Jambes lourdes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le syndrome des jambes lourdes est la manifestation la plus connue du dysfonctionnement du système veineux qui porte le nom d'insuffisance veineuse. Pour comprendre d'où vient exactement cette sensation désagréable de douleur et de lourdeur, il faut revenir au fonctionnement du corps humain et au système de circulation sanguine et plus particulièrement de la circulation de retour.

Le cœur propulse le sang vers tous les organes afin de les oxygéner et les nourrir. Une fois cette action accomplie, le sang a besoin de retourner vers les poumons pour s'oxygéner de nouveau. Seulement, il existe un seul cœur qui ne fait circuler le sang que dans un seul sens alors, afin de boucler la boucle de la circulation sanguine, le corps utilise ses muscles et plus particulièrement les muscles des jambes et du pied. On appelle ce mécanisme « pompe musculaire ».

En effet, c'est en marchant que le corps humain provoque le mouvement du retour du sang. Les veines encastrées dans les muscles sont compressées et le sang propulsé vers le haut. Les valvules à l'intérieur des veines empêchent le sang de redescendre. Chaque pas propulse 30 cm3 de sang. C'est pourquoi la marche constitue un exercice très favorable au bon fonctionnement de la circulation veineuse alors que l'immobilité lui est néfaste.

La non-activation de la pompe musculaire peut entrainer le phénomène de la stase veineuse qui se manifeste le plus souvent par le gonflement des chevilles, les engourdissements, les fourmillements et les lourdeurs. Les varices et les petites dilatations veineuses (les varicosités) sont les signes les plus visibles, mais il ne faut pas attendre qu'ils soient installés pour s'en préoccuper.

Il existe des traitements préventifs et curatifs pour lutter contre le syndrome des jambes lourdes[réf. souhaitée] :

Il convient toutefois de préciser que le phénomène des jambes lourdes est une affection qui n'est connue nulle part ailleurs dans le monde, et qui consiste donc, tout comme la « crise de foie », une particularité française.

Notes et références[modifier | modifier le code]