Wilmer McLean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wilmer McLean

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Wilmer McLean

Naissance 3 mai 1814
Manassas, Virginie
Décès 5 juin 1882 (à 68 ans)
Alexandria, Virginie
Pays de résidence Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession
Épicier

Wilmer McLean (3 mai 1814 - 5 juin 1882) était un épicier de Virginie. Il est dit que la guerre de Sécession a commencé dans son avant-cour et a fini dans son parloir.

Les hostilités débutent le 21 juillet 1861, avec la première bataille de Bull Run, dans la ferme de McLean, dans sa plantation du Yorkshire, à Manassas, Virginie. Ce jour-là, l'artillerie de l'Armée de l'Union tire sur la maison de McLean, siège du brigadier général confédéré Pierre Gustave Toutant de Beauregard. Un boulet de canon tombe dans sa cuisine. Beauregard écrivit après la bataille qu'« un effet comique de ce combat d'artillerie fut la destruction du mon dîner et de mon équipe par une bombe des fédérés qui atterrit dans la place d'arme de mes quartiers de la maison de McLean »[1].

McLean était retraité de la milice de Virginie et était trop âgé pour retourner en service au moment de la guerre civile. Il vivait du commerce de sucre avec l'Armée confédérée. Il décide de déménager car ses activités commerciales était centrées principalement en Virginie du Sud et l'Armée de l'Union étant présente en la Virginie du Nord, cela rendait difficile ses activités. Il était certainement aussi motivé par l'envie de protéger sa famille de l'expérience traumatisante des combats. Au cours du printemps 1863 lui et sa famille déménagent de 200 km au sud, dans le comté d'Appomattox, près de l'Appomattox Court House.

Le 9 avril 1865, la guerre revient jusqu'à Wilmer McLean lorsque le lieutenant-général Ulysses S. Grant reçoit la reddition du général confédéré Robert Lee dans le salon de la maison de McLean, près d'Appomattox Court House, mettant ainsi fin à la guerre. Plus tard, il est supposé que McLean a déclaré que « la guerre a commencé dans ma cour et elle s'est achevée dans mon salon »[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Compte rendu de Beauregard.
  2. Halkim, Joy, War, Terrible War 1855-1865, Oxford University Press, 2002, ISBN 0-19-515330-8.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]