Pasitélès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de jeune fille dite Atalante, marbre du Ier s.av.JC. attribuée à Pasitélès (musée du Vatican)

Pasitélès (en grec ancien Πασιτέλης / Pasitélês, en latin Pasitelis) est un sculpteur grec de l'époque hellénistique récente (Ier siècle av. J.-C.).

Sa vie est mal connue. Pline l'Ancien, seule source à ce sujet, indique qu'il naît « sur les rives grecques de l'Italie[1] », c'est-à-dire en Grande Grèce et qu'il est contemporain de Pompée. Il s'installe à Rome vers 89 av. J.-C. et reçoit le droit de citoyenneté[1].

Comme avant lui Antigone de Caryste et Xénocrate de Sicyone, Pasitélès est un spécialiste de la toreutique, c'est-à-dire du travail des métaux[2]. Pline lui attribue une statue de Zeus en argent, réalisée pour des cités de Grande Grèce, une statue de lion et « de nombreuses œuvres, dont on ne cite pas les noms »[1].

Pasitélès est également connu pour ses œuvres théoriques[3] : Pline mentionne son recueil disparu sur les Œuvres célèbres du monde entier (Opera nobilia in toto orbe)[1] en cinq volumes[4]. Ces œuvres, qu'il s'agit de reproduire pour les envoyer à Rome décorer des édifices sans rapport avec elles, seront dorénavant considérées comme « classiques » ou « universelles »[5], détachées de leur contexte primitif[6] pour prendre un sens nouveau.

Il est très apprécié de Varron[7], par l'intermédiaire duquel Pline connaît l'œuvre. On compte parmi ses disciples Stéphanos[8] et Ménélaos[9].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Extrait de la traduction de Marion Muller-Dufeu, comme toutes les autres citations de Pline ici. Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne] (XXXVI, 39).
  2. Cicéron, De la divination (I, 36, 79).
  3. Histoire naturelle (I Ind. auctor., l. XXXIII).
  4. Selon Pline (XXXVI, 39), Qui et quinque volumina scripsit nobilium operum in toto orbe, « qui a composé cinq livres sur les ouvrages les plus renommés dans tout l'univers » (d'après l'ancienne traduction d'Émile Littré, en 1850).
  5. Cf. Agnès Rouveret, Critique d'art (Antiquité gréco-romaine), dans Encyclopædia Universalis, Paris, av. 1992.
  6. Cf. Bernard Holtzmann, Reproduction des œuvres d'art (Les copies dans la sculpture antique), dans Encyclopædia Universalis, Paris, av. 2000.
  7. Pline l'Ancien, Histoire naturelle (XXXV ,156).
  8. Inscriptiones Græcæ XIV, 1261.
  9. Inscriptiones Græcæ XIV, 1251.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marion Muller-Dufeu, La Sculpture grecque. Sources littéraires et épigraphiques, Paris, éditions de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts, coll. « Beaux-Arts histoire »,‎ 2002 (ISBN 2-84056-087-9), p. 928-931, nos 2795 à 2798.
  • (en) Andrew S. Stewart, One Hundred Greek Sculptors: Their Careers and Extant Works, q.v. [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :