Plaque d'identité militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le soldat représenté ici tient une poignée de plaques d'identité militaire. Photographie d'une partie du New Jersey Korean War Memorial à Atlantic City, États-Unis (un mémorial de la guerre de Corée).

La plaque d'identité militaire (nom officieux en anglais : Dog tag) est un élément de l'uniforme qui fournit l'identité de celui qui le porte, dans le cas où les circonstances de sa mort (défiguration ; disparition des camarades, etc.) compromettraient la certitude de son identification.

Ce n’est que durant la deuxième moitié du XIXe siècle que l'on s'est préoccuppé de trouver un moyen d’identifier systématiquement les morts sur les champs de bataille. Les premières initiatives ne sont pas venues des militaires mais des civils (aux États-Unis, par exemple, durant la Guerre de Sécession, 1861-1865).

Du côté allemand, il semblerait que l’idée de doter les soldats d’un moyen d’identification viendrait d’un artisan de Berlin qui aurait proposé au Ministère de la Guerre d’équiper ses hommes d’une plaque d’identité, reprenant plus ou moins l’exemple de la « plaque des chiens » (une sorte de timbre fiscal prouvant que le maître de l’animal avait bien payé la taxe). Les plaques d’identités furent par la suite appelées « dog tags » dans le jargon militaire (États-Unis, Angleterre, Australie…). En français, cela se traduit par « plaque de chien » en raison de leur ressemblance à des médailles pour chiens.

Divers formats existent autour du monde mais dans l'armée américaine, les dog tags renseignent le nom de famille, le prénom, le numéro de sécurité sociale/d'identification militaire, le groupe sanguin et la religion.

Ces informations sont marquées sur un petit morceau de métal qui est porté sur une chaîne en métal autour du cou. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la date de la dernière vaccination antitétanique du soldat a été ajoutée. La plaque est principalement employée pour l'identification des morts et des blessés.

Le port des dog tags est exigé à tout moment par les soldats sur le terrain. Elles contiennent deux plaques d'information et sont conçues pour se diviser facilement. Une est portée sur une chaîne autour du cou, la seconde sur une chaine beaucoup plus petite attachée à la première chaine. Ceci permet à l'une des plaques d'être rassemblée pour identification tandis que l'autre demeure avec le corps quand la bataille ne permet pas à la personne d'être immédiatement récupérée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque d'identité militaire de soldat de la marine américaine (première Guerre mondiale), avec essai (douloureux) de gravage à l'acide d'une empreinte digitale de pouce (sur le revers)
Plaque d'identité militaire d'un soldat américain, modèle utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Pendant la Guerre de Sécession (1861-1865), quelques soldats ont fixé les notes de papier avec leur adresse aux dos de leurs manteaux. D'autres identifications ont été utilisées par les soldats sur leurs sacs à dos ou sur le support de la boucle de ceinture.

Des fabricants d’insignes ont remarqué un marché et ont commencé à en fournir périodiquement. Leurs plaques ont été habituellement formées pour indiquer un corps d’armée, gravées avec le nom et l'unité du soldat.

Des plaques métalliques ont été également faites en laiton, percées avec un trou et habituellement ont été marquées (d'un côté) avec un aigle ou un bouclier et des expressions telles que la "guerre pour l'union" ou "la liberté, l'union, et l'égalité". L'autre côté porte le nom du soldat, l'unité et parfois une liste de batailles auxquelles il avait participé.

Un New-Yorkais appelé John Kennedy a écrit à l'armée américaine en 1862, offrant de fournir des disques pour toute l'armée fédérale. Les archives nationales conservent encore la lettre ainsi que la réponse, un refus sans explication.

L'armée américaine a autorisé la première fois des plaques d'identification dans l'ordre général no. 204 du département de la guerre, daté du 20 décembre 1906 :

« Une plaque d'identification en aluminium, de la taille d'un demi-dollar argenté et de l'épaisseur appropriée, emboutie avec le nom, le rang, la compagnie, le régiment du porteur, sera portée par chaque dirigeant et homme enrôlé dans l'armée et toutes les fois où le soldat est sur le champ de bataille.

La plaque est à suspendre au cou, sous l'habillement, par une corde ou une lanière passée par un petit trou. On la prescrit comme pièce de l'uniforme et quand elle est non utilisée comme indiqué ci-dessus sera habituellement maintenue en possession du propriétaire.

La plaque sera publiée par le Département de la Guerre à titre gratuit aux hommes enrôlés […] »

L'armée a changé le règlement le 6 juillet 1916, de sorte que tous les hommes aient deux plaques : une reste avec le corps et l'autre doit aller à la personne responsable de l'enterrement pour la tenue d'archives. En 1918, l'armée a adopté et a réparti le système de numéro de série, et le nom.

Les numéros de série sont emboutis sur les plaques d'identification de tous les hommes enrôlés. (Le numéro de série 1 a été assigné à l'homme enrôlé Arthur B. Crean de Chicago au cours de sa cinquième période d'enrôlement).

Courant 1969, l'armée a adopté le numéro de sécurité sociale pour l'identification du personnel. Au lieu de deux plaques, quelques armées nationales en utilisent une seule avec une moitié qui peut être facilement séparée.

Il circule un mythe au sujet de l'entaille située dans une extrémité des dog tags de l’armée US pendant la Deuxième Guerre mondiale. On a prétendu que la fonction de cette entaille aurait été de permettre à un soldat qui aurait trouvé un de ses camarades sur le champ de bataille de placer la plaque appartenant à celui-ci entre ses dents afin de s'assurer que la plaque resterait avec le corps, ce qui aurait permis son identification. En réalité, l'entaille sert tout simplement à tenir la plaque en place sur la machine qui duplique les informations pour le service médical "l’addressograph model 70".

Après la Seconde Guerre mondiale, le département des marines a adopté les dog tags employées par les Armées de Terre et de l'Air; une forme et une taille uniques sont ainsi devenues la norme américaine.

Pendant la guerre du Viêt Nam, les soldats ont été autorisés à placer des silencieux (silencer en anglais) en caoutchouc sur leurs dog tags de sorte que l'ennemi n'entende pas le bruit métallique. D'autres ont attaché du ruban adhésif aux deux plaques. D'autres encore ont choisi de porter une plaque autour du cou et l'autre plaque sur le lacet.

Depuis les années 1980, un changement a été opéré dans le mode d'impression des dog tags. Avant cette période, le système était embouti par impression de type creux. Cette version dite "indent" se retrouve sur les modèles de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre de Corée et de celle du Viêt Nam. Pendant les années '80, l'armée a adopté l'impression gravée en relief dite "emboss" qui permet une lecture bien plus claire des informations marquées sur les plaques. Ce type de gravure est toujours utilisé dans l'armée américaine.

Les dog tags font traditionnellement partie des éléments utilisés pour rendre les honneurs aux soldats mort sur le champ de bataille. Le fusil du soldat monté avec la baïonnette est tenu verticalement, avec le casque au-dessus. Les dog tags sont alors accrochées à la poignée ou à la garde du fusil.

Récemment, l'armée a cessé d'appeler les plaques dog tags et a adopté l'appellation ID tags (plaques d'identité). Il semble que, dans les années 1990, des stagiaires enrôlés se seraient plaints que le terme dog tags était blessant.[réf. nécessaire]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Plaques d'identité militaire de fabrication civile, accessoire à la mode dans les années 1990.

Depuis les années 1990, les dog tags sont entrées dans la culture populaire, grâce au cinéma et plus particulièrement aux films de guerre. Le sujet du conflit vietnamien reste un exemple de l'utilisation des dog tags au cinéma. Depuis que le cinéma essaie de reconstituer de manière réaliste les conflits militaires, des productions comme Platoon, Apocalypse Now et d'autres font la part belle aux dog tags, devenues des accessoires à certains films de guerre.

Cette popularisation des dog tags par le cinéma a généré une demande commerciale. C'est la raison pour laquelle, depuis déjà de nombreuses années, on peut se procurer dans la majorité des surplus militaires des répliques gravées à la demande contre quelques euros. Si au départ il ne s'agissait que d'une demande d'admirateurs de Militaria, depuis les dog tags sont devenues un accessoire de mode à part entière.

Des versions de dog tags se sont retrouvées au cou de nombreuses vedettes comme accessoire de mode : David Beckham, Eminem, Will Smith et de nombreuses personnalités du rap ont popularisé le port du dog tag. Gucci en a produit en argent massif comme bijoux pour homme et en version plus petite pour femme.

Exemple de marquage militaire[modifier | modifier le code]

  • United States Air Force | USAF Format 1 :
    • Nom, prénom, initiale du 2e prénom.
    • Numéro de sécurité sociale, suivi d'"AF".
    • Groupe sanguin.
    • ligne vierge.
    • Religion.
  • United States Air Force | USAF Format 2 :
    • Nom.
    • Prénom, initiale du 2e prénom.
    • Numéro de sécurité sociale, suivi d'"AF".
    • Groupe sanguin.
    • Religion.
  • US Marine Corps | USMC :
    • Nom.
    • Prénom, initiale du 2e prénom (parfois juste les initiales des deux prénoms), groupe sanguin.
    • Numéro de sécurité sociale sans trait d'union mais avec un espace.
    • ("USMC") et la taille du masque à gaz (S, M, L).
    • Religion (ou "NO PREFERENCE" en cas de personne athée).
  • US Navy :
    • Nom, prénom, initiale du 2e prénom.
    • ligne vierge.
    • Numéro de sécurité sociale sans trait ou espace suivi par "USN" et le groupe sanguin.
    • ligne vierge.
    • Religion.
  • US Army :
    • Nom.
    • Prénom, initiale du 2e prénom.
    • Numéro de sécurité sociale.
    • Groupe sanguin.
    • Religion.

Liens externes[modifier | modifier le code]