Seule contre la loi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seule contre la loi
Image illustrative de l'article Seule contre la loi
Édition originale de 1875

Auteur Wilkie Collins
Genre Roman policier
Version originale
Titre original The Moonstone
Éditeur original Chatto & Windus
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 1875
Version française
Traducteur Éric Chédaille
Éditeur Éditions Phébus
Collection Domaine romanesque
Date de parution 1999
Nombre de pages 423
ISBN 2-85940-594-1

Seule contre la loi (The Law and the Lady) est un roman écrit par Wilkie Collins en 1875. Il s'agit d'une histoire d'amour empruntant la forme d'un roman policier.

Résumé[modifier | modifier le code]

Valeria Briton épouse Eustace Woodville en dépit des doutes formulés par son entourage à son encontre.

Quelques jours après le mariage, une série d'intuitions amène Valeria à penser que son mari porte un lourd secret en relation avec son passé et, après avoir mené son investigation, elle découvre qu'il a utilisé un faux nom. Mais quand elle le confronte à sa découverte, il refuse d'en discuter, ce qui amène le couple à écourter sa lune de miel pour rentrer à Londres. Une fois de retour au pays, Valeria persiste obstinément dans sa quête de vérité et découvre finalement que son mari a été jugé pour l'empoisonnement de sa première femme. Son procès s'était conclu par le verdict en demi-teinte "relaxé faute de preuves" au lieu du non-lieu espéré, laissant un doute sur son innocence.

Valeria décide alors de tout faire pour prouver son innocence et sauver leur mariage.

Inspirations[modifier | modifier le code]

La première carrière de Wilkie Collins en tant qu'homme de droit a été une source d'inspiration pour bon nombre de ses romans. Il avait un intérêt marqué pour les lois concernant le mariage, le divorce et la propriété en Angleterre et en Écosse, et le mystère et les déboires qu'entraînaient ce genre d'affaire à son époque ont servi de clé de voûte à plusieurs de ses œuvres. Bien qu'il soit considéré par certains comme l'inventeur du roman policier, d'autres attribuent la primeur du genre à Edgar Allan Poe dont la nouvelle Double assassinat dans la rue Morgue (The Murders in the Rue Morgue) fut publiée en 1841, soit 27 ans avant la première parution de La Pierre de Lune (The Moonstone).

Mais il fut sans conteste le premier à prendre comme héroïnes des femmes détectives, et son œuvre eu certainement une influence sur la Miss Marple d'Agatha Christie.

La vie sentimentale mouvementée de Collins n'est sans doute pas sans rapport avec la manière dont il dépeint la ténacité de ses héroïnes dans leurs enquêtes et leur non-conformisme vis-à-vis des valeurs traditionnelles de la femme faible et soumise de l'Angleterre victorienne.

Notes[modifier | modifier le code]