Xavier Pommereau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Dr Pommereau à Abadie, 2011

Xavier Pommereau est un psychiatre français, spécialiste de l'adolescence en difficulté. Il est l'un des pionniers de la prévention du suicide chez les jeunes en France[1][2]. Il a ouvert la première unité hospitalière spécifiquement dédiée aux jeunes suicidaires en 1992[3][4]. Il a créé en 2000 une unité spécialisée dans la prise en charge des jeunes souffrant de troubles des conduites alimentaires (TCA). Le Dr Pommereau dirige le Pôle aquitain de l'adolescent au centre Abadie (CHU de Bordeaux).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Fils d'un ingénieur agronome vendéen, Xavier Pommereau est l'aîné d'une fratrie de trois enfants. Il est né le 3 janvier 1953 à Casablanca, son père travaillant à l'époque dans les jus d'orange au Maroc. Il quitte cette ville à l'âge de cinq ans avec sa famille, vit dans la région parisienne avant de s'établir à Bordeaux, où se trouvent ses origines maternelles. Ses trois activités de loisirs sont la musique (rock-blues), le jeu d'échecs et la voile ; elles n'ont pas changé depuis.

Études[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Sa vocation pour la médecine naît à l'âge de douze ans. Il se plonge dans les ouvrages d'anatomie de son grand-père paternel, chirurgien ORL, et se passionne pour la neurologie. Il fait ses études à l'Université Victor Segalen Bordeaux 2, et manifeste un intérêt pour l'anatomie et le fonctionnement du cerveau.

Sa thèse de médecine décrit sa découverte de cellules nerveuses dans les ligaments interosseux du carpe et du tarse[5] — éléments propriocepteurs contribuant sans doute à « l'intelligence » de la main et du pied, après deux ans de recherche effectuée sous l'égide de ses maîtres, les Prs Pierre Bonjean et Jean Marie Meunier.

En 1976, il effectue un stage d'externe à l'hôpital psychiatrique Charles Perrens de Bordeaux. Il y découvre les grandes maladies mentales et le dénuement matériel et psychique de la plupart des patients qualifiés à l'époque de "chroniques".

Carrière[modifier | modifier le code]

Travaux[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

À la fin de son internat en psychiatrie, Xavier Pommereau travaille à l'hôpital Pellegrin à Bordeaux comme psychiatre consultant en service de réanimation, pour y évaluer les jeunes suicidants à leur réveil[6]. Il découvre que beaucoup de ces jeunes gens ne sont pas des malades mentaux, et décide de pratiquer une "autre psychiatrie". À cette époque, la plupart des établissements psychiatriques restent des lieux d'enfermement. Il se refuse à imaginer les soins aux jeunes suicidants comme seulement destinés à empêcher la récidive par tous les moyens (attaches, utilisation de calmants puissants, etc.).

Xavier Pommereau va très vite comprendre que l'on ne peut pas soigner les gens contre leur gré. Mais il réalise que le temps lui manque pour orienter ces jeunes vers des soins appropriés et leur faire accepter de l'aide. Dès 1985, il a l'idée de créer un centre afin d'accueillir et de prendre en charge ces jeunes. Pendant plusieurs années, il peaufine son projet. Avant d'avoir cette unité, Xavier Pommereau voyage aux États-Unis et en Europe pendant trois ans, afin de s'inspirer de différentes méthodes de soins. À l'issue de ses voyages, il va passer quatre années à convaincre les tutelles de l'utilité de ce service et à sa mise en place.

En novembre 1992, l'unité médico-psychologique pour les adolescents et jeunes adultes est créée. C'est alors la première unité hospitalière française spécifiquement dévolue aux jeunes suicidants. Pommereau développe de nouvelles méthodes d'approche. Les patients viennent de leur plein gré. Ils séjournent quelques semaines dans l'unité où le cadre de soins matérialise des temps et des espaces de rencontre, d'échange, avec des médiations et supports à haute valeur ajoutée sur le plan métaphorique. Les jeunes hospitalisés sont à la fois suivis par des psychiatres et des psychologues mais aussi par une équipe pluridisciplinaire de soignants. Cette première unité de soins dispose de 15 lits d'hospitalisation à temps complet et en milieu ouvert. Elle reçoit environ 350 jeunes suicidaires par an pour des séjours de trois semaines. L'objectif est de faire le point avec l'adolescent en souffrance, ses parents, de faire un bilan approfondi et de définir une orientation ultérieure adaptée, le plus souvent sous la forme de consultations externes. En 2000, après que le chef de service de médecine interne du centre Jean Abadie parte à la retraite, Xavier Pommereau récupère le service de celui-ci. Avec beaucoup de volonté de sa part, une équipe soignante et les pouvoirs publics à ses côtés, il crée une autre unité consacrée aux troubles alimentaires chez l'adolescent et le jeune adulte. Cette seconde unité de 8 lits et de 5 places d'hôpital de jour accueille spécifiquement des jeunes anorexiques-boulimiques. Là-encore, les jeunes ne sont pas détenus; le principe consiste à travailler avec leur accord et avec celui de leur entourage, non contre leur gré.

Influences[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Durant les années qui suivirent la création de ces deux unités médico-psychologiques, bon nombre de professionnels de la santé vont venir visiter le centre Abadie.

D'autres structures s'inspirant de cette expérience seront alors créées, notamment à Genève, à Liège, à Brest, et à Clermont-Ferrand.

Aujourd'hui encore, le centre Abadie reçoit énormément de stagiaires. Il est reconnu d'utilité publique. De nombreux médecins s'inspirent de ces méthodes de soins. "Il faudrait un établissement dans chaque grande ville", mais les moyens financiers manquent.

Xavier Pommereau est un pionnier en ce qui concerne la psychiatrie chez les adolescents et jeunes adultes, et participe à de nombreuses conférences pour parler de son expérience. Depuis 2011, il exprime régulièrement ses idées sur sa page publique Facebook.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de la folie. Les mille et un mots de la déraison, Albin Michel, 1995.
  • Quand l'adolescent va mal. L'écouter, le comprendre, l'aimer, Éditions Jean-Claude Lattès, 1997, réédition J'ai lu n° 7147.
  • Un coquelicot en enfer, roman, Éditions Jean-Claude Lattès, 1998.
  • Souffrances et violences à l'adolescence. Qu'en penser ? Que faire ? avec P.Baudry, C.Blaya, M.Choquet et E.Debardieux, ESF, 2000.
  • Les élèves à l'infirmerie scolaire, identification et orientation des jeunes à haut risques suicidaires, avec M.Choquet, C.Lagadic, K.Cottin, Éditions Inserm, janvier 2001.
  • En ce moment mon ado m'inquiète. À tort ou à raison ?, avec L.Delpierre, Albin Michel, 2004.
  • L'adolescent suicidaire, Éditions Dunod 1996, 3e édition revue et augmentée, 2005.
  • Ado à fleur de peau. Ce que révèle son apparence, Albin Michel, 2006.
  • Le mystère de l'anorexie, avec J.¨De Tonnac, Albin Michel, 2007.
  • L'adolescence scarifiée, avec Michaël Brun et J.P Moutte, Éditions L'Harmattan, 2009.
  • Un corps en trop, B.D, avec Fabrice Meddour, M.N Pichard et A. Souchard, Ed.Narratives, 2009.
  • Ados en vrille, mères en vrac, Albin Michel, janvier 2010.
  • Nos ados.com en images. Comment les soigner, Éditions Odile Jacob, octobre 2011.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2003, Xavier Pommereau est décoré Chevalier de l'Ordre national du mérite par le maire de Bordeaux, Alain Juppé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chargé de mission exploratoire auprès de la Commission des Communautés Européennes (Division de la Recherche Médicale, DG XII) dans le domaine de la prise en charge des suicidants à l’hôpital général (1989-1991). Chargé de mission sur l’hospitalisation des adolescents en France auprès de la Direction Générale de la Santé (1995-1998).
  2. (en) Schmidtke A, Fricke S, Weinacker B, Bille-Brahe U, De Leo D, Kerkhof A, Bjerke T, Crepet P, Haring C, Hawton K, Lonnqvist J, Michel K, Philippe A, Pommereau X, Querejeta I, Salander-Renberg E, Temesvary B, Wasserman D, Sampaio-Faria JG, « Suicide and suicide attempt rates in Europe, 1989-1993 : rates, changes and epidemiological results of the WHO/EURO Multicentre Study on Parasuicide. », Suicide prevention : A holistic approach (edited by D. De Leo, A. Schmidtke and R.F.W. Diekstra). Dordrecht : Kluwer Academic Publishers.,‎ 1998, p. 67-80
  3. Alvin P, Jeammet P, Pommereau X, L’hospitalisation des adolescents. Etat des lieux et perspectives., Paris, Direction Générale de la Santé/Fondation de France.,‎ 1997
  4. Pommereau X et coll., Pourquoi hospitaliser les adolescents suicidants ? In Adolescence et suicide, sous la direction de F. Ladame, J. Ottino, C. Pawlak., Paris, Masson, coll. « Médecine et Psychothérapie »,‎ 1995, 185-191 p.
  5. Pommereau X, CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'INNERVATION DES LIGAMENTS INTEROSSEUX DU CARPE ET DU METACARPE, DU TARSE ET DU METATARSE : ETUDE PRELIMINAIRE, Université de Bordeaux 2, Thèse de doctorat en médecine,‎ 1983, 27 p.
  6. Pommereau X, « Prise en charge des jeunes suicidants à l'hôpital général. », Synapse, no 59,‎ 1989, p. 61-65