Émile-Jules Grillot de Givry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émile-Jules Grillot de Givry
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)

Émile-Jules Grillot de Givry (ou Émile-Angelo Grillot de Givry) (né le à Paris et mort le ) est un homme de lettres et occultiste français, connu pour avoir traduit en français l’œuvre de Paracelse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une vieille famille bourguignonne, il fait ses études à Paris[1]« chez les jésuites de la rue de Vaugirard »[2]. Il étudie les langues orientales avant de s'intéresser à l'hermétisme chrétien.

Ce serait à la lecture de Là-bas de Joris-Karl Huysmans dont il devient l'ami, qu'Émile-Jules Grillot de Givry se passionne pour l'occultisme. Il commence par traduire d'importants textes ésotériques, s'initie à l'occultisme et adhère à la franc-maçonnerie, adepte du rite de Memphis et Misraïm dont son ami le Dr Gérard Encausse (Papus) était devenu grand-maître[2].

Là il rencontre René Philipon pour qui il fait plusieurs traductions dans la Bibliothèque Rosicrucienne d'Henri Chacornac, père de Paul Chacornac, éditeurs parisiens propriétaires des Éditions traditionnelles[3].

Il collabore à la revue Le Voile d'Isis et devient l'ami de Léon Bloy et de René Guénon et traduit des anciens textes perdus du Corpus Hermeticum : Nicolas Flamel, Basile Valentin, Dom Pernety[1].

Les « préceptes maçonniques » ou « code maçonnique »[4] lui ont été attribués à tort dans la mesure où il est possible de les lire dans le Journal historique et littéraire de 1839[5].

Travaux[modifier | modifier le code]

Comme auteur[modifier | modifier le code]

  • Aphorismes basiliens : ou Canons hermétiques de l'esprit et de l'âme comme aussi du corps mitoyen du grand et petit monde, Paris, Chacornac, , 1e éd., 8 p. (lire en ligne).
  • Lourdes, ville initiatique, Paris, Éditions Chacornac, , 1e éd..
  • Le grand œuvre : XII méditations sur la voie ésotérique de l'Absolu, Paris, Bibliothèque Chacornac, , 1e éd., 94 p. (lire en ligne).
  • Le Christ et la patrie, Paris, Bibliothèque Chacornac, , 1e éd., 331 p. (lire en ligne).
  • Anthologie de l’occultisme, Paris, Éd. De la Sirène, .
  • André Bourrier, Grillot de Givry, Han Ryner, La vérité sur le supplice de Jeanne d'Arc, victime de l'Église : la Pucelle a-t-elle été brûlée ? S'est-elle échappée et mariée, Conflans-Sainte-Honorine, L'Idée libre, , 1e éd., 16 p. (lire en ligne).
  • Musée des sorciers, mages et alchimistes, Imp. De Compiègne, Librairie de France, , 1e éd..

Comme traducteur[modifier | modifier le code]

  • (la) Guillaume Postel (1510-1581) (trad. Émile-Jules Grillot de Givry), Absconditorum clavis : traduit du latin pour la première fois, Paris, Bibliothèque Chacornac, , 100 p. (lire en ligne).
  • (it) Savonarole (trad. Émile-Jules Grillot de Givry), Traité des sept grades de la perfection, Paris, Bibliothèque Chacornac, , 16 p..
  • (la) Paracelse (trad. Émile-Jules Grillot de Givry), Œuvres complètes, vol. 2, Paris, Chacornac, 1913-1914, 316 p..
  • Chapitre IV de la 1re partie du Traité apologétique défendant l'intégrité de la société des Rose-Croix de Robert Fludd, in Anthologie de l'occultisme, éditions de la Sirène, Paris, 1922 pp. 329-332.
  • (en) Jean Dee (trad. Émile-Jules Grillot de Givry), La Monade hiéroglyphique, Paris, Bibliothèque Chacornac, , 62 p..
  • (de) Bernhard Marr (trad. Émile-Jules Grillot de Givry), La Kabbale de Jacques Casanova, Éditions de la Sirène, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Claude Polet, Patrimoine littéraire européen : Index général, De Boeck Supérieur, , 600 p. (ISBN 9782804131623, lire en ligne), p. 401.
  2. a et b « Le musée des sorciers, mages et alchimistes », sur www.science-et-magie.com (consulté le 16 novembre 2015).
  3. Jean-Pierre Laurant, L'ésotérisme chrétien en France au XIXe siècle, Éditions L'Âge d'Homme, , 1e éd., 244 p. (ISBN 9782825103302, lire en ligne), p. 183.
  4. « Code maçonnique » [PDF], sur www.info-france.fr (consulté le 17 novembre 2015).
  5. Journal historique et littéraire, vol. 6, Liège, P. Kersten, (lire en ligne), p. 30.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]