Open Geospatial Consortium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Open Geospatial Consortium, ou OGC, est un consortium international pour développer et promouvoir des standards ouverts, les spécifications OpenGIS®, afin de garantir l'interopérabilité des contenus, des services et des échanges dans les domaines de la géomatique et de l'information géographique.

Le consortium[modifier | modifier le code]

L'Open Geospatial Consortium Inc., ou OGC®[1] est une organisation internationale à but non lucratif fondée en 1994 pour répondre aux problèmes d'interopérabilité des systèmes d'information géographique (SIG). Elle est également connue sous ses anciens noms : Open GIS Project et Open GIS Consortium.

Les missions du consortium sont de regrouper tous les acteurs concernés afin de développer et promouvoir des standards ouverts garantissant l'interopérabilité dans le domaine de la géomatique et de l'information géographique et de favoriser la coopération entre développeurs, fournisseurs et utilisateurs.

Les standards et spécifications OpenGIS®[1] élaborés par l'OGC permettent de réaliser des systèmes et des services d'informations complexes et ouverts en favorisant des contenus et des services accessibles à tous et utilisables par tout type d'application[2]. L'OGC cherche également à impliquer l'ensemble de la communauté dans le processus d'interopérabilité et à fournir une plate-forme d'échange pour promouvoir les développements communs. La méthode de travail repose sur une collaboration entre les différents acteurs basée sur le principe du consensus volontaire.

En 2004, l'OGC est passé de 20 membres à 250, s'étendant aux acteurs du secteur privé et a créé plusieurs antennes :

  • OGCE, Open Geospatial Consortium (Europe) Limited (2000), forum régional ;
  • OGC-A, OGC Austral-Asia (2003), forum régional ;
  • OGCII, OGC-Interoperability Institute (2004), partenariat académique avec le monde de la recherche.

En 2009, l'OGC compte 371 partenaires du monde entier : structures commerciales et industrielles, agences gouvernementales et internationales, universités…

En , l'OGC et l'Open Source Geospatial Foundation (OSGeo) ont signé un protocole d'accord afin de coordonner les avancées sur les formats ouverts (mission de l'OGC) et les applications open source ou contenus libres (mission de OSGeo) dans le domaine de la géomatique[3].

Spécifications[modifier | modifier le code]

Parmi les recommandations faites par l'OGC, on peut citer :

  • WMS - Web Map Service
  • WMTS - Web Map Tile Service
  • WFS - Web Feature Service
  • WCS - Web Coverage Service
  • CS-W - Catalog Service Web
  • WPS - Web Processing Service
  • SFS - Simple Features - SQL
  • GML - Geography Markup Language
  • KML - Keyhole Markup Language
  • SWE - Sensor Web Enablement
  • TJS - Table Joining Service

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La confusion possible entre les concepts libre, open source et ouvert liée à l'usage du mot open en anglais a conduit l'OGC à déposer les marques OGC® et OpenGIS®. OGC : policy on trademark usage
  2. L'OGC fournit uniquement des standards ouverts accessibles et utilisable par tous. Ces standards sont ensuite implémentés dans des applications et des bibliothèques de données, qui peuvent être libres ou non.
  3. Communiqué de presse : « OGC and OSGeo Sign Memorandum of Understanding »,‎ 7 janvier 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]