Jean Geiler de Kaysersberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Geiler de Kaysersberg

alt=Description de l'image Johannes geiler von kayersberg.jpg.
Naissance 16 mars 1445
Schaffhouse, Suisse
Décès 10 mars 1510 (à 64 ans)
Profession Prédicateur et écrivain religieux alsacien

Jean Geiler de Kaysersberg (le 16 mars 1445 - le 10 mars 1510) fut un des plus grands prédicateurs et écrivains religieux du XVe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naquit à Schaffhouse mais, son père ayant été tué par un ours, il fut élevé par son arrière-grand-père en Haute Alsace à Kaysersberg; il y passa son enfance et sa jeunesse, et son nom est tiré de cette ville. En 1460, il entra à l'Université Albert Ludwig de Fribourg, au pays de Bade en Allemagne. Après l'obtention de ses diplômes, il fait quelque temps cours sur les Sentences de Pierre Lombard, les commentaires d'Alexandre de Hales et plusieurs œuvres d'Aristote.

Son intérêt très vif pour les sujets théologiques, alimenté par l'étude de Jean de Gerson, le conduisit en 1471 à l'Université de Bâle, qui était un centre d'attraction pour les plus grands esprits du temps. Reçu docteur en Théologie en 1475, il fut chargé d'un professorat à Fribourg-en-Brisgau l'année suivante ; mais ses goûts, non moins que l'esprit du temps, l'inclinèrent de plus en plus à devenir prédicateur, et bientôt sa ferveur et son éloquence lui valurent de nombreuses invitations dans les plus grandes villes.

Die Emeis, sermons de carême (1516)

Finalement Jean accepta en 1478 un appel de la cathédrale de Strasbourg, où il ne cessa de travailler avec de rares interruptions jusqu'à peu de temps avant sa mort en mars 1510. La belle chaire érigée pour lui en 1481 dans la nef de la cathédrale, quand la chapelle de Saint-Laurent s'était avérée trop petite, continue à témoigner de la popularité dont il jouissait comme prédicateur et les témoignages de Sébastien Brant, Beatus Rhenanus, Jean Reuchlin, Philippe Melanchthon et d'autres montrent quelle grande influence a eue sa personne et son caractère. Ses sermons étaient incisifs, sans concession, ils abondaient en images pittoresques et les textes sur lesquels ils se fondaient ne se limitaient nullement à la Bible ; on les notait pendant qu'il les prononçait et ils circulaient (quelquefois à son insu et sans son consentement), et ils ont influencé la pensée allemande aussi bien que la langue allemande de son temps.

Éditions de référence[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux volumes publiés sous son nom deux seulement semblent avoir été révisés par lui :Der Seelen Paradies von waren und volkumen Tugenden et que celui intitulé Das irrig Schaf. Sur le reste, ce que nous savons le mieux est sans doute une série de récits dans l'ouvrage de son ami Sébastien Brant, Das Narrenschiff ou le Navicula ou le Speculum fatuorum, dont une édition fut publiée à Strasbourg en 1511 sous le titre suivant : Navicula sive speculum fatuorum praestantissimi sacrarum literarum doctoris Joannis Geiler Keysersbergii.

L'édition critique des œuvres de Geiler de Kaysersberg n’est pas encore achevée : J. Geiler von Kaysersberg, Sämtliche Werke, édités par Gerhard Bauer, trois volumes parus, Berlin-New-York,1989,1991,1995 (Ausgaben deutscher Literatur der xv bis xviii Jht., 129, 139, 147).

Il faut donc se reporter aux éditions latines de P. Wickram et allemandes du Cordelier J. Pauli, longtemps discrédité et réhabilité par L. Pfleger (Archiv für elsässische Kirchengeschichte, 1928, p.47-96).

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

Le civet de lièvre, sermon de Geiler de Kaysersberg
  • La Nef des sages, sermons choisis et présentés par Francis Rapp, traduction par Christiane Koch et Madeleine Horst, Éditions Arfuyen, Paris-Orbey, 2008.
  • Le Civet de lièvre, traités choisis par Francis Rapp et traduits par Christiane Koch, préface de Joseph Doré, Éditions Arfuyen, Paris-Orbey, 2008.
  • Le Manuel du Pèlerin, traduction par Jacques Robbe, avant-propos de Jean-Pierre Grallet, préface de Francis Rapp, Éditions Arfuyen, Paris-Orbey, en coll. avec la Fondation David Parou Saint-Jacques, 2010.

La Bourse de traduction du Prix du patrimoine Nathan Katz a été attribuée en 2007 à Christiane Koch pour ses traductions des sermons et traités de Jean Geiler de Kaysersberg[1], les premières à paraître en volume en traduction française.

La première traduction en français de certains sermons de Geiler de Kayserberg a été faite par Madeleine Horst, décédée en 1987.

Études[modifier | modifier le code]

  • (en) E. J. Dempsey-Douglass, Justification in late medieval Preaching. A Study of J. Geiler of Kaysersberg, Leyde, 1966.
  • (de) J.Wimpfeling, B. Rhenanus, Das Leben des J. Geiler von Kaysersberg, édité par O. Harding, Munich, 1970.
  • (de) H. Kraume, Die Gerson-Übersetzungen Geilers von Kaysersberg. Studien zur deutschsprachigen Gerson-Rezeption, Munich, 1980.
  • (de) Uwe Israel, Johannes Geiler von Kaysersberg (1445-1510). Der Strassburger Münsterprediger als Rechtsreformer (Berliner historische Studien, 27), Berlin, 1997.
  • (de) Rita Voltmer, Wie der Wächter auf dem Turm : ein Prediger und seine Stadt : Johannes Geiler von Kaysersberg (1445 - 1510) und Straßburg, Porta-Alba, Trèves, 2005, XIV-1097 p. (texte remanié d'une thèse d'Histoire à l'Université de Trèves, 1998).
  • Léon Dacheux, Jean Geiler de Kaysersberg, prédicateur à la cathédrale de Strasbourg, 1478-1510 : étude sur sa vie et son temps, Charles Delagrave, Paris, 1876, 583 p.
  • Léon Dacheux, Les plus anciens écrits de Geiler de Kaysersberg. Todtenbuechlein-Beichtspiegel-Seelenheil-Sendtbrieff-Bilger. Précédés d'une étude bibliographique, Hoffmann M., Colmar, 1882, 201 p.
  • Brad Williams, La Réforme dans l'enseignement de Jean Geiler de Kaysersberg, Université de Strasbourg 2, 1989, 265 p. (thèse).
  • Robert Walter, La Vie de Geiler de Beatus Rhenanus, texte latin et traduction française, suivi de La religion de Geiler par Francis Rapp, 2000 (ouvrage disponible à la Bibliothèque humaniste de Sélestat).
  • Francis Rapp, La critique des abus avant la Réformation  : Geiler de Kaysersberg, in M. Arnold, Annoncer l’évangile (xve-xviie siècles), Paris, 2006, p.249-260.
  • Erich Kräml, Vers Compostelle : « Les qualités du pèlerin » selon Jean Geiler de Kaysersberg, Cerf, Paris, 2008.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.prixeuropeendelitterature.eu/html/ficheauteur.asp?id=18

Article connexe[modifier | modifier le code]

Société Littéraire de Strasbourg

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :