Yathul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

16° 00′ N 44° 48′ E / 16, 44.8 ()

Vue de Baraqish

Au Yémen, le nom « Yathûl » est officiellement la dénomination originale de la ville de Barâqish, ancienne cité Minéenne depuis le VI siècle de l’ère préchrétienne.


Contrairement à la réputation de Saba, le royaume voisin, cette civilisation est la moins étudiée des anciens royaumes de l’Arabie méridionale, et par là héritière d’une énigme historique..à suspens !

Yathûl, capitale du royaume le plus dynamique d’Arabie et cité sacrée où résidait la cour, était située dans le profond pays protecteur qui de nos jours encore est toujours déconseillé, dangereusement inaccessible. Barâqish fut une cité dynamique fortifiée, située stratégiquement le long du Wadi Farda, contrôlant le commerce de l’encens. Réputée ville accueillante et animée jusqu’au XVIIIe siècle. Elle serait donc la même ville, capitale du même royaume depuis le Ve siècle avant J.C. Pour des raisons toujours inconnues, Yathul, capitale, aurait été converti en Baraqish, capitale.

Face à cette ambivalence, il y a une rumeur ancienne et persistante qui ouvre des perspectives très intéressantes[réf. nécessaire]. Car ces deux dénominations, duplicité de la même capitale, s’expliqueraient par un dédoublement stratégique bien planifié. Dans ce royaume le mieux ordonné de l’époque, Yathûl s’assura sa discrétion sécuritaire en créant le long du Wadi farda son parfait «alter ego» : la ville de Barâqish, satellite qui assuma la fonction représentative et commerciale du royaume, prenant le contrôle du commerce de l’encens. Cette merveille fut abandonnée au XVIIIe en ruine majestueuse, ce qui pour autant ne certifie pas le même sort réservé à Yathûl, la discrète dans le profond pays…

Cette hypothèse s’avère bien trop inopportune à certifier de nos jours. Hormis la thèse que Yathul devait se situer plutôt dans le Jawf, Il n’y a que le savoir interne dans les tribus du désert pour le contester, puis des rumeurs en les années 90 à Al Hudaydah, puis quelques rares questions dans la presse occidentale désintéressée, et dernièrement un livre dit ‘témoin’ apparemment très documenté (« Silence…Jihad! ») : Tous pour dire que Yathûl est de nos jours un lieu caché enterré dans l’Arrub ‘al Khâli, le« désert du Silence ». Yathûl serait soit « un œil et une oreille » secrète des Américains du temps des tensions avec l’Arabie saoudite, soit -après huit siècles- toujours la cité sacrée, mais depuis quelques décennies haut-lieu d’une foi actualisée en dynamisé dans ce pays natal d’Oussama Bin Ladin et ses disciples Trop pour la géostratégie internationale dans ce pays déjà aussi dérangeant. Alors, Yathûl, survivant à Baraqish ? Vérité ? Ou lénifions : « si non é vero, é ben trovato »? Qui dira?

Romanité[modifier | modifier le code]

La ville est connue des Grecs et des Romains sous le nom de Athlula, ou Athrula, de l'ancien sabéen YTL.

Références : Cass. Dio 53.29.8 et Strabon 820 : Une armée romaine a traversé au cours des années 20, sous le commandement de Gallus Aelius. Le tombeau d'un cavalier romain, P. Cornélius, a été trouvé là.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]