Michel Greg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Greg)
Aller à : navigation, rechercher

Michel Greg

Nom de naissance Michel Louis Albert Regnier[1]
Alias
Michel Denys, Chimel, Miky, Louis Albert
Naissance 5 mai 1931
Ixelles Drapeau de la Belgique
Décès 29 octobre 1999 (à 68 ans)
Paris[2]
Nationalité Belge Drapeau de la Belgique et Français Drapeau de la France
Profession Scénariste
Dessinateur
Rédacteur en chef et directeur littéraire de bande dessinée
Conjoint
Denise Stevens
Famille
Denis Regnier (fils)
Martine Regnier (fille)

Michel Greg dit Greg, pseudonyme de Michel Louis Albert Regnier[1], est un dessinateur, scénariste, rédacteur en chef et directeur littéraire de bande dessinée belge naturalisé français, né le 5 mai 1931 à Ixelles et mort le 29 octobre 1999 à Paris[2].

Avec plus de 250 albums à son actif, en tant que dessinateur et (ou) scénariste, il fait partie des créateurs les plus prolifiques de la bande dessinée franco-belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 5 mai 1931 à Ixelles, une commune de Bruxelles, il grandit à Herstal, près de Liège. Il crée ses premières séries pour un quotidien belge au lendemain de ses 16 ans. C’est à cette époque qu’il rencontre Franquin. Grâce à ses conseils, Greg progresse et signe, au milieu des années cinquante, des histoires aujourd’hui introuvables. Sa complicité avec Franquin lui permet d’écrire environ 100 gags de Modeste et Pompon publiés dans le journal Tintin ainsi que plusieurs épisodes des aventures de Spirou et Fantasio dans Le journal de Spirou.

De 1958 à 1977, Greg crée de nombreuses séries en tant que scénariste pour Tibet, Maréchal, Mittéï, Cuvelier, Hermann, Paape, Vance, Dany, Azara, Turk et Bob de Groot, Auclair, Aidans, Derib, Fahrer, Dupa etc. Durant toutes ces années, il n’abandonne pas le dessin et donne naissance à de nombreuses séries dont notamment, en 1963, Achille Talon. En parallèle à toutes ces activités, il assume la responsabilité de rédacteur en chef du Journal de Tintin de 1965 à 1974. Il y prendra parfois un pseudonyme, (Louis Albert pour la série Bruno Brazil), pour réduire l'omniprésence de son nom dans les créations de ce journal.

En 1974, il quitte la rédaction de Tintin et la Belgique pour devenir directeur littéraire aux éditions Dargaud, en France. Pour cette maison d’édition, il lance Achille Talon magazine qui comptera seulement 6 numéros. Ce nouveau support lui permettra de créer de nouvelles séries.

En 1978, pour la télévision suisse, il écrit le scénario des 13 épisodes de l’Agence Labricole, un feuilleton policier pour enfant. Puis il s’installe aux États-Unis comme responsable du bureau américain des éditions Dargaud. C’est à cette époque qu’il réalise certains épisodes de la série télé La croisière s'amuse (The Love Boat) et Perry Mason.

De retour en France, au milieu des années 1980, il réalise plusieurs romans de la collection Hardy et Lesage aux éditions Fleuve noir. Tout en continuant sa série Achille Talon, il scénarise les deux premiers épisodes du Marsupilami pour Batem, Comanche pour Rouge, Colby pour Blanc Dumont, Bernard Prince pour Aidans, Johnny Congo pour Paape.

En 1987, il reçoit le Grand prix des arts graphiques du festival d'Angoulême et devient, l'année suivante, chevalier des Arts et Lettres. En 1992, il obtient le prix « Géant de la BD » pour l’ensemble de son œuvre.

Sa femme décède de maladie en 1995, ce qui le laisse dépressif durant les dernières années.

Après avoir revendu les droits d'Achille Talon aux éditions Dargaud, en 1997, Greg meurt le 29 octobre 1999 d’une rupture d’anévrisme.

Ses cendres ont été déposées au columbarium du cimetière du Père-Lachaise (case 11-717)[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Très prolifique, Greg a créé, en tant que dessinateur et scénariste, de nombreuses séries.

Parmi les plus connues, on peut citer deux séries réalistes avec le dessinateur Hermann (Comanche et Bernard Prince), une série de science-fiction avec Eddy Paape (Luc Orient), une autre relatant les aventures d'agents secrets (Bruno Brazil, avec le dessinateur William Vance), une série fantaisiste d'une grande poésie (Olivier Rameau, avec le dessinateur Dany), etc.

En 1963, Michel Greg, le "père" d'Achille Talon, crée pour le journal Vaillant une nouvelle série : Les As. Elle met en scène un groupe de copains fondé par Quentin Gentil et constitué de Calixte Hautcoeur, Agénor Pivoine, André Luron (dit "copain"), sa sœur Suzanne (dite "Mouche") et leur fidèle chien Dragon. Ils vivent tous dans le quartier de Ménilmontant où ils se sont donnés pour but de "chasser les pilleurs de diligence, sauver les princesses en danger et… organiser des excursions le dimanche".

Grâce à l'imagination de Greg, ces gosses des années yéyé déjouent les complots de malfaisants émirs, contribuent malgré eux à l'évasion d'un gangster, se perdent dans le labyrinthe d'une caverne souterraine, et partagent encore des dizaines d'aventures.

Plébiscitée par les lecteurs, cette série perdurera dans Pif Gadget, de 1969 à 1973. Finalement, Greg mettra un terme aux aventures des As après dix ans.

Cependant, sa création la plus connue est certainement Achille Talon, créé en novembre 1963 pour le magazine Pilote.

Achille Talon est reconnu pour les qualités de son dialogue rempli de jeux de mots, d'allusions littéraires ou culturelles et de calembours, qui lui valent de faire l'objet de plusieurs thèses de doctorat, en France et au Québec. Si Achille Talon est une série basée sur l'humour, les albums de cet anti-héros abordent des thèmes variés, et sous couvert de caricature, parfois sérieux (comme la dictature dans Le roi des Zôtres ou le racisme dans Le grain de la folie; L'Archipel de Sanzunron peut être considéré comme un ouvrage de vulgarisation sur l'économie et les flux monétaires…). S'il n'a jamais reçu le Grand prix de la ville d'Angoulême, il s'est vu consacré en janvier 1999 par l'exposition-rétrospective « ABCDEF GREG… ! », conçue par Dominique Poncet et Benoît Mouchart. Avec ce dernier, Greg a par ailleurs publié la même année un recueil d'entretiens aux éditions Dargaud, Michel Greg, Dialogues sans bulles (collection Portraits).

Dans les années 1990, il publie un recueil d'aphorismes, Il pense donc je suis, aux Éditions Michel Lafon, qui rappelle les textes d'Oscar Wilde et de Sacha Guitry.

Dessinateur et scénariste[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Travaux publicitaires[modifier | modifier le code]

Greg a réalisé de nombreux travaux pour la publicité notamment en utilisant le personnage d’Achille Talon. Souvent il s’agissait d’albums offerts, comme pour Chamois d’Or, Lotus, Shell, Total, etc. Parfois, il réalisait des albums spécifiques comme Achille Talon domestique l’eau, album broché comprenant 4 gags inédits pour les pompes Flygt ou encore Achille Talon pique-nique avec Canderel ou encore Rock Derby / Le mystère de l'aéroport pour les aéroports de Paris.

Il a aussi inventé de nouveaux personnages comme Pic et Nic (4 albums cartonnés de 7 à 15 planches) pour Caprice des Dieux.

Le studio Greg[modifier | modifier le code]

Dans une interview au magazine Sapristi, en 1995, Greg définissait ainsi le « studio Greg » : « En fait, le studio Greg n’a jamais eu d’existence juridique ou légale, c’était juste un appartement que je louais et dans lequel on travaillait avec matériel et documentation. Moi, je faisais du scénario pour presque tous. Et puis un jour tout ce petit monde s’est dispersé. Moi, je suis allé à Paris, Hermann a acheté sa maison à Bruxelles… À ce moment-là, il y a beaucoup de chroniqueurs qui sont allés voir les gars pour qu’ils disent tous qu’ils avaient été les esclaves de Greg. Il n’y en a pas un qui ait craché dans la soupe. On est resté copains. C’est ainsi qu’en 1993, au festival Bédéciné d’Illzach, ils ont invité tous ceux qui ont collaboré un jour avec moi. On a pris une jolie photo… »

Le Professeur Greg[modifier | modifier le code]

De 1976 à 1977, dans l'émission Les Visiteurs du Mercredi sur la 1re chaîne française, dans une rubrique intitulée "Les Trucs de la BD", Greg s'est illustré dans un cours de BD, où il indiquait les différents trucs de narration par l'image.

Reprises de séries existantes[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste, Greg est capable de s'adapter à différents styles. Il a repris de nombreuses séries créées par des auteurs différents.

Spirou et Fantasio[modifier | modifier le code]

Entre 1958 et 1961, Greg écrit des scénarios pour la série Spirou, dessinée par Franquin : La peur au bout du fil (1958), Le Prisonnier du Bouddha (1958), Z comme Zorglub (1959) (coscénarisé), L'Ombre du Z, (1960), Tembo Tabou (1960) et QRN sur Bretzelburg (1961).

Il est difficile de discerner l'apport de Greg dans ces albums car Franquin était connu pour modifier, parfois de manière importante, la trame établie par ses scénaristes.

Modeste et Pompon[modifier | modifier le code]

Également avec Franquin, Greg écrit des gags de Modeste et Pompon, vers la fin des années 1950.

Les Aventures de Tintin[modifier | modifier le code]

En 1958, Hergé, auteur des Aventures de Tintin en panne d'inspiration, demande à Greg de concevoir un projet d'aventure pour sa célèbre série. Greg travaille avec Hergé sur deux projets, Les Pilules et Tintin et le Thermozéro. Tous deux suivent le modèle d'une course-poursuite effrenée à la poursuite d'un objet au centre de bien des convoitises, à savoir des pilules radioactives dans le premier projet, et une bombe d'un nouveau type dans le second. Greg adopte parfaitement le style de la série et réussit à écrire un scénario de Tintin passionnant, drôle et digne des meilleurs scénarios « hergéens ». C'est peut-être ce qui gênera Hergé, qui interrompt finalement le projet. Plus tard, Hergé déclara à Benoît Peeters (dans Le Monde d'Hergé) : « J'ai essayé de travailler avec Greg qui m'a composé un très bon scénario, mais un scénario que je n'ai jamais utilisé, parce que je me sentais prisonnier d'un carcan dont je ne pouvais plus m'échapper ».

En 1972, Greg écrit le scénario du film d'animation Tintin et le Lac aux requins (scénario original), également adapté en bande dessinée par les studios Hergé.

Greg reste cependant apprécié de l'entourage d'Hergé puisque, en 1983, lorsque Hergé meurt laissant un projet d'album inachevé (Tintin et l'Alph-Art), son plus proche collaborateur Bob de Moor envisage d'achever le projet en confiant la reprise du scénario à Greg. De Moor se heurta cependant au refus de Fanny Remi, veuve de Hergé, qui, après avoir dans un premier temps avalisé le projet, fut convaincue par Benoît Peeters de faire marche arrière.

Zig et Puce[modifier | modifier le code]

Après avoir sympathisé avec Alain Saint-Ogan, Greg reprend la série Zig et Puce pour Le Journal de Tintin en avril 1963.

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et téférences[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Maître est Talon page 49.
  2. a et b Biographie sur dupuis.com
  3. « GREG Michel (1931-1999) », Amis et Passionnés du Père-Lachaise,‎ 2007-10-15 (consulté le 2013-05-31)