Jeunes Lettons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jeunes Lettons (letton : jaunlatvieši) est un terme employé le plus souvent pour les intellectuels impliqués dans le mouvement nationaliste des années 1850-1880 dit de l'éveil national letton (letton : tautas atmoda).

Krišjānis Valdemārs, meneur du mouvement.

Les débuts[modifier | modifier le code]

"Jaunlatvieši" prend pour modèle le mouvement Jeune-Allemagne (allemand : Junges Deutschland) mené par Heinrich Heine. Au début cette épithète est surtout utilisée par leurs opposants Germano-Baltes. Le terme "Jeune Lettonie" (allemand : "ein junges Lettland") est utilisé pour la première fois par Gustav Wilhelm Sigmund Brasche, le pasteur de Nīca, dans un article de Juris Alunāns' Dziesmiņas latviešu valodai pārtulkotas ("Petites chansons traduites du letton")[1] parue dans la journal Das Inland en 1856. Se demandant qui pourrait bien apprécier une telle littérature en Letton [2], Brasche prévenait que ceux qui osaient rêver d'une "Jeune Lettonie" rencontreraient le destin tragique du navigateur dans le poème de Heinrich Heine Die Lorelei[3] dont la traduction apparaissait dans l'anthologie de Alunān. Les Jeunes Lettons étaient aussi parfois appelés "Lettophiles" ou tautībnieki.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) François Bacharach, « La Lettonie et le monde russe, Un creuset culturel spécifique dans l’espace européen », Le Courrier des pays de l'Est, 2006/6 (no 1058),‎ 2006 (consulté le 7 janvier 2012), p. 108
  • (fr) Claude Hagège, Le souffle de la langue, Odile Jacob (ISBN 978-2738107947), p. 197
  • (fr) « 7 Juin 1920 : "Dievs, svētī Latviju!" devient l’hymne national letton » (consulté le 7 janvier 2012)
  • (en) Arnolds Spekke, History of Latvia: An Outline. Stockholm: M. Goppers/Zelta Ābele,‎ 1951
  • (en) Alfred Bilmanis, A History of Latvia, Princeton University Press,‎ 1951
  • (lv) Arveds Švābe, Latvijas vēsture 1800-1914, Uppsala: Daugava,‎ 1958
  • (lv) Arveds Švābe, Latvju enciklopēdija, Stockholm: Trīs Zvaigznes,‎ 1952-1953
  • (lv) Uldis Ģērmanis, Latviešu tautas piedzīvojumi, Ann Arbor: Ceļinieks,‎ 1974
  • (lv) Agnis Balodis, Latvijas un latviešu tautas vēsture, Rīga: Kabata,‎ 1991
  • (lv) Teodors Zeiferts, Latviešu rakstniecības vēsture, Rīga,‎ 1922 (lire en ligne)
  • (lv) Ernests Blanks, Latvju tautas ceļš uz neatkarīgu valsti, Västerås: Ziemeļbāzma,‎ 1970
  • (lv) Ilga Apine, 19. gadsimta otrajā pusē (lire en ligne)
  • (lv) Maksim Kirčanov, Zemnieki, latvieši, pilsoņi: identičnost, nacionalizm i modernizacija v Latvii,‎ 2009, 204 p. (ISBN 978-5-98222-461-3, lire en ligne)
  • (en) Jānis A. Krēsliņš, Recent Publications on Baltic History (lire en ligne)
  • Arturs Priedītis, Latvijas kultūras vēsture, Daugavpils: A.K.A.,‎ 2000 (ISBN 9984-582-11-6)
  • (lv) Viktors Hausmanis, Latviešu rakstniecība biogrāfijās, Rīga: LZA,‎ 1992
  • (lv) Jānis Rozenbergs, Fricis Brīvzemnieks-latviešu folkloristikas pamatlicējs (lire en ligne)
  • (lv) Jaunlatvieši un latviešu valodas attīstība ("Les Jeunes Lettons et le développement de la langue lettone") (lire en ligne)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Scientific Papers, University of Latvia : Juris Alunāns „Dziesmiņas” (1856) and „Tā neredzīga Indriķa dziesmas” (1806) http://www.lu.lv/materiali/apgads/raksti/731.pdf
  2. Le livre d'Alunān était la première traduction majeure de poésie étrangère classique en Letton
  3. « Die Lorelei »