Pyridoxine-doxylamine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pyridoxine-doxylamine
Identification
Nom IUPAC 4,5-bis(hydroxyméthyl)-2-méthylpyridin-3-ol ; acide butanédioique ; N,N-diméthyl-2-(1-phényl-1-pyridin-2-yléthoxy)éthanamine ; Chlorure d'hydrogène
No CAS Modèle:CAS99007-20-2
PubChem 163685
SMILES
InChI
Considérations thérapeutiques
Voie d’administration oral
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La combinaison doxylamine-pyridoxine (Diclectin au Canada ou Diclegis aux États-Unis) est un médicament prescrit pour traiter les nausées et vomissements chez les femmes enceintes. Cette combinaison, qui entraine une libération retard, permet, par une prise le soir, une action sur les nausées du matin[1]. Ce médicament n'existe pas en France, cependant, ces composants sont utilisés pour le traitement des nausées de grossesse[2]. Cette formule a été mise sur le marché dans les années 1950 et aurait été prescrite à plus de 33 millions de femmes à travers le monde[3].

Composition[modifier | modifier le code]

Le médicament est composé de succinate de doxylamine et de chlorhydrate de pyridoxine.

La doxylamine (ou succinate de doxylamine) est un antihistaminique H1 de la classe des éthanolamines, possédant un effet sédatif et anticholinergique. En général, la doxylamine est utilisée en cas d’insomnie, mais elle peut également être prescrite seule contre les nausées de grossesse[4],[2].

Le chlorhydrate de pyridoxine ou vitamine B6 est donné comme complément alimentaire en cas de carence avérée en vitamine B6[5]. Il peut être également utilisé seul contre les nausées de grossesse[2].

Indications[modifier | modifier le code]

La combinaison doxylamine-pyrodoxine est prescrite en cas de nausées ou de vomissements pendant la grossesse[6].

Les nausées de grossesse sont aussi appelées NVG. Aucune cause précise n’a réellement été trouvée. On suppose qu'elles sont dues en grande partie à l’augmentation du taux d’hormones dans le sang. Elles débutent autour de la 6e semaine de grossesse et durent jusqu'à la 12e ou, parfois, jusqu’à la 20e semaine. Elles ne sont généralement pas dangereuses, bien que dans certains cas de vomissements excessifs (hyperemesis gravidarum : 1 % des femmes au Canada), les femmes enceintes et leur bébé risquent des problèmes provoqués par le manque de nutriments et de fluides, en particulier une grave déshydratation[7].

Contre-indications, précautions d'emploi et effets indésirables[modifier | modifier le code]

Contre-indications[modifier | modifier le code]

Les contre-indications concernent :

  • les cas d’asthme, de glaucome à angle fermé, d'ulcère peptique sténosant, d'obstruction pyloroduodénale, d'obstruction du col vésical ;
  • les cas de prise d'inhibiteurs de monoamine oxydase (IMAO) (ex. : certains antidépresseurs, le linézolide (un antibiotique), le bleu de méthylène (un colorant utilisé pour le diagnostic))[6].

Précautions d'emploi[modifier | modifier le code]

  • Ce médicament peut causer de la somnolence. Il est donc conseillé d'être prudent lors d'activités demandant de la vigilance telles que la conduite ou l'utilisation d'outils dangereux.
  • Ce médicament peut passer dans le lait maternel. Il peut provoquer une agitation inhabituelle, de l’irritabilité ou de la somnolence chez l'enfant. Il est donc déconseillé de l'utiliser en période d'allaitement[6].

Effets indésirables[modifier | modifier le code]

Les effets secondaires associés à ce médicament sont : la somnolence, les étourdissements, la nervosité, la douleur gastrique, la céphalée, la diarrhée, l’irritabilité et l’insomnie[6].

Controverse[modifier | modifier le code]

Le Diclectin a fait l'objet d'une controverse au Canada[3]. En effet, un article paru dans la revue scientifique Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada (JOGC) en avril 2014 a remis en cause l'efficacité la combinaison doxylamine-pyridoxine par rapport à l'utilisation de la pyridoxine seule dans le traitement des nausées. Il a également souligné l'existence de données contradictoires mettant en cause la combinaison doxylamine-pyridoxine dans l'apparition de graves complications chez l'enfant, telles que la sténose du pylore ou l'apparition de cancers[8].

Les mêmes auteurs mentionnent également que parmi les méta-analyses ayant démontré que la combinaison doxylamine-pyridoxine n'entrainait pas d'augmentation du nombre de malformations congénitales, une étude surestimait le nombre de femmes traitées, avec pour résultat un effet positif erroné du médicament sur la prévention de ces malformations. Cependant, une réévaluation des données par l'équipe même qui mentionne cette erreur donne un résultat équivalent en termes d’innocuité[1],[9].

Le centre IMAGe du CHU Sainte-Justine (Québec) a réagi en commentant cet article. Il souligne que, dans le cas de la sténose du pylore, les études citées sont contradictoires. En effet, certaines études effectuées sur un nombre restreint de cas semblent trouver un lien entre cette anomalie et le médicament, mais d'autres études ainsi qu'une méta-analyse ne trouvent pas de lien. Il précise également que, cette pathologie étant rare (2 à 3 cas pour 1 000 naissances), si le lien entre doxylamine-pyridoxine et sténose du pylore était avéré et suivait l'augmentation du risque proposée par les études positives, le risque monterait seulement à 5 cas sur 1 000. Quant au risque de cancer, il n'est soutenu que par deux études ne trouvant pas d'association statistiquement significative avec la doxylamine-pyridoxine d'après le centre IMAGe du CHU Sainte-Justine[1].

La société des obstétriciens et gynécologues du Canada a, quant à elle, réagit en déclarant que l’utilisation du Diclectin n'entraînait aucun danger[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Josianne Malo et al., « Capsule d'information sur l'article « Should Doxylamine-Pyridoxine Be Used for Nausea and Vomiting of Pregnancy? » », CHU Sainte-Justine,‎ 16 avril 2014 (consulté le 20 mai 2014)
  2. a, b et c « Nausées et vomissement de la grossesse », Rev. Prescrire, vol. 21,‎ décembre 2001, p. 838-846 (lire en ligne)
  3. a et b « Panique au sujet du Diclectin ! », Agence Science Presse,‎ 18 avril 2014 (consulté le 20 mai 2014)
  4. « Doxylamine », Vidal (consulté le 20 mai 2014)
  5. « vitamine B6 RICHARD 250 mg cp quadriséc », Vidal (consulté le 20 mai 2014)
  6. a, b, c et d « Diclectin - Renseignements pour la consommatrice », Duchesnay,‎ 11 juin 2013 (consulté le 20 mai 2014)
  7. « Nausées et vomissements de la grossesse », La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (consulté le 20 mai 2014)
  8. (en) Persaud N., Chin J. et Walker M., « Should Doxylamine-Pyridoxine Be Used for Nausea and Vomiting of Pregnancy? », Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada, vol. 36, no 4,‎ avril 2014, p. 343-348 (lire en ligne)
  9. (en) Chin J., Gregor S. et Persaud N., « Re-analysis of Safety Data Supporting Doxylamine Use for Nausea and Vomiting of Pregnancy », Am. J. Perinatol.,‎ 9 décembre 2013
  10. « L’utilisation du Diclectin ne pose aucun danger », La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (consulté le 20 mai 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ashkenazi-Hoffnung L., Merlob P., Stahl B., Klinger G., « Evaluation of the efficacy and safety of bi-daily combination therapy with pyridoxine and doxylamine for nausea and vomiting of pregnancy », Isr. Med. Assoc. J., 15(1) 23-26, 2013.
  • (en) Koren G., Carey N., Reydman E., Sanjuan E., Farine D., Nulman I., « Neurocognitive development of children exposed to doxylamine-pyridoxine combination in utero for morning sickness », Obstet. Gynecol., 123 Suppl 1:151S, 2014.
  • (en) Koren G., Clark S., Hankins G.D., Caritis S.N., Miodovnik M., Umans J.G., Mattison D.R., « Effectiveness of delayed-release doxylamine and pyridoxine for nausea and vomiting of pregnancy: a randomized placebo controlled trial », Am. J. Obstet. Gynecol., 203(6) 571, 2010.
  • (en) Nulman I., Rovet J., Barrera M., Knittel-Keren D., Feldman B.M., Koren G., « Long-term neurodevelopment of children exposed to maternal nausea and vomiting of pregnancy and diclectin », J. Pediatr., 155(1) 45-50, 2009.