Institut fédéral des hautes études de sécurité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

52° 34′ 36″ N 13° 24′ 22″ E / 52.57653, 13.40602

Institut fédéral des hautes études de sécurité
Image illustrative de l'article Institut fédéral des hautes études de sécurité

Domaine d'activité Institution de formation supérieure dans le domaine de la politique de sécurité
Création 1992
Personnes-clés Ambassadeur Hans-Dieter Heumann
Siège Berlin, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Site web Institut fédéral des hautes études de sécurité

L’Institut fédéral des hautes études de sécurité (BAKS - Bundesakademie für Sicherheitspolitik) est un institut de formation supérieure dans le domaine de la politique de sécurité de la République fédérale d’Allemagne, placé sous la tutelle du ministère fédéral de la Défense. Il siège dans un ensemble de bâtiments du château Schönhausen à Berlin-Niederschönhausen[1].

Mission et objectif[modifier | modifier le code]

La BAKS a pour vocation de former en commun et globalement, au-delà des portefeuilles ministériels, les cadres actuels et à venir de l’État fédéral (Bund) et des Länder, ainsi que les hauts responsables des secteurs privés travaillant dans les domaines pertinents de sécurité. Tous les domaines de sécurité, les domaines publics et toutes les actions humaines y sont intégrés. Aussi, l’institut vise-t-il à enseigner selon cette approche qui s’étend au-delà des frontières départementales et sectorielles, et qui englobe à la fois les domaines de la sécurité, des affaires étatiques aussi bien que des relations humaines. La BAKS se considère comme un forum de discussions sur les intérêts sécuritaires et politique en Allemagne. Elle vise ainsi à renforcer le rôle de cet État au sein de la communauté internationale ainsi que des organisations internationales, en établissant un consensus en matière de sécurité nationale. C'est en suivant cette approche, la BAKS organise chaque année un séminaire destiné à une trentaine de personnalités venant des ministères fédéraux et des Länder, ainsi qu'à des dirigeants d’entreprises, du secteur économique en général et professionnels scientifiques. Seront également invités à participer certains représentants de ministères étrangers et d'organisations supranationales.

Histoire[modifier | modifier le code]

right
Portail de la BAKS à Berlin-Pankow

À l’instar de ce que d’autres pays avaient mis en place (Institut des hautes études de défense nationale à Paris et Royal College of Defence Studies (en)) à Londres, l’idée de créer d’un centre de formation national pour la réflexion et diffusion des enjeux de politique de sécurité a été discuté depuis les années 1980. À l’été 1987, le Conseil fédéral de sécurité (Bundessicherheitsrat (de)) de la République fédérale d‘Allemagne se penchait sur la question de l’établissement de ce nouveau centre et finit par décider que[2]:

  • « Les multiples affiliations internationales de la République fédérale d’Allemagne demande la formation de cadres, apte de représenter efficacement les intérêts nationaux dans le domaine international. »
  • « Une orientation générale de la politique de sécurité et de la stratégie globale au-delà des limites du portefeuille ministériel est une condition préalable.»
  • « Le consentement de la population envers notre politique de sécurité est un élément vitale de la sécurité elle-même. La discussion renforcée en public en matière de la politique de sécurité demande des cadres compétents au gouvernement, dans l’économie, dans les sciences et média, aptes à endosser une conduite d’opinion requise. »
  • « Le désir d’une coopération renforcée avec nos alliés européens en matière de politique de sécurité demande une formation des fonctionnaires et officiers allemands sur le plan national conforme au standards internationaux. »

Ensuite, une commission interministérielle s’est consacré à étudier le sujet et recommanda ainsi l’installation d’un tel établissement, qui mettra en œuvre les exigences requises. En 1988, le Conseil fédéral de sécurité de la République fédérale d’Allemagne approuva la recommandation et avisa la commission d’élaborer un plan de projet, qui fut ainsi adopté par la commission en été 1989.

En février 1990, le Conseil fédéral de sécurité votait pour l’adoption du plan de projet et décida l’installation d’une académie sous la tutelle du ministère de la Défense. À l’été de la même année, le Cabinet fédéral (Bundeskabinett) parvint à un accord pour l’établissement de l’Institut fédéral des hautes études de sécurité. Le Conseil Fédéral de Sécurité a été nommé Conseil (Kuratorium) de l’Institut.

L’Institut ouvre en 1992 sous la présidence de l’amiral (2S) Dieter Wellershoff dans les locaux de la Rosenburg à Bonn. Dans le même temps, le comité consultatif (Beirat) est créé pour accompagner l’Institut dans son travail quotidien au moyen de recommandations concernant surtout l’organisation de l’enseignement.

En 2002, le Conseil décida avec la recommandation du comité consultatif et de l’Institut le déplacement définitif à Berlin. Après de vastes travaux de construction et de rénovation, la BAKS s’est installée en mars 2004 dans les locaux du château Schönhausen à Berlin-Pankow, équipés de salles de conférences, d’amphithéâtres et de bureaux[3].

Organisation et personnel[modifier | modifier le code]

right
maison "Bonn" de la BAKS à Berlin-Pankow

Les président et le vice-président de l’Institut sont nommés à tour de rôle par l'Office des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt) et le ministère fédéral de la Défense (Bundesministerium für Verteidigung). À côté de la direction, l’état-major de l’Institut est constitué d’unités de formation et de recherche, et d’une unité de support. Les collaborateurs sont mis à disposition par les ministères qui constituent le Conseil Fédéral de Sécurité (ministère fédéral des Affaires étrangères, ministère fédéral de la Justice, ministère fédéral des Finances, ministère fédéral de l’Économie et de la Technologie, ministère fédéral de la Défense, ministère fédéral pour la Coopération économique et le développement). Le ministère fédéral de la Défense fournit le personnel de l’unité de support.

Le Conseil de l’Institut fédéral des hautes études de sécurité se compose de membres du Conseil Fédéral de Sécurité sous la présidence du Chancelier fédéral de la République fédérale d’Allemagne et décide sur les questions générales de l’enseignement à l’Institut. Un comité consultatif donne au Conseil des recommandations sur le contenu et la forme de l’enseignement.

Les présidents[4],[5]
nom début du mandat fin du mandat titre / grade
6 Hans-Dieter Heumann août 2011 -- Ambassadeur
5 Kersten Lahl (de) avril 2008 août 2011 Lieutenant Général (2S)
4 Dr Rudolf Adam avril 2004 mars 2008 --
3 Hans Frank 1999 mars 2004 Vice-amiral (2S)
2 Dr Günter Joetze 1995 1999 Ambassadeur
1 Dieter Wellershoff 1992 1995 Amiral (2S)

Publications[modifier | modifier le code]

La BAKS fait régulièrement paraître des publications sur des sujets contemporains de la politique de sécurité. Tous les deux ans, le cercle d’amis de la BAKS remet le prix Karl Carstens, en référence à l’ancien président de la République fédérale d’Allemagne Carstens. Il récompense les personnalités qui ont apporté une contribution particulière à l’encouragement des rapports en matière de la sécurité politique dans l’espace germanophone[6]. La remise du prix se déroule à tour de rôle avec le discours « Manfred Wörner ». Celle-ci suit la tradition du « Memorial Speech » et rend à l’ancien ministre de la Défense et secrétaire général de l’Otan (Organisation du traité de l'Atlantique Nord) Manfred Wörner, avec comme objectif d’encourager le débat en matière de politique de sécurité[7]. En juin 2009 le second volume complémentaire de l’ouvrage de base « Sicherheitspolitik in neuen Dimensionen » (traduit : « les nouvelles dimensions de la politique de sécurité »), a été publié à l’édition Mittler. De même, un mémoire sur un thème particulier, élaboré par les participants du séminaire de politique de sécurité et mandaté par la Chancellerie fédérale, est publié chaque année. L’exercice interdisciplinaire en 2010 portait sur « la politique de sécurité européenne et la Russie : options dans la perspective allemande »[8].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Présence internet de l'institut fédéral des hautes études de sécurité (BAKS - Bundesakademie für Sicherheitspolitik): www.baks.bund.de

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.bund.de/DE/Behoerden/B/BAKS/Bundesakademie-fuer-Sicherheitspolitik.html
  2. Revendication du Conseil fédéral de sécurité (Bundesssicherheitsrat), cité d'après la page internet de la BAKS [1]
  3. Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung, sur internet: http://www.bbr.bund.de/cln_015/nn_34054/DE/BautenBundesBerlin/BautenSicherheit/BundesakademieFuerSicherheitspolitik/BAfSichPol.html
  4. Argus de la BAKS "Die BAKS; umfassend - vernetzt - strategisch"
  5. http://www.baks.bund.de/DE/Veranstaltungen/Rueckblick/%C3%9Cbergabe_BAKS/%C3%9Cbergabe_BAKS.html
  6. rétrospective 2009 (Jahresrückblick 2009), page 36, téléchargeable de l'internet: http://www.baks.bund.de/cln_134/DE/Veroeffentlichungen/Jahresrueckblick/Jahresrueckblick_node.html
  7. rétrospective 2008 (Jahresrückblick 2008)de la BAKS, page 36, téléchargeable de l'internet : http://www.baks.bund.de/cln_134/DE/Veroeffentlichungen/Jahresrueckblick/Jahresrueckblick_node.html
  8. L'exercice interdisciplinaire est publié depuis 2005. Toutes les numéros d'éditions peuvent être téléchargé de l'internet: http://www.baks.bund.de/cln_134/DE/Veroeffentlichungen/SueA/suea_node.html