ? Université Strasbourg Université Strasbourg
Suresnes École de sages-femmes du centre médico-chirurgical Foch UFR Médecine-Maïeutique Université Paris-V, Université Paris-XI Université Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines
Toulouse École de sages-femmes du CHR de Toulouse  ? Université Toulouse-III Université Toulouse-III
Tours École de sages-femmes du CHR de Tours  ? Université Tours Université Tours

Organisation générale[modifier | modifier le code]

0 %

Financements, prérogatives et responsabilités[modifier | modifier le code]

0 %

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

0 %

Performances du système et aspects éducatifs[modifier | modifier le code]

0 %

Sociologie et mixité sociale[modifier | modifier le code]

0 %

Représentation des étudiants[modifier | modifier le code]

0 %

Représentation dans les structures de formation[modifier | modifier le code]

0 %

Représentation à l'Université[modifier | modifier le code]

0 %

Représentation associative des étudiants sages-femmes[modifier | modifier le code]

0 %

Bureaux des étudiants et assimilés[modifier | modifier le code]

0 %

Fédérations d'associations représentant les étudiants sages-femmes[modifier | modifier le code]

0 %

Fédérations de villes universitaires[modifier | modifier le code]

0 %

Folklore étudiant[modifier | modifier le code]

0 %

Controverses[modifier | modifier le code]

0 %

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  • Références générales
  1. Les étudiants inscrits dans les universités françaises en 2015-2016, Note d'information n°11 - Décembre 2016
  2. Arrêté du 28 octobre 2009 relatif à la première année commune aux études de santé
  3. Arrêté du 19 juillet 2011 relatif au régime des études en vue du diplôme de formation générale en sciences maïeutiques
  4. Décret no 84-932 du 17 octobre 1984 relatif aux diplômes nationaux de l'enseignement supérieur
  5. Arrêté du 1er août 2011 relatif à la licence
  6. Arrêté du 25 avril 2002 relatif au diplôme national de master
  7. Arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale
  8. Cnosf : Liste des titres et mentions autorisés
  9. Arrêté du 26 juillet 2010 relatif aux modalités d'admission directe en troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme
  10. Arrêté du 26 juillet 2010 relatif aux modalités d'admission directe en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme
  11. Arrêté du 26 juillet 2010 relatif aux modalités d'admission en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme des étudiants qui souhaitent exercer leur droit au remords
  12. Arrêté du 20 décembre 2010 organisant la procédure d'admission en deuxième et troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme
  13. Arrêté du 21 février 2011 fixant le nombre de places offertes pour l’année universitaire 2011-2012 pour l’admission en troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme
  14. Arrêté du 9 mars 2012 fixant le nombre de places offertes pour l’année universitaire 2012-2013 pour l’admission en troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme
  15. Arrêté du 9 mars 2012 fixant le nombre de places offertes pour l’année universitaire 2012-2013 pour l’admission en troisième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme
  16. Arrêté du 21 février 2011 fixant le nombre de places offertes pour l'année universitaire 2011-2012 pour l'admission en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme
  17. Arrêté du 9 mars 2012 fixant le nombre de places offertes pour l'année universitaire 2012-2013 pour l'admission en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme
  18. Arrêté du 9 mars 2012 fixant le nombre de places offertes pour l'année universitaire 2012-2013 pour l'admission en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme (rectificatif)
  19. Arrêté du 21 février 2011 fixant le nombre de places offertes pour l'année universitaire 2011-2012 pour l'admission en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme aux étudiants qui souhaitent exercer leur droit au remords
  20. Arrêté du 9 mars 2012 fixant le nombre de places offertes pour l'année universitaire 2012-2013 pour l'admission en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme aux étudiants qui souhaitent exercer leur droit au remords
  21. Arrêté du 9 mars 2012 fixant le nombre de places offertes pour l'année universitaire 2012-2013 pour l'admission en deuxième année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme aux étudiants qui souhaitent exercer leur droit au remords (rectificatif)
  22. Autres possibilités de débouchés (Cnosf)
  23. Article D4311-49 du code la Santé publique
  24. Article D4311-45 du code de la Santé publique
  25. Article D4311-42 du code de la Santé publique
  26. Article 33 de l'arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d'État d'infirmier
  27. Article D4321-17 du code de la Santé publique
  28. Article 31 de l'arrêté du 5 juillet 2010 relatif au diplôme d'État d'ergothérapeute
  29. Arrêté du 13 novembre 2002 modifiant l'arrêté du 18 mars 1992 modifié relatif à l'organisation du premier cycle et de la première année du deuxième cycle des études médicales
  30. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Arrêté du 24 juillet 2001 dérogeant aux dispositions de l'arrêté du 5 février 1987 relatif au concours d'entrée aux écoles de sages-femmes
  31. Arrêtés du 18 avril 1991 dérogeant aux dispositions de l'arrêté du 5 février 1987 relatif au concours d'entrée aux écoles de sages-femmes
  32. Arrêtés du 13 juillet 2001 dérogeant aux dispositions de l'arrêté du 5 février 1987 relatif au concours d'entrée aux écoles de sages-femmes
  33. Arrêtés du 13 juillet 2001 dérogeant aux dispositions de l'arrêté du 5 février 1987 relatif au concours d'entrée aux écoles de sages-femmes
  34. Arrêté du 9 mars 2012 fixant le nombre d'étudiants de première année commune aux études de santé autorisés à poursuivre leurs études de sage-femme à la suite des épreuves terminales de l'année universitaire 2011-2012
  35. Formation initiale
  • Liste des DU/DIU
  1. DIU « Acupuncture obstétricale »
  2. DIU « Acupuncture obstétricale »
  3. DIU « Acupuncture obstétricale »
  4. DIU « Acupuncture obstétricale »
  5. DIU « Acupuncture obstétricale »
  6. DIU « Régulation des naissances : socio-épidémiologie, contraception, IVG, prévention des risques liés à la sexualité »
  7. DIU « Contraception »
  8. DIU « Contraception »
  9. DU « Contraception, IVG, sexualité »
  10. DU « Suivi gynécologique de prévention, sexualité, régulation des naissances »
  11. DU « Gynécologie préventive et contraceptive »
  12. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  13. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  14. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  15. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  16. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  17. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  18. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  19. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  20. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  21. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  22. DIU « Échographie en gynécologie et obstétrique »
  23. DIU « Échographie gynécologique et obstétricale »
  24. DU « Échographie obstétricale réservée aux sages-femmes »
  25. DU « Études complémentaires d'échographie obstétricale (réservé aux sages-femmes) »
  26. DU « Imagerie anté et périnatale »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Numerus clausus des études de maïeutique[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

50 %