Étienne Poncher (archevêque de Tours)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étienne Poncher.

Étienne Poncher
Biographie
Décès
à Paris
Évêque de l’Église catholique
Archevêque de Tours
Évêque de Bayonne
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé commendataire de l'abbaye de la Roë
Maître des requêtes
Aumônier ordinaire du Roi

Ornements extérieurs Archevêques.svg
Blason famille fr Etienne Poncher.svg

Étienne Poncher († le à Paris), est un homme d'Église français du XVIe siècle. Il est successivement évêque de Bayonne, puis archevêque de Tours.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne Poncher est le fils de Jean Poncher, trésorier général de Tours et de Catherine Hurault. Docteur en droit canon, abbé commendataire de l'abbaye de la Roë dès le , maître des requêtes, 1531, aumônier ordinaire du roi, 1534. Il permit à Étienne Amyot, sénéchal de Craon, en raison de ses bons offices, d'occuper la maison abbatiale de la Roë, 1533, eut comme vicaires au temporel et au spirituel : n. h. Louis Leroux, chanoine d'Angers, 1542, Georges Macé, prieur de Saint-Aignan d'Angers, 1550.

Évêque de Bayonne depuis 1532, il présida le chapitre général à La Roë, le [1]. Il fit en 1549 un règlement en treize articles pour l'abbaye de la Roë, proscrivant entre autres les livres hérétiques.

Il est archevêque de Tours par bulle du , abbé de la Charité et de Saint-Pierre-le-Vif, il mourut à Paris le et fut inhumé aux Célestins. Il avait résigné la Roë au commencement de 1551. Il portait d'or au chevron de gueules, accompagné d'une tête de Maure de sable bandée d'argent et de trois coquilles de sable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ferdinand de Guilhermy, Épigraphie du diocèse de Paris, t. I, p. 469.

Source[modifier | modifier le code]

« Étienne Poncher (archevêque de Tours) », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne)