Théorème de Stolper-Samuelson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le théorème de Stolper-Samuelson explique les effets d'accentuation ou de réduction des inégalités suite à l'ouverture des économies des pays.

Le théorème par un exemple[modifier | modifier le code]

Si on suppose que deux pays, disons le pays A (développé) et le pays B (non développé), soient tels que A a un avantage comparatif à produire des biens de haute technologie et B des biens de faible technologie. On suppose que B a relativement plus de travailleurs non qualifiés que de travailleurs qualifiés, de sorte que le ratio salaire des qualifiés/salaire des non qualifiés avant ouverture au libre-échange devrait être supérieur à celui de A. En effet, avant ouverture des frontières, les travailleurs qualifiés sont rares, et donc relativement plus chers qu'en A (ratio salaire qualifié/salaire non qualifié très grand). Après ouverture des frontières, les travailleurs non qualifiés de A font concurrence avec ceux de B, de même pour les travailleurs qualifiés. Les inégalités de salaires (ratio) s'accentueront en A et se réduiront en B, contrairement à l'idée reçue selon laquelle les inégalités s'accentueront partout. Ici donc, dans le pays qui est rare en travail qualifié, les travailleurs qualifiés seront pénalisés par l'ouverture des frontières.

Ce théorème prédit donc une hausse des inégalités dans le pays qui a un avantage comparatif à produire des biens de haute technologie (qui requièrent du travail qualifié) et une diminution dans celui qui a un avantage comparatif à produire des biens qui requièrent la main d'œuvre qui se trouve être en abondance.

Par ailleurs, l'ouverture des frontières induira une perte en termes absolus de revenus pour les travailleurs non qualifiés du pays A et une perte en termes absolus pour les travailleurs qualifiés du pays B.

Ce théorème est un approfondissement de la théorie de l'avantage comparatif de Ricardo, et ne la contredit en rien. L'ouverture des frontières s'accompagne systématiquement d'un accroissement de la richesse de chacun des deux pays qui participent à l'échange (personne n'est volé), mais les inégalités internes peuvent s'accroître ou diminuer. La question d'un éventuel programme de redistribution est laissée à l'appréciation, à l'analyse et aux convictions des uns et des autres. En revanche, la question de l'augmentation mutuelle de la richesse globale des deux pays est indiscutable (sinon ils n'échangeraient pas...). Le libre-échange n'est pas un jeu à somme nulle.[non neutre]

Historique[modifier | modifier le code]

Le théorème de Stolper-Samuelson a été dérivé en 1941 du modèle Heckscher-Ohlin-Samuelson par Wolfgang Stolper et Paul Samuelson[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stolper, W. F. & Samuelson, P. A. (1941), Protection and Real Wages, Review of Economic Studies

Voir aussi[modifier | modifier le code]