Mézence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lutte d'Énée contre Mézence et Lausus par Wenceslas Hollar.

Mézence ou Mezentius, dans la mythologie romaine est un roi étrusque et le père de Lausus. Son sort est incertain : dans l'Énéide il est tué par Énée et dans des versions antérieures il survit[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Mézence est envoyé en exil à cause de sa cruauté et il s'installe dans le Latium.

Sur les champs de bataille, il se complaît dans le sang et la cruauté.

Le peuple romain le connaît surtout comme contemptor divum[2] et contemptor deum[3], (« Blasphémateur » ou « Qui s'attribue les honneurs des dieux. »).

Il apparaît dans l' Énéide de Virgile, principalement au livre dix, où avec Turnus, il fait la guerre à Énée et aux Troyens voulant s'implanter en Étrurie.

Dans la bataille avec Enée, Mézence est très grièvement blessé par un coup de lance, mais son fils Lausus bloque bravement le coup fatal d'Énée. Lausus est ensuite tué par Enée et Mézence arrive à échapper à la mort. Dès qu'il apprend que Lausus est mort à sa place, Mézence ressent de la honte et retourne au combat sur son cheval Rhaebus afin de le venger.

Il arrive à dominer Énée en lui tournant autour avec son javelot mais finalement ce dernier tue le cheval et Mézence avec une lance en les embrochant simultanément. Accablé par Enée et mourant, il reste provocant, sans peur et demande simplement qu'il soit inhumé.

Toutefois, vu que son bienfaiteur, Mécène, était un natif étrusque, Virgile dépeint Mézence comme un tyran[4], et lui attribue personnellement des maux comme la torture et la sauvagerie que les auteurs grecs avaient déjà attribué aux Étrusques (un préjugé ethnique déjà présent dans les Hymnes homériques).

De fait Mézence apparaît comme un bouc émissaire alors que tous les autres Étrusques se battent aux côtés d'Énée.

Dans le mythe traditionnel qui est antérieur à l'Enéide, Mézence a survécu à Énée, et a disparu dans la rivière et est associé à Énée dans le culte du héros.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Tite-Live, Histoire de Rome I, 3
  2. Énéide, VII, 648.
  3. Énéide, VIII, 7.
  4. Dictionary of Classical Mythology, publi. Penguin,Pages = 273-274, 1990, Londres. (ISBN 9780140512359)

Sources[modifier | modifier le code]