Kyung-sook Shin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shin Kyong-suk)
Aller à : navigation, rechercher

Kyung-sook Shin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Kyung-sook Shin en 2012.

Activités écrivain
Naissance 12 janvier 1963 (51 ans)
Jeongeup (Corée du Sud)
Langue d'écriture Coréen
Distinctions Prix de l'inaperçu « étranger »
Man Asian Literary Prize (en)
Ho-Am Prize in the Arts (en)
Kyung-sook Shin
Hangeul 신경숙

Shin Kyung-sook (en hangeul : 신경숙) est une écrivaine sud-coréenne, née le 12 janvier 1963 à Jeongeup.

Biographie[modifier | modifier le code]

Shin Kyeong-sook naît en 1963 dans une région rurale de Corée du Sud. Elle se passionne pour la littérature et rêve d'en faire son métier. En 1978, sa mère l'accompagne à Séoul. La jeune fille vit chez l'un de ses frères et travaille dans une usine durant la journée. Le soir, elle poursuit ses études secondaires. Elle est admise à l'université et choisit l'écriture créative comme matière principale. Après avoir terminé ses études, elle effectue ses débuts de romancière tout en faisant des petits boulots. Depuis 1993, elle se consacre entièrement à l'écriture[1].

Elle a publié à un rythme très régulier une dizaine de romans et des recueils de nouvelles qui lui ont valu les prix littéraires les plus prestigieux.

Œttanbang, paru en 1995, est traduit en français sous le titre La chambre solitaire. En 2009, le prix de l'Inaperçu « étranger » lui est attribué[1]. Son roman Prends soin de maman ( Eommareul butakhae), publié en 2008, est un best-seller en Corée du Sud, où 2 millions d'exemplaires ont été vendus ; il est traduit dans 24 langues[2] et a atteint la 21e place de la New York Times Best Seller list en 2011. L'année suivante, le Man Asian Literary Prize (en) lui est attribué : elle est le premier auteur de Corée du Sud et la première femme à recevoir ce prix littéraire[3]. En 2013, elle reçoit le Prix Ho-am (section Arts) [2].

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Romans de Shin Kyung-sook traduits en français[modifier | modifier le code]

  • La Chambre solitaire, éd. Philippe Picquier, traduction par Jeong-Eun Jin et Jacques Batilliot (2010) [titre original : 외딴방 (1999)]
  • Li Chin, éd. Philippe Picquier, traduction par Jeong-Eun Jin et Jacques Batilliot (2010) [ titre original : 리진 (2007)]
  • Prends soin de maman, OH Éditions, traduction par Jeong-Eun Jin et Jacques Batilliot (2011) [titre original : 엄마를 부탁해 (2008)]

Bibliographie en langue coréenne (partiel)[modifier | modifier le code]

Romans
  • 겨울 우화 Une fable d'hiver (1990)
  • 깊은 슬픔 Profond chagrin (1994)
  • 외딴 방 La chambre solitaire (1995)
  • 오래전 집을 떠날 때 Il y a longtemps, quand j'ai quitté la maison (1996)
  • 기차는 7시에 떠나네 Le train part à sept heures (1999)
  • 바이올렛 Violet (2001)
  • J 이야기 L'histoire de J (2002)
  • 리진 Li Chin (2007)
  • 엄마를 부탁해 Prends soin de maman (2009)
  • 어디선가 나를 찾는 전화벨이 울리고 Une sonnerie de téléphone, quelque part (2010)
  • 모르는 여인들 Femmes inconnues (2011)
  • 달에게 들려주고 싶은 이야기 Histoires que j'aimerais raconter à la lune (2013)
Recueils de nouvelles
  • 풍금이 있던 자리 Là où se trouvait l'harmonium (1993)
  • 감자 먹는 사람들 Les mangeurs de pomme de terre (1997)
  • 강물이 될 때까지 Jusqu'à ce que cela devienne une rivière (1998)
  • 딸기밭 Champs de fraises (2000)
  • 종소리 Le son des cloches (2003)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Choe Sang-Hun, « A Writer Evokes Loss on South Korea’s Path to Success », The New York Times,‎ 8 septembre 2012
  2. a et b (en) Ha Hyeon-ok, « Trailblazing author wins Ho-am award », Korea JoongAng Daily,‎ 25 mai 2013
  3. (en) « Novelist Shin brings Korea to forefront of world literature: critic », Yonhap,‎ 9 mai 2012
  4. « SHIN Kyung-sook », sur Keul Madang (consulté le 14 septembre 2014).
  5. a, b, c et d (en) « A Century of Tumult: Ten Influential Modern and Contemporary Korean Writers », sur The Culture Trip (consulté le 6 septembre 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]