Paradoxe de l'archer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec paradoxe de la flèche ni paradoxe de la dichotomie.
Schéma représentant la trajectoire de la flèche selon sa rigidité

Le paradoxe de l'archer porte ce nom car, malgré les ondulations de la flèche pendant son vol, celle-ci atteint sa cible. Ces ondulations proviennent des différents forces s'appliquant sur la flèche lors du tir. Voilà pourquoi un archer doit viser avec un décalage du côté opposé au bras de corde (celui qui tire la corde) que la courbe de course de la flèche corrigera.

Cette courbe dépend de la rigidité de la flèche et de la puissance de l'arc. La rigidité ou "spine" doit être en rapport avec la puissance de l'arc auquel elle est destinée : un arc plus puissant aura besoin d'une flèche plus raide et, au contraire, un arc moins puissant nécessitera une fleche plus flexible.

Enfin, la rotation de la flèche sur son axe induit aussi une stabilisation de sa trajectoire. Plus la flèche tourne vite sur elle-même, plus sa trajectoire sera rectiligne et stable.