Machine simple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tableau de schémas de machines simples apparaissant dans Cyclopaedia (1728)[1]. Les machines simples facilitent l'analyse des machines en général.

On appelle machine simple un dispositif mécanique élémentaire permettant de transformer une force de module et de direction déterminés en une force dont le module et/ou la direction sont différents[2].

Selon les Anciens, il y a cinq machines simples  : le levier, la poulie, le coin, le treuil et la vis sans fin. Au Livre II de ses Mécaniques, Héron d'Alexandrie a étudié chacune d'elles.

Généralement, les machines simples sont classés en huit types :

  1. levier ;
  2. roue ;
  3. poulie ;
  4. coin ;
  5. plan incliné ;
  6. vis ;
  7. engrenage ;
  8. treuil.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ephraim Chambers, Cyclopaedia, A Useful Dictionary of Arts and Sciences, Vol. 2, 1728, Londres, p. 528, Plate 11.
  2. (en) Akshoy Paul et Pijush Roy, Sanchayan Mukherjee, Mechanical Sciences: Engineering Mechanics and Strength of Materials, New Delhi, Prentice Hall of India,‎ 2005 (ISBN 978-81-203-2611-8, OCLC 166755089, lire en ligne), p. 215