Étienne Regnault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Étienne Regnault, commis aux écritures dans le cabinet de Colbert, a été le premier gouverneur de Bourbon de 1665 à 1671. Il a fondé la ville de Saint-Denis en 1669.

Création de la colonie[1][modifier | modifier le code]

Étienne Regnault embarque de Brest, le , à bord de l’un des quatre vaisseaux de la flotte de Pierre de Beausse. Ce dernier est chargé du gouvernement et de la colonisation de Madagascar, siège de la récente Compagnie orientale des Indes.

La flotte fait escale dans la baie de Saint-Paul à Bourbon, en , pour ravitailler les vaisseaux en eau potable et vivres frais. Étienne Regnault débarque sur l'île accompagné d'une vingtaine d'hommes et femmes ; ceux-ci et les suivants[2] arrivés en 1667[3] s'installent à proximité de l'étang de Saint-Paul. Parmi ces colons, figurent les 2 couples qui donneront naissance aux 2 premiers enfants nés sur l'île : Estienne Pau de Pierre Pau et Anne Billard et Estienne Bellon de Jean Bellon et Antoinette Arnaud. Gilles Launey, autre arrivant, épousera Anne Caze en 1678.

Ce sont les premiers colons officiels, bien que Louis Payen ait débarqué sur l'île dans ce but, en 1663, avec 8 hommes (dont 7 malgaches) et trois femmes.

Création de Saint-Paul et Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Étienne Regnault est nommé (le ) par de Beausse, commandant de Bourbon, une fonction qui le place comme représentant principal de l'autorité métropolitaine et chef de l'administration de la colonie.

Sa première préoccupation est d'organiser la vie du groupe et de construire le bourg de Saint-Paul[4]. Puis il s'intéresse aux intérêts stratégiques et économiques de la Compagnie des Indes dont l' entretien des vaisseaux et l'accueil des équipages. Le gouverneur s’emploie ensuite à développer les ressources de l'île en faisant planter de la vigne, du coton, du chanvre et du riz dans les marais de l’étang Saint-Paul ; du sel est récolté à la "Pointe au Sel".

Il réconcilie avec Payen les Malgaches de son équipe qui avaient fui après une tentative de meurtre contre les deux européens.

François Martin le fondateur de Pondichéry visite l'île du au , puis,en 1666, c'est au tour du commissaire d'artillerie Carpeau du Saussay accompagné par de Champmargou, gouverneur à Fort-Dauphin.

Regnault remarque que, à l'est de Saint-Paul (zone entre Sainte-Marie et sainte-Suzanne), la terre est plus riche et les ressources naturelles plus abondantes ; il encourage les colons à s'y implanter.

C'est en 1669 qu'il transfère le siège de la colonie au nord de l'île, à l'estuaire d'une rivière. Il baptise la nouveau bourg : Saint-Denis, du nom du bateau d'un ami qui avait accosté en 1668.

Départ de Regnault[modifier | modifier le code]

Arrivée du vice-roi des Indes occidentales[modifier | modifier le code]

La flotte de Jacob de La Haye mouille à Saint-Denis le . Devant les 50 habitants, Jacob de La Haye se fait reconnaître en tant que "Vice-Roi, Amiral et Lieutenant Général pour le Roy en tous les pays des Indes". Il fait prêter serment d'allégeance à la population et prend officiellement possession de l'île. Étienne Regnault est remplacé, dès le , par Jacques de La Heure, un ancien capitaine d'infanterie.

Ordonnance de 1674[modifier | modifier le code]

Passant par Bourbon après sa défaite à San-Thomé, de La Haye signe, le , une ordonnance (charte de bonne administration de l'île). Contenant 25 articles[5], c'est la première constitution de l'île Bourbon : entre autres, la chasse (article 12) et les mariages inter-ethniques (article 20) sont interdits.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Étienne Regnault va servir fidèlement la Compagnie des Indes, à Surate puis à Pondichéry de 1671 à 1673. Il serait retourné à Paris où il aurait à nouveau été pressenti pour être gouverneur à Bourbon en 1681 afin d’y redresser la situation. La fin de sa vie et sa mort demeurent vagues. Il va mourir au Bengale le .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Étienne Régnault », sur www.mi-aime-a-ou.com (consulté le 19 avril 2020)
  2. Dont Pierre Collin, Hervé Dennemont, Jacques Fontaine, René Hoarau, Gilles Launay et François Vallée. Sont arrivés également entre 1665 et 1667 : Antoinette Arnaud, Marie Baudry, Jean Bellon, Anne Billard, Michel Esparon, Pierre Hibon, Jena Mirebaud, Claude Mollet, Pierre Pau, Léonarde Pillé, Anne Randranar, François Ricquebourg, Antoine Royer, Athanase Touchard.
  3. « Les grandes dates de l'histoire de La Réunion », sur www.grandesdatesdelareunion.re (consulté le 23 avril 2020)
  4. Étienne Regnault s'installe à proximité, au Bernica.
  5. « Jacob de La Haye et son ordonnance île de La Réunion », sur www.mi-aime-a-ou.com (consulté le 21 avril 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]