Ration alimentaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo d'une femme vue de dos pesant deux tranches de pain sur une balance placée devant elle.  À droite de la balance, une assiette de beurre sur laquelle repose le couteau à tartiner et des piles de tartines fourrées.
Rations spéciales pour des mineurs, 1947.

La ration alimentaire est la quantité et la nature d'aliments qu'une personne doit consommer en un jour afin de subvenir aux besoins de son corps.

Unité de mesure[modifier | modifier le code]

Pour mesurer la valeur énergétique d'un aliment, on utilise généralement la calorie (cal) ou le joule (J). 1 kcal équivaut à 4,1866 kJ.

1 Cal = 1 kcal = 1 000 cal.

En fonction de l'âge[modifier | modifier le code]

La ration alimentaire varie en fonction de l'âge, de l'activité physique, de la taille…

Elle est :

  • pour un enfant : environ 1 600 kcal
  • pour un adolescent/une adolescente : de 2 900 kcal/ de 2 400 kcal
  • pour un homme (avec un poids moyen de 70 kg et une activité physique modérée) : de 2 800 kcal
  • pour une femme (avec un poids moyen de 55 kg et une activité physique modérée) : de 2 200 kcal
  • pour une femme enceinte : de 2 200 kcal + 150 au premier trimestre et +250 au deuxième et troisième trimestre.
  • pour une personne avec une activité physique intense : de 300 à 700 kcal de plus que la ration normale.

Selon J.-P. Charvet, la ration alimentaire moyenne nécessaire est de 2 500 kcal/personne/jour. La moyenne de la ration alimentaire mondiale est en 2002 de 2 800 kcal[1], mais ces chiffres cachent de grandes disparités. Les pays d'Europe et d'Amérique du Nord peuvent avoir une moyenne à plus de 3 200 kcal/jour/personne, contre moins de 2 200 kcal en Afrique subsaharienne[2] (et même à moins de 1 900 kcal au Burundi, en Éthiopie, Somalie…).

Répartition des apports énergétiques sur la journée[modifier | modifier le code]

Les apports énergétiques sont répartis différemment sur les repas. La répartition recommandée est de 20 à 25 % le matin, 40 % le midi, (10 % collation : à déduire du déjeuner et du dîner) et 30 à 35 % le soir.

Répartition des différents nutriments[modifier | modifier le code]

Les nutritionnistes recommandent la répartition dite « 421 GPL ». En faisant correspondre l'ordre des lettres des deux mots, on lit « 4G », « 2P » et « 1L ». Cela correspond aux nombres de parts qu'il est conseillé de consommer  : 4 portions de glucide pour 2 portions de protéine pour 1 portion de lipide[3]. Plus précisément, la journée se décompose, pour la part glucidique, d'1 portion de crudité (fruits, légumes crus), 1 portion de légumes cuits, 1 portion d' amylacés (céréales, pain, pâtes, riz…), 1 portion de produit sucré (pâtisseries, chocolat, confiture…). Pour la part protéique, d'une portion de produit lactés (yaourt, fromage), 1 portion de produits non lactés (viande, poisson, oeufs…). Et enfin pour la part lipidique d'1/2 portion de graisses d'origine animale (beurre, crème..), et 1/2 portion de graisses d'origine végétale (huile, margarine).

Ainsi la ration alimentaire moyenne quotidienne est constituée (par rapport à l'apport énergétique et en fonction des calories apportées par les différents nutriments) d'environ 50-55 % de glucides, 10-12 % de protéines (soit 0.8 à 1g/kg/j) et 35-40 % de lipides.

Cette méthode a été introduite par Albert-François Creff[4], nutritionniste français reconnu par la publication de plusieurs ouvrages dans les années 60[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Charvet, L'alimentation dans le monde, Paris, Petite Encyclopédie Larousse, 2007, p. 10
  2. Jean-Paul Charvet, L'alimentation dans le monde, Paris, Petite Encyclopédie Larousse, 2007, p. 12-13
  3. http://www.futura-sciences.com/fr/question-reponse/t/nutrition/d/alimentation-equilibree-la-regle-du-421-gpl_1830/
  4. Albert-François Creff et Daniel Layani, Manuel de diététique en pratique médicale courante, Elsevier Masson,‎ 2004, 5e éd., 301 p. (ISBN 2294013468)
  5. Sport et alimentation : physiologie nutritionnelle et diététique des activités sportives, La Table ronde,‎ 1966, 391 p.