Primus inter pares

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression latine primus inter pares, signifiant littéralement « premier parmi les pairs », peut avoir un sens en politique et en psychologie.

Politique[modifier | modifier le code]

L'expression primus inter pares désigne une personne qui préside une assemblée sans avoir de pouvoirs propres. On l'emploie pour souligner l'égalité formelle entre les membres ou le fait que les décisions sont prises par consensus, notamment au sein d'un gouvernement.

En France, jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, cet adage définissait la relation entre le roi et les nobles d'épée. Il s'agissait probablement du souvenir de cette époque du haut Moyen Âge où le roi était élu par acclamations des chefs de guerre. Lorsque l'hérédité royale a remplacé l'élection, cet adage a été vidé de son contenu. Louis XIV lui a enlevé toute signification, ayant doublé les nobles dans les provinces, par des fonctionnaires nommés, pris dans la bourgeoisie, intitulés intendant de Justice, Police et Finance.

Ainsi, le président de la Confédération suisse est souvent considéré comme un primus inter pares car il n'exerce, en plus de son propre portefeuille ministériel, que des fonctions de représentation.

Au sein de l'Union européenne, le Président du Conseil européen a, jusqu'à l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, principalement incarné le rôle d'un primus inter pares.

Dans l'enseignement français, proviseurs et principaux ont longtemps été considérés comme "primus inter pares" et non comme des "chefs" d'établissement. Les évolutions récentes brouillent cette notion.

Psychologie[modifier | modifier le code]

L'effet « Primus Inter-Pares » ou (effet PIP) est un concept psychologique développé par Jean-Paul Codol en 1975. L'effet PIP amène dans un premier temps le sujet à se situer comme semblable et conforme aux autres, tout en développant dans un second temps une différenciation accrue d'autrui.

Dans ses travaux sur le double comportement (semblable et différent à la fois), Codol montre qu'un sujet peut donner une image positive de lui-même aux autres tout en voulant défendre son originalité individuelle. En d'autres termes, le sujet est plus conforme que les normes en vigueur au sein de son groupe. Le sujet est donc « sur-conforme. »

Ce mécanisme de comparaison sociale ne peut avoir lieu qu'au sein de groupes, de préférence de groupes restreints.

Cependant, comme il est aussi le résultat d'une gestion stratégique des individus cherchant à concilier deux buts contradictoires, paraitre acceptable dans un groupe en étant conforme et se démarquer individuellement,on peut le retrouver à tous les étages sociaux étant composés de sous-groupes.