Max et Moritz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Max und Moritz)
Aller à : navigation, rechercher
Max et Moritz
Série
Max et Moritz
Max et Moritz

Auteur Wilhelm Busch

Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Première publication 4 octobre 1865

Max et Moritz : une histoire de gamins en sept tours (Max und Moritz : Eine Bubengeschichte in sieben Streichen) est un livre illustré en vers de l'artiste et poète allemand Wilhelm Busch, paru pour la première fois le 4 avril 1865. Les deux garnements qui donnent son titre à l'ouvrage inspireront en 1897 à l'auteur américain d'origine allemande Rudolph Dirks sa fameuse bande dessinée, The Katzenjammer Kids (en France, Pim Pam Poum). Plus récemment, le livre de Wilhelm Busch est adapté pour l’écran en 2005 dans Max und Moritz Reloaded, une production cinématographique allemande réalisée par Thomas Frydetzki et Annette Stefan qui situent les frasques des personnages dans l’Allemagne du XXIe siècle. Max und Moritz a également inspiré un ballet au compositeur suisse Heinrich Sutermeister.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Max und Moritz raconte l'histoire de deux garnements insupportables et espiègles qui s'amusent à terroriser leur entourage et les notables de leur village. Absolument réfractaires à l'ordre, ils ne connaissent pas le respect. Mais malheureusement pour eux et heureusement pour leurs proches, la vie finira par se venger puisque tous deux seront punis de leurs méfaits en finissant en nourriture pour les oies après avoir été écrasés par les roues d'un moulin.

Analyse[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Un des personnages de l'histoire : Lehrer Lämpel

Le milieu du XIXe siècle, avec les progrès de l'imprimerie, voit la multiplication de ces histoires en images qui préfigurent la bande dessinée. Mais si Max und Moritz est souvent cité parmi les précurseurs de celle-ci, c'est moins pour ses qualités intrinsèques que pour avoir inspiré ce qui va être, véritablement, la première bande dessinée : les Katzenjammer Kids de Rudolph Dirks. Busch « est en effet moins proche de la bande dessinée que Töpffer »[1], disparu en 1846. Un premier coup d'œil jeté à cette œuvre nous fait plutôt penser à une histoire pour enfant ou un conte. En effet, le livre de Wilhelm Busch est composée de plusieurs textes agrémentés d'illustrations, qui miment en quelque sorte l'histoire. De plus, leur présentation est tout à fait particulière puisque les textes sont disposés sous forme de strophes.

Max und Moritz est composé de sept strophes ou petits paragraphes. Ces paragraphes ne forment pas une histoire continue : chacun d'entre eux relate un vilain tour joué par les enfants. Max und Moritz décrit donc sept bêtises, et se conclue par la mort des deux enfants. Cette mort des deux enfants symbolise un acte autoritaire indispensable, bien que la tentation de faire comme eux soit grande. Wilhelm Busch condamne radicalement l'hypocrisie dans l'éducation du petit bourgeois allemand dans un épisode comique, comme par exemple un père qui met une raclée préventive à ses enfants avant d'aller à une fête de village.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Couperie et al., Bande dessinée et figuration narrative, Paris, Musée des Arts Décoratifs,‎ 1967, 256 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]