PostGIS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
PostGIS
Image illustrative de l'article PostGIS
Logo

Développeur Refractions Research, Paul Ramsey, Dave Blasby, Kevin Neufeld, Mark Cave-Ayland, Regina Obe, Sandro Santilli, Olivier Courtin, Nicklas Avén, Bborie Park, Pierre Racine, Jeff Lounsbury, Chris Hodgson, Jorge Arévalo, Mateusz Loskot, Norman Vine, Carl Anderson, Ralph Mason, Klaus Foerster, Bruno Wolff III, Markus Schaber
Première version
Dernière version 2.1.1 ()
Écrit en C/C++
Environnement Multiplate-forme
Type Système d'Information Géographique
Licence Licence publique générale GNU
Site web (en) Site officiel
(fr) Site de la communauté des utilisateurs de PostGIS francophones

PostGIS est une extension (plugin) du SGBD PostgreSQL, qui active la manipulation d'informations géographiques (spatiales) sous forme de géométries (points, lignes, polygones), conformément aux standards établis par l'Open Geospatial Consortium. Il permet à PostgreSQL d'être un SGBD spatial (SGBDs) pour pouvoir être utilisé par les systèmes d'informations géographiques.

Le nom provient de la contraction de PostgreSQL et de GIS (acronyme anglais de SIG). Concrètement, PostGIS permet le traitement d'objets spatiaux dans PostgreSQL, autorisant le stockage des objets graphiques en base de données pour les SIG, un peu comme le SDE de ESRI, la base de données spatiale d'IBM Informix Dynamic Server ou l'extension spatiale d'Oracle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première version a été publiée en 2001 par Refractions Research sous la Licence publique générale GNU. Une version stable 1.0 est sortie le 19 avril 2005. En 2006, PostGIS a été enregistré conforme aux standards établis par l'Open Geospatial Consortium, pour l'utilisation simple du SQL. Il suit les recommandations de l'OpenGIS.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Logiciel libre
  • S'appuie sur GDAL (raster), OGR (vecteur), PROJ.4 (projections), GEOS (géométrie)...
  • Import/export grâce à GDAL/OGR
  • Fonctions de base SIG (rééchantillonnage, rognage, intersection, union, projection...)
  • Fonctions algébriques
  • Utilisation des rasters et des vecteurs
  • Robuste et fiable (contrôle de cohérence)
  • Pas vraiment de limite de taille (max. 32 To)

Utilisation[modifier | modifier le code]

Beaucoup de logiciels peuvent utiliser PostGIS comme base de données, dont :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Tutoriels[modifier | modifier le code]