Édouard Bard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bard.
Édouard Bard
Edouard Bard 20100330 Salon du livre de Paris 1.jpg

Édouard Bard, alors invité de l'émission radiophonique La marche des sciences, animée en direct du Salon du livre de Paris en mars 2010.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Édouard Bard, né le (54 ans), est un climatologue français, professeur titulaire de la chaire « Évolution du climat et de l'océan » au Collège de France depuis 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études d’ingénieur géologue (ENSG 1983-1985), Édouard Bard poursuit ses recherches au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) de Gif-sur-Yvette (thèse de doctorat) puis à l’université Columbia de New York et ensuite à l’université Aix-Marseille III.

Il a été membre du CNU (1996-1999) et du conseil scientifique du CNRS (2001-2003), président du conseil scientifique de l'Institut polaire français (2002-2006) et vice-président du groupe 1 du Grenelle de l'Environnement (2007) sur la lutte contre les changements climatiques et la maîtrise de l’énergie.

Il est élu le , membre de l'Académie des sciences[1], et du conseil scientifique de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

Il est actuellement directeur adjoint du Centre européen de recherche et d'enseignement des géosciences de l'environnement (CEREGE UMR 6635, Europole de l'Arbois à Aix-en-Provence)[2] et membre du Conseil de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES).

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Ses travaux scientifiques se situent à l'interface de la climatologie, de l'océanographie et de la géologie. Son objectif essentiel est de comprendre le fonctionnement naturel du système océan-atmosphère sur des échelles de temps allant de quelques siècles à plusieurs millions d'années. Mieux documenter ces changements, les dater précisément, en comprendre les mécanismes et les modéliser sont des tâches importantes dans le cadre des projets visant à prévoir l'évolution future du climat. Pour ses recherches, il utilise des techniques analytiques de chimie pour déterminer l'ampleur et la chronologie des variations climatiques. De nouvelles méthodes quantitatives lui ont permis de reconstruire les climats passés avec des archives variées comme les sédiments océaniques, les coraux, les stalagmites, les sédiments lacustres et les glaces polaires.

Il est l'auteur d'environ 150 articles scientifiques, d'une vingtaine d’articles de vulgarisation et de livres destinés au grand public, notamment L'Homme et le climat et L'Homme face au climat.

Ses travaux ont été récompensés par l'attribution de plusieurs distinctions internationales : 1993 Outstanding Young Scientist Award (European Geosciences Union), 1997 Donath medal (Geological Society of America), 1997 Macelwane medal (American Geophysical Union), lauréat en 2004 de la Comer Science & Education Foundation (USA), 2005 A.G. Huntsman medal (Canada), prix Georges Lemaître 2005 (Belgique), membre de la Royal Academy of Belgium en 2011, lauréat de la Alfred Wegener Medal & Honorary Membership (European Geosciences Union) en 2013, lauréat du prix Werner Petersen award from the Helmholtz Center for Ocean Research (GEOMAR Kiel) et élu Membre Associé de l'US National Academy of Sciences en 2014, ainsi que de plusieurs distinctions françaises : médaille de bronze 1991 (CNRS), membre de l'IUF (1994-99), grand-prix Gérard Mégie 2006 (Académie des sciences et CNRS), Légion d'honneur en 2007.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Homme et le climat, une liaison dangereuse, Découvertes Gallimard no 482, 128 pp., 2005 (ISBN 978-2-07-030094-5)
  • L'Homme face au climat, dir., Éditions Odile Jacob, 448 pp., 2006 (ISBN 978-2-7381-1660-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de presse de l'Académie des Sciences du 30 novembre 2010.
  2. Site du CEREGE.

Liens externes[modifier | modifier le code]