Intel SpeedStep

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Enhanced Intel SpeedStep Technologie™ ou EIST représente une série de technologies (incluant SpeedStep, SpeedStep II et SpeedStep III) présente dans certains processeurs Intel qui autorise un changement dynamique de la fréquence d'horloge sur demande d'un logiciel.

Principe[modifier | modifier le code]

Faire fonctionner le processeur à une fréquence d'horloge très élevée permet d'obtenir de meilleures performances mais nécessite une certaine tension d'alimentation provoquant une plus grande consommation électrique. À l'opposé lorsqu'il fonctionne à une fréquence moins élevée la tension d'alimentation du CPU peut être réduite. Ce changement de tension entraine une baisse de la consommation électrique et donc une diminution de la dissipation thermique. Les avantages d'un tel procédé sont nombreux :

  • améliorer l'autonomie des ordinateurs portables,
  • augmenter la durée de vie du processeur,
  • diminuer les désagréments liés à un dégagement élevé de chaleur,
  • réduire les nuisances sonores liées au système de ventilation chargé de dissiper la chaleur produite.

En utilisant la technologie SpeedStep, l'utilisateur peut choisir le meilleur compromis entre l'autonomie et la performance, ou même laisser le système se charger de choisir automatiquement la fréquence la plus efficace en fonction de la charge à un instant donné.

Par exemple, un processeur Pentium M conçu pour fonctionner à une fréquence maximale de 1,5 GHz peut opérer à n'importe quelle fréquence entre 600 MHz et 1,5 GHz, par pas de 100 MHz (fonctionnalités du SpeedStep III).

Les processeurs plus anciens, comme le Pentium 4-M, posséderont moins de valeurs intermédiaires.

La technologie SpeedStep est en partie responsable de la consommation réduite des processeurs Intel Pentium M, qui est généralement présente dans des ordinateurs portables estampillés Centrino.

Support des systèmes d'exploitation[modifier | modifier le code]

La technologie SpeedStep est intégralement pilotée par le système d'exploitation, qui doit pouvoir prendre en charge la gestion des modifications de fréquences à la volée.

Linux[modifier | modifier le code]

Linux dispose d'un support complet directement intégré dans le noyau, qui nécessite donc un accès root (administrateur) ou d'installer un démon chrooté, dont l'activation varie grandement selon le noyau (2.4/2.6) et que l'on peut qualifier de « facilement activé et directement paramétrable suivant les besoins de l'utilisateur », puisqu'il suffit (par exemple en 2.4) de saisir sur le clavier :

' cat /proc/acpi/processor/CPU0/throttling ' affiche les différents niveaux de performance

d'analyser le tableau résultant, de passer en mode root par su puis de taper le mot de passe de l'administrateur, puis de taper :

' echo x > /proc/acpi/processor/CPU0/throttling ' envoie l'ordre au processeur de passer à un niveau de performance

pour passer le CPU dans le Xe mode de performance et enfin de taper ' exit ' pour sortir du mode administrateur.

Mac OS X[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée des processeurs Intel dans les ordinateurs portables Apple MacBook et MacBook Pro, la technologie SpeedStep est aujourd'hui supportée par MacOSX. Comme pour Windows XP, le changement de fréquence est à la disposition du système, qui choisira la fréquence la plus adaptée en fonction de la charge et du profil sélectionné.

Il existe également des logiciels qui permettent à l'utilisateur de définir de manière précise une fréquence donnée, comme Coolbook.

Microsoft Windows[modifier | modifier le code]

Sur les anciens systèmes d'exploitation de Microsoft, tels que Windows 2000 et plus anciens, un pilote spécifique ainsi qu'un panneau de contrôle sont nécessaires à l'utilisation du SpeedStep. Le site officiel d'Intel indique que le pilote doit impérativement provenir du constructeur de l'ordinateur, et Intel ne semble pas avoir réalisé de pilote générique dans le cas où le constructeur ne le mettrait pas à disposition.

Pour les systèmes plus récents (Windows XP et ultérieurs), le support du SpeedStep est pris en charge en natif dans le panneau de configuration. Ce procédé n'est pas des plus aisés car il nécessite de changer de profil de consommation pour avoir une influence sur la fréquence de fonctionnement du processeur.

Des solutions logicielles tierces existent pour supporter le SpeedStep de manière plus efficace, par exemple Notebook Hardware Control, un logiciel d'optimisation de consommation pour ordinateur portable qui permet de réguler directement les fréquences du processeur (ainsi que leurs tensions associées).

Versions[modifier | modifier le code]

V1.1[modifier | modifier le code]

Présente dans la seconde génération de processeurs Pentium III, cette version permet au processeur de commuter entre deux modes : haute et basse fréquence. Ce changement est réalisé par un changement du coefficient multiplicateur du processeur. La consommation d'un tel processeur, qui avoisine les 20 watts à 1 GHz, peut être réduite à 6 watts à 600 MHz.

V2.1[modifier | modifier le code]

Également appelée Enhanced SpeedStep, elle est présente dans les Pentium III Mobile et est similaire à la version précédente, mais utilise une tension d'alimentation plus faible pour la fréquence basse que pour la fréquence haute.

V2.2[modifier | modifier le code]

L'adaptation du Enhanced SpeedStep pour les Pentium 4-Mobile permet à un processeur consommant normalement 30 watt à 1,8 GHz de ne nécessiter que 20 watts à 1,2 GHz.

V3.1[modifier | modifier le code]

La seconde génération de Pentium Mobile (cœur Banias, utilisé dans les plates-formes Centrino) se voit dotée d'une nouvelle version, l’EIST, qui permet au processeur de faire varier sa fréquence de 40 % à 100 % de sa fréquence nominale, par pas de 100 MHz. Avec cette version Intel introduit la variation du niveau de cache L2 à la volée, pour augmenter encore la réduction d'énergie).

V3.2[modifier | modifier le code]

Appelée Enhanced EIST, cette version est adaptée aux processeurs Dual Core avec Cache L2 unifié.

Voir aussi[modifier | modifier le code]