Poppon de Trèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poppon de Babenberg
Image illustrative de l'article Poppon de Trèves
L'évêque Poppon de Trèves (arbre généalogique des Babenberg, 1489-1492. galerie diocésaine de Klosterneuburg (Basse-Autriche)
Biographie
Naissance 986
Ordination sacerdotale 1007
Décès 16 juin 1047
Trèves
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1015
archevêque de Trèves.
1016 – 1047
Précédent Mégingaud de Trèves Eberhard de Trèves Suivant

Poppon de Babenberg (né en 986; † 16 juin 1047 à Trèves) fut de 1016 à 1047 archevêque du diocèse de Trèves.

Biographie[modifier | modifier le code]

Poppon était fils du margrave Leopold Ier d’Autriche et de sa femme Richeza. Il grandit à Ratisbonne. En 1007, le roi Henri II désigna Poppon premier prévôt du tout nouveau diocèse de Bamberg.

À la mort de Mégingaud de Trèves en 1015, l’empereur Henri II choisit Poppon comme nouvel archevêque de Trèves. L’archevêque Archambaud de Mayence se chargea d'introniser Poppon. L'année suivante, en 1016, le pape Benoît VIII consacra le nouveau prélat.

De 1028 à 1030, Poppon parcourut la Terre sainte en compagnie du moine Siméon. À leur retour, Poppon s'occupa de Siméon, qui s'était reclus dans la Porta Nigra. À la mort de Siméon, Poppon et Eberwin de Saint-Martin demandèrent au pape Benoît IX de le canoniser. Poppon fit édifier une chapelle contre la porte romaine et la dota richement.

Entre 1037 et 1047, Poppon fit agrandir la cathédrale de Trèves par l'ouest et y ajouta une crypte. C'est en visitant le chantier que Poppon mourut le 16 juin 1047. Il fut d'abord inhumé dans la chapelle Saint-Siméon qu'il avait fait ériger. Puis en 1803 ses restes furent translatés à Saint-Gervais. Son tombeau disparut dans les bombardements de la Deuxième guerre mondiale. Ses reliques sont conservées dans la collégiale Saint-Siméon de Trève-ouest.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stephanie Haarländer, Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 20, Berlin, Duncker & Humblot,‎ 2001 (lire en ligne), « Poppo », p. 631.
  • Franz-Josef Heyen, Germania Sacra. N. F. 41, Berlin/New York,‎ 2002, « Das Stift St. Simeon in Trier ».
  • P. Wagner, Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 26, Leipzig 1888, Duncker & Humblot (lire en ligne), « Poppo », p. 431–434

Liens externes[modifier | modifier le code]