Prolapsus de la glande de Harder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prolapsus de la glande de Harder chez le chien.

Le prolapsus de la glande de Harder, ou prolapsus de la glande nictitante, ou encore luxation de la glande nictitante est une pathologie ophtalmologique touchant la glande située à la face interne de la membrane nictitante. Elle est décrite chez le chien, mais également chez le chat et le lapin.

Expression clinique[modifier | modifier le code]

La glande nictitante (improprement appelée glande de Harder) est un organe lacrymal accessoire situé sur la face interne de la membrane nictitante[1]. Chez certains animaux, comme le chien, le chat et le lapin, elle peut, suite à une inflammation ou à une hypertrophie, faire saillie sous le bord libre de la « troisième paupière ». Elle apparaît alors à l'air libre et se révèle sous forme d'une masse oblongue de couleur rose (« œil cerise »). La gêne occasionnée provoque souvent un larmoiement[2], voire une décharge purulente[3].

Prédispositions raciales[modifier | modifier le code]

Chez le chien, le prolapsus de la glande nictitante est fréquent chez les jeunes individus et certaines races sont particulièrement touchés : le beagle, le Lhassa Apso, le bulldog, le pékinois, le cocker, le dogue allemand, le boxer[3]. Chez le chat, il se rencontre chez le burmese et le bombay.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le prolapsus de la glande nictitante peut se résorber naturellement, mais le plus souvent, il est nécessaire de le réduire par voie chirurgicale. L'enfouissement de la glande est à préférer à sa résection, surtout chez les individus prédisposés à la kératite sèche[2]. L'affection, même si elle est réduite dans les règles de l'art, prédispose 20 à 30% des chiens atteints à la sécheresse oculaire dans les années qui suivent[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle produit près d'un tiers de l'eau composant les larmes.
  2. a et b Moraillon et al., 2010, p. 285.
  3. a, b et c Merck, 2014.

Bibliographie[modifier | modifier le code]