Les Rapetou contre le coffre-fort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Rapetou contre le coffre-fort est une histoire en bande dessinée de Keno Don Rosa. Elle met en scène les Rapetou et le coffre-fort de Picsou à Donaldville. Les héros habituels apparaissent à la fin (Picsou) ou dans une situation humoristique à l'arrière-plan (Donald).

Elle est initialement publiée pour le cinquantenaire de la création de ces bandits et du coffre par Carl Barks à la fin de l'année 1951[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Grâce à un souvenir de leur grand-père Gracié, les Rapetou retrouvent dans les sous-sols de Donaldville les plans du coffre-fort. Ils y pénètrent ainsi par l'ancien puits et essayent d'atteindre les trésors de Picsou par les conduits d'aération. Mais, leur bêtise et leur spontanéité irréfléchie va les contrarier à tous les étages.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Histoire n°D 2000-191.
  • Éditeur : Egmont.
  • Titre de la première publication : Angreb på pengetanken (danois), B-gjengen inntar bingen (norvégien), Meandry architektury (polonais), Ligan möter bingen (suédois).
  • Titre en anglais : The Beagle Boys vs. The Money Bin.
  • Titre en français : Les Rapetou contre le coffre-fort.
  • 17 planches.
  • Auteur et dessinateur : Keno Don Rosa.
  • Premières publications : Anders And Co (Danemark), Donald Duck & Co (Norvège), Kaczor Donald (Pologne) et Kalle Anka & Co (Suède), n°2001-21, 23 mai 2001.
  • Première publication aux États-Unis: Uncle Scrooge n°325, daté janvier 2004.
  • Première publication en France : Picsou Magazine n°358, novembre 2001.

Les planches 5 et 6 constituent les plans du coffre-fort. Elles sont dessinés par Don Rosa, avec l'aide d'un architecte, Dan Shane. Le souci du détail de Rosa est donc bien présent, même s'il fait preuve d'autodérision dans la planche 13. Il y fait un bilan de l'exploration par les Rapetou, sans respecter les étages et la réalité des locaux en justifiant par sa fainéantise.

Références à Carl Barks[modifier | modifier le code]

Le coffre-fort apparaît pour la première fois dans la deuxième histoire avec les Rapetou, ennemis récurrent de Picsou, en décembre 1951 (WDCS 135). Les bandits et le bâtiment contenant la fortune qu'ils convoitent sont créés par Carl Barks. Don Rosa se penche néanmoins sur le problème des numéros des bandits, qui leur sont devenus leur seule identité. Dans la bibliothèque de Picsou, un des Rapetou espère retrouver son nom dans un rapport sur son gang.

Au fur et à mesure des salles découvertes par les Rapetou, sont évoqués d'ancienne aventures de Barks, dont celle de la quête du rubis à rayures (The Status Seeker de 1963) que les Rapetou ont en effet détenu quelques instants.

Cette histoire dans l'œuvre de Don Rosa[modifier | modifier le code]

Plusieurs éléments mis en place par Don Rosa dans la Jeunesse de Picsou et dans Un petit cadeau très spécial de 1997 sont réutilisés dans les Rapetou contre le coffre-fort.

Gracié consulte un livre de souvenirs rappelant ceux que les sœurs de Picsou, Hortense et Matilda, constituent au fil des aventures de leur frère et montré en première planche de chaque épisode de la Jeunesse.

Dans Un petit cadeau très spécial, Picsou découvrait un complot contre sa fortune par ses pires ennemis (Gripsou, Miss Tick et les Rapetou mené par Gracié sur le retour). Le quartier général était dans les ruines enterrées de Donaldville, où les Rapetou découvrent les plans du coffre-fort et un puits relié à celui de Fort Donaldville.

La chambre de Picsou permet à Don Rosa d'entretenir le mystère de la relation entre le milliardaire et Goldie qui paraît être le personnage d'une peinture recouverte d'un rideau rouge et éclairé en permanence par une lampe de mineur. Le rapetou 176-617 dit même : "Hé,hé ! Connaissant Picsou; sûrement la personne qui lui doit le plus d'argent"[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Base I.N.D.U.C.K.S : D 2000-191 The Beagle Boys Vs. The Money Bin
  2. « It's a painting of some blonde dame! Look at that dress - all glittering », décrit 176-716. Le nom anglais de Goldie est Glittering Goldie

Lien externe[modifier | modifier le code]