Éric Caboussat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Éric Caboussat
Eric et Valerie, pour Wikipedia.jpg
Biographie
Naissance
(70 ans)
VaudVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Suisse
Formation
Facteur
Activité
Editeur
Autres informations
Parti politique

Éric Caboussat, né le à Gland, est un éditeur et une personnalité politique suisse, membre du parti socialiste.

Origines[modifier | modifier le code]

Il est né en 1948 dans un milieu familial harmonieux sous l'influence d’une grand-mère paysanne empreinte de passion pour l'histoire, la lecture et la musique[1].

Il dévore de grands classiques littéraires français à 12 ans comme Dumas, Rousseau ou Giono, puis enrichit sa fibre sociale et culturelle à 16 ans en découvrant Malraux et Denis de Rougemont.

À 16 ans, il échappe à l’autorité familiale et scolaire en se faisant embaucher à la Poste à Genève comme facteur. Cette initiative lui permet d’acquérir l’indépendance financière nécessaire à sa liberté[1].

C’est par ses contacts quotidiens qu'il découvre ce qu'il nomme la vraie école ou l’«Université populaire».

En effet, le microcosme dans lequel il évolue l’incite à militer à 18 ans dans son syndicat où il acquiert rapidement une responsabilité, à devenir élu communal à 23 ans et, enfin, député à 36 ans.

Début en littérature[modifier | modifier le code]

Malgré ses activités professionnelles, culturelles et politiques, Éric Caboussat continue à rechercher et à vouloir comprendre le sens des lignes suivantes, parues dans Chant de notre Rhône de C.F. Ramuz : «Connaître, savoir, déduire, rapprocher selon les similitudes et les parentés: mettre ensemble ce qui va ensemble; se mettre d’abord à sa place, mettre autour de soi les choses à leur place; savoir qui on est; savoir d’où on vient, savoir où on va…» C’est pourquoi à 30 ans il s’inscrit aux cours du soir de l’Université de Lausanne, tout d’abord en histoire puis en psychologie sociale.

Cet enrichissement développe les perceptions qu’il a de l’existence et conforte une prise de conscience de ses véritables possibilités personnelles non encore exploitées[1].

Amoureux de la langue française, il traduit sa passion en publiant, en 1977, une importante recherche historique sur les incidences de la révocation de l’Edit de Nantes au Pays de Gex (Ain) et sur sa famille. Cet ouvrage salué par les critiques sera suivi de six autres[2]. Cette nouvelle vocation l’encourage à ouvrir une maison d’édition en 1988, consacrée à la valorisation de l’histoire, de la mémoire et des traditions. Son slogan le passé au service de l’avenir donne le ton de son ambition.

Collaboration franco-suisse[modifier | modifier le code]

Ses thèmes l’obligent rapidement à franchir les frontières et ainsi à réunir dans le même catalogue des auteurs suisses et français. Passerelle culturelle entre la Suisse et la France, son catalogue riche en 2012 de huit cents titres fait référence dans le monde éditorial des deux pays[1]. Ce régionalisme sans frontière lui permet de développer son action professionnelle tout d’abord en région Rhône-Alpes, puis de jeter son dévolu sur la Franche-Comté et l’Alsace.

Militant culturel actif, il met sur pied des Journées du livre, du patrimoine et des traditions franc-comtoises[3], crée en 1996 le Prix de l’éveil au patrimoine[1], assume des responsabilités dans le cadre de l’organisation de la Foire des Talents comtois à Besançon qui accueille écrivains, artistes, artisans et 20 000 visiteurs. Il privilégie régulièrement des rencontres franco-suisses entre écrivains et historiens des deux côtés de la frontière.

Au service du livre et de l'histoire[modifier | modifier le code]

Sa vice-présidence des éditeurs suisses de langue française l’a amené à gérer avec son épouse d’origine bourguignonne (collaboratrice et responsable des quatre correctrices qu’emploie sa société), le stand des éditeurs suisses au Salon du livre de Paris durant cinq ans, de 1997 à 2002[1].

Par ailleurs, il est membre du conseil du Salon international du livre de Genève[1] et s’est montré particulièrement actif par la gestion et l’animation d’un espace devenu renommé[4] car il réunissait treize éditeurs franco-suisses qui partageaient la même passion et le même engagement à l’égard du maintien et du développement d’une édition de qualité.

Vendant annuellement environ 40 000 livres[1] (un tiers en Suisse, deux tiers en France), il a permis de développer une connaissance mutuelle de l’histoire des deux côtés de la frontière de deux pays qu’il affectionne.

Aujourd’hui son catalogue fait apparaître de grands noms comme Jean Durry, célèbre chroniqueur sportif, Coubertin, autographe – 1889-1915, Jean-Pierre Moulin, journaliste, écrivain et parolier, Une Histoire de la Chanson française, l’abbé Joël Pralong, Quand nos blessures diffusent la lumière, l’historien Georges Andrey, L’Acte de Médiation, mais également l’historien Alain-Jacques Tornare, docteur en histoire de la Sorbonne, Les Vaudois de Napoléon et Vaudois au service de France; Le Crépuscule de la Monarchie.

C’est d’ailleurs avec entre autres ce dernier qu’il créa, en 2006, la délégation suisse du Souvenir napoléonien. Depuis il en est le délégué helvétique à Paris. Il se chargea en 2008 d’organiser l’un des événements phare des manifestations,[5] suisses et françaises liées au bicentenaire de la naissance de Napoléon III (rencontres internationales au château d’Arenenberg en Thurgovie et Journées d’études napoléoniennes annuelles à Morges, Vaud).

Reconnaisance[modifier | modifier le code]

Salué par un article[6] dans le très sérieux Hebdo, cette aventure humaine a fait l’objet d’une centaine d’articles tant en France qu’en Suisse[7]. Le journaliste et écrivain Micha Grin lui a consacré une importante biographie, A l’enseigne de la vie : au-delà des mots, Editions Cabédita, 2004[1].

Aujourd'hui et demain[modifier | modifier le code]

Soucieux d’assurer la pérennité de la maison d’édition, Eric Caboussat en a remis en 2016 la direction éditoriale à Valérie Caboussat avec qui il collabore très activement. Cette dernière licenciée en lettre[8] assume depuis plus de vingt ans le service de correction des manuscrits.

Les Editions Cabédita ont intégré le 1er janvier 2016 le groupe éditorial Slatkine à Genève[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Autres Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i « A l'enseigne de la vie : Eric Caboussat. au-delà des mots | Bibliothèque Sonore Romande », sur www.bibliothequesonore.ch (consulté le 29 décembre 2017)
  2. « Cabedita.ch : Recherche "Eric Caboussat" », sur cabedita.ch (consulté le 30 décembre 2017)
  3. Anie Gay, « Eric Caboussat, 25 ans d'éditions (1987 - 2012) », L'Est Républicain,‎
  4. « Le square des auteurs », sur salondulivre.ch (consulté le 30 décembre 2017)
  5. « Délegation Suisse Souvenir Napoléonien »
  6. « Cabedita 20 Printemps et un cadeau », Hebdo,‎ , p. 28
  7. Archives Cabedita
  8. « Arci »
  9. Jocelyne Laurent, « Les Editions Cabedita s'unissent à Slakine », Le Quotidien de la Côte,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]