Virtual Desktop Infrastructure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Virtual Desktop Infrastructure (VDI, traduit par infrastructure de bureau virtuel ou machine virtuelle) est un système permettant la dissociation de la machine de l'utilisateur d'une part et de la machine physique d'autre part.

Le bureau virtuel créé englobe les capacités du matériel informatique et des logiciels du serveur informatique utilisé.

L'objectif de cette technologie réside dans l'implémentation de la machine virtuelle dans un serveur distant du système ce qui permet à l'utilisateur d'accéder à l'intégralité de ses programmes, applications, processus et données et ce quel que soit le client matériel qu'il utilise.

Certaines plates-formes de virtualisation permettent en plus d'exécuter simultanément plusieurs machines virtuelles sur un matériel local. Ces machines virtuelles sont créées et maintenues sur un serveur central et les modifications apportées aux machines virtuelles sont propagées à tous les ordinateurs à travers le réseau, combinant ainsi les deux avantages de la portabilité offertes par l'exécution locale des utilisateurs et par la gestion de l'image centrale. Cette approche nécessite un matériel plus puissant afin de faire tourner les images locales des machines et n'est donc pas aussi portable que le pur modèle client-serveur.

Définition technique[modifier | modifier le code]

La VDI délivre soit l'accès à l'environnement du système d'informations complet, soit l'environnement lui-même pour un dispositif de client distant. Le dispositif client peut utiliser une architecture matérielle complètement différente de celle utilisée par l'environnement de bureau projetée et peut également être basé sur un système d'exploitation entièrement différent.

Le modèle de virtualisation de bureau permet l'utilisation de machines virtuelles pour les abonnés du réseau depuis de multiples ordinateurs de bureau connecté un seul ordinateur central ou un serveur. La machine centrale peut fonctionner depuis une résidence, une entreprise ou un centre de données. Les utilisateurs peuvent être dispersés géographiquement mais tout doit être connecté à la machine centrale par un réseau local, un réseau étendu, ou l'Internet public.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

La Virtual Desktop Infrastructure (VDI) est la pratique de l'hébergement d'un système d'exploitation de bureau dans une machine virtuelle (VM) en cours d'exécution sur un serveur hébergé, centralisée ou à distance, à partir d'un programme matériel ou logiciel

Logiciel[modifier | modifier le code]

Matériel[modifier | modifier le code]

Intel a inclus dans ses processeurs des supports matériels à la virtualisation citant un besoin croissant de virtualisation avec un client-hôte.

De même, AMD inclut de tels supports dans ses processeurs.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Le modèle de ressources partagées inhérent à la virtualisation de postes offre des avantages sur le modèle traditionnel dans lequel chaque ordinateur fonctionne comme un complètement autonome avec son unité propre : son système d'exploitation, ses périphériques, ses programmes et applications.

Les dépenses en matériel global peuvent diminuer à mesure que les utilisateurs partage les ressources qui leur sont alloués sur une base ponctuelle. La virtualisation améliore potentiellement l'intégrité des données de l'information utilisateur puisqu'elles peuvent être maintenues et sauvegardées dans le centre de données.

Principaux avantages[modifier | modifier le code]

  • Création simple de nouveaux postes de travail,
  • Facilité et bas coût du déploiement de nouvelles applications,
  • Meilleure sécurisation des données,
  • Meilleurs cycles de rafraichissement de l'infrastructure de bureau client,
  • Accès sécurisé à distance à un environnement de bureau d'entreprise.

Principaux inconvénients[modifier | modifier le code]

  • Dégradation de la performance potentielle (cela peut être largement atténué par l'utilisation de la virtualisation matérielle Pass-Thru, la bande passante du réseau, un protocole efficace (par exemple PCoIP) et des ressources suffisamment robustes),
  • Risques potentiels pour la sécurité si le réseau n'est pas correctement géré,
  • Difficulté dans la mise en place et le maintien des pilotes pour imprimantes et autres périphériques,
  • Difficulté dans la gestion de certaines applications complexes (notamment multimédia),
  • Arrêt dans le cas de défaillances du réseau, qui peuvent être évitées par l'utilisation d'un système de fichiers en cluster
  • Dépendance à la connectivité au réseau d'entreprise ou public
  • Il peut être très difficile pour un utilisateur de supprimer définitivement ses données (comme typiquement toutes les données utilisateur sont stockées sur le cluster RAID même, les utilisateurs ne peuvent pas simplement écraser les fichiers supprimés ou démagnétiser les lecteurs)
  • La complexité et les coûts élevés du déploiement et la gestion

Modes opératoire[modifier | modifier le code]

Il y a quatre modes opératoires principaux de VDI :

  • Hébergé (délivré comme un service), on parle alors de DaaS voir virtuelbureau
  • Centralisé
  • Synchronisé à distance
  • Hébergé chez le client

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]