Vogon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Vogons sont les méchants dans l'univers de fiction de la série de livres de Douglas Adams, Le Guide du voyageur galactique.

Ce sont des créatures stupides et sans cœur qui ne vivent que pour l'administration. Ils sont responsables de la destruction de la Terre. Ils écrivent des poèmes qui sont classés comme la troisième exécrabilité dans tout l'univers selon le Guide du voyageur galactique. Leur passion en fait des ouvriers idéaux, car seule une telle motivation pourrait pousser des individus à aller détruire une même planète, la Terre, dans l'infinité d'univers parallèles où elle est présente, d'après Eoin Colfer. Le seul Vogon cité est Prosternic Vogon Jeltz, commandant une flotte de vaisseaux à bord du "Business End" (en version originale) et poète à ses heures perdues.

Incroyablement laids, les Vogons n'ont d'autre but dans la vie que respecter l'administration et faire souffrir le plus de gens possible. Cet amour de l'administration a amené à la constatation qu'un Vogon voyant sa grand-mère se faire attaquer par une bête féroce ne songera à la défendre « qu'après en avoir reçu l'autorisation en trois exemplaires tour à tour recopiés, perdus, retrouvés, déchirés, photocopiés, traduits, reperdus, retrouvés et finalement enterrés sous une bonne couche de terre meuble ».

Dans Encore une chose…, Eoin Colfer développe largement le concept de vogon. On apprend ainsi que les Vogons ont une fâcheuse tendance à postillonner sur leurs interlocuteurs, ce qu'ils essaient d'éviter à tout prix, sans réelles motivations. Les plus impitoyables d'entre eux, qui se seraient distingués par un manque particulier de compassion sont distingués en tant que "kroomst" (dans la version originale) et leur photo prise de dos traditionnellement est accrochée sur le mur de Kroomst dans le hall des Kroomsts. Le mot pourrait avoir été inventé pour qualifier la carrière du commandant de flotte Prosternic Vogon Jeltz. Toujours d'après lui, une légende courait sur l'existence d'un groupe de Vogons alternatifs, dont l'occupation serait de parler, sans en avoir reçu l'autorisation administrative.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]