Packet Filter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Packet Filter (ou PF) est le pare-feu logiciel et officiel d'OpenBSD, écrit à l'origine par Daniel Hartmeier. C'est un logiciel libre gratuit.

Il remplace IPFilter de Darren Reed depuis la version 3.0 d'OpenBSD, suite à des problèmes de licence, mais aussi des refus systématiques de Reed d'incorporer des modifications de code venant de développeurs OpenBSD.

Il a été porté sur DragonFly BSD 1.2 et NetBSD 3.0 ; il est fourni en standard sur FreeBSD (version 5.3 et ultérieures).

Depuis OS X v10.7 Lion il est le pare-feu par défaut des Apple Macintosh.

Un port gratuit de PF a également été réalisé pour les systèmes d'exploitation Windows 2000 et XP par la communauté Core FORCE. Ce port n'est cependant qu'un pare-feu personnel : il n'implémente pas les fonctions de PF permettant de faire du NAT ou d'utiliser ALTQ

Gestion de la bande passante[modifier | modifier le code]

Depuis OpenBSD 3.0, la Mise en queue alternée ALTQ fait partie du système de base.

Depuis OpenBSD 3.3, ALTQ a été intégrée dans PF.

L'implémentation de ALTQ dans OpenBSD supporte les algorithmes de Mise en Queue par classes (CBQ) et de Mise en Queue par priorité (PRIQ), mais aussi la Détection Aléatoire Anticipée (RED) et la Notification de Congestion Explicite (ECN).

L'intégration de ALTQ dans PF permet entre autres de définir la priorité d'un trafic dans le filtre qui l'autorise.

Voir : PF : Gestion de La Bande Passante

Ceci permet par exemple :

  • de rendre HTTP prioritaire par rapport à SMTP si vous voulez rendre le surf sur internet prioritaire à l'envoi de mails ;
  • de rendre les petits paquets d'acquittements prioritaires sur les autres paquets, ce qui est très pratique pour les accès à Internet asymétriques (ADSL…) ;
  • de réserver des bandes passantes minimums pour des applications temps réels comme la VoIP.

Particularités[modifier | modifier le code]

  • Le chargement de la configuration est atomique : si une erreur de syntaxe ou de cohérence est trouvée dans le fichier configuration lors de la lecture des règles, alors le pare-feu n'est pas modifié. Quasiment aucun pare-feu commercial n'implémente de solution de ce type ;
  • Grâce à la Gestion de La Bande Passante et l'intégration de ALTQ, Packet Filter offre un contrôle souple des flux et des performances réseau ;
  • Pour des raisons de sécurité, PF ne fait pas d'inspection de service (comme FTP, RPC) dans le noyau. En effet l'inspection de service étant complexe, tout bogue pourrait permettre la prise de contrôle de la machine. Pour faire de l'inspection de service, il faut installer un proxy qui lui tourne dans l'espace utilisateur ;
  • Les développeurs ont fourni un effort important pour rendre la syntaxe lisible, souple et claire (les erreurs de configuration représentant un danger majeur pour la sécurité d'un pare-feu) ;
  • Grâce à l'utilisation combinée de pfsync et CARP, PF peut utiliser de la redondance pour assurer de la haute disponibilité ;
  • Le fait que PF (comme IPF) ne fasse pas d'inspection de service, mais impose l'utilisation de proxy est gênant quand il manque un proxy pour un protocole. Par exemple, il n'y a pas de proxy pour les protocoles basés sur RPC, ni pour le protocole UPnP (Universal Plug and Play) ;
  • Comme la plupart des pare-feu libres, PF ne gère pas IPsec, les proxys, les IDS, les serveurs d'authentification ou d'autres technologies que les pare-feu commerciaux ont l'habitude de gérer. Pour faire cela, il faut utiliser d'autres modules BSD qui se configurent séparément ;
  • Les IDS et logiciels antivirus conçus pour une intégration étroite avec les logiciels pare-feu supportent rarement PF (et plus généralement, les pare-feu des systèmes BSD) ;

Commandes et paramètres[modifier | modifier le code]

Quelques exemples d'utilisation de pfctl, l'outil d'administration en ligne de commande des pare-feu utilisant PF :

Commande Action
pfctl -e Active Packet Filter.
pfctl -d Désactive Packet Filter.
pfctl -f <fichier> Charge les règles décrites par le fichier dans PF. Si une seule erreur de syntaxe est trouvée dans le fichier, rien n'est changé.
pfctl -s nat Affiche les règles de NAT activées.
pfctl -s rules Affiche les règles de filtrage activées.

Exemple de configuration[modifier | modifier le code]

Explications élémentaires sur la syntaxe :

  • les valeurs des macros sont automatiquement substituées lors de l'évaluation de la configuration ;
  • la syntaxe $interface:network se voit automatiquement substituer l'adresse du réseau attachée à $interface ;
  • le mot clef « egress » est automatiquement remplacé par le nom de l'interface à laquelle est attachée la route par défaut, et « (egress) » par son IP. Ces valeurs sont mises à jour dynamiquement en cas de changement.


# Macros
int_if="rl0"
ports_ouverts_pour_tous="{ http https }"
ports_ouverts_pour_lequipe="{ ssh 21 60000:60100 }"
 
# Tables
table <ip_de_lequipe> { XXX.XXX.XXX.XXX, XXX.XXX.XXX.XXX, XXX.XXX.XXX.XXX }
 
# Normalisation du trafic
scrub in no-df
 
# NAT
nat on egress -> (egress)
 
# Règles de filtrage
block in
pass out keep state
pass in on egress proto tcp from <ip_de_lequipe> to port $ports_ouverts_pour_lequipe
pass in on egress proto tcp to port $ports_ouverts_pour_tous
block in quick on $int_if proto tcp from $int_if:network to port 4662
pass quick on !egress

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les autres pare-feu libres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]